Terreur des gladiateurs (La)

Coriolano, eroe senza patria de Giorgio Ferroni, États-Unis, 1963-64

Dissipons dès l’abord les craintes – ou les espoirs – nés d’un titre imbécile : ni terreur, ni gladiateurs dans ce Coriolano, eroe senza patria (Coriolan, héros sans patrie) de Giorgio Ferroni. Bien au contraire, loin des lamentables épaves que l’on tente de renflouer vaille que vaille après le naufrage du péplum, Ferroni signe là un film grave, insolite, prenant de bout en bout. Sous les auspices explicites – une fois n’est pas coutume – de Plutarque et de Shakespeare.

L’histoire de Coriolan, héros du film, compte parmi les plus fameuses des débuts de la Rome républicaine. Résumons-la en quelques mots : nous sommes au début du Ve siècle av. J.-C., aux alentours de 491, Tarquin le Superbe, dernier roi de Rome, a été chassé par Junius Brutus. Dans les luttes que les Romains livrent alors pour empêcher son retour s’illustre le jeune Caius Martius, dernier rejeton d’une auguste lignée que compte le roi Ancus Martius. Pour pouvoir combattre Tarquin, le Sénat a eu besoin du peuple auquel il a fait des promesses qu’il ne tient pas ensuite.

La plèbe se retire alors sur l’Aventin, décidée à abandonner la Ville. Elle n’y reviendra qu’après avoir été persuadée par Menenius Agrippa et sa fable, les Membres et l’estomac. Désormais le peuple aura droit à des représentants, les tribuns du peuple. Les deux premiers en seront Junius Brutus et Sicinius Vellutus.

Mais les Volsques attaquent les Romains dont l’armée ne doit le salut qu’au courage de Martius qui s’empare de la ville de Corioles, d’où le surnom de Coriolan que lui décerne le Sénat. Martius est désormais sur la route du consulat, mais son caractère altier lui a valu l’inimitié du peuple qu’il refuse de nourrir à bon marché. Accusé par les tribuns, il choisit l’exil, rejoint les Volsques et combat Rome qu’il assiège. Il ne cédera qu’aux supplications de sa mère et de sa femme, signera la paix avec Rome, mais sera tué par les Volsques.

Histoire exemplaire que rapporte Tite Live (Histoire romaine, II), Denys d’Halicarnasse (Archéologie romaine, VIII) et Plutarque (Vies parallèles, « Coriolan »).

La fiction théâtrale a trouvé dans le personnage de Coriolan de quoi nourri quelques belles tragédies depuis Alexandre Hardy jusqu’à Bertolt Brecht en passant par Shakespeare dont le Coriolan (sans doute représenté en 1608) est resté le modèle de la tragédie politique, encore que, les commentateurs soient loin d’être d’accord sur le sens à donner à ce portrait d’un chef de guerre, plus proche d’un condottiere médiéval que d’un général romain.

Le film de Ferroni revendique donc la paternité de Plutarque et de Shakespeare. À l’un il emprunte, dans le détail, l’intrigue, même s’il en bouleverse parfois l’ordre ; à l’autre, les caractères, quelques temps forts, n’hésitant pas parfois à reprendre littéralement le texte du dramaturge (par exemple dans la fable les Membres et l’estomac). Mais l’intérêt, on s’en doute, est ailleurs : dans les transformations que subit l’histoire.

Passons sur les éléments propres à ce genre de film : des amours contrariées entre un plébéien, fils de Brutus et une patricienne, sœur de Coriolan ; passons sur les nombreuses scènes de batailles empruntées à des films du même auteur, où l’on peut voir tour à tour des Grecs, des Arméniens, des Romains de l’empire, etc.. c’est la loi du genre, surtout lorsqu’il est fauché.

Arrêtons-nous sur l’élément essentiel : le film tourne autour de la haine que Sicinius porte à Coriolan et sur son désir de pouvoir. Désir qu’il masque par de belles paroles mais qui le fait comploter avec l’ennemi Volsque. Traître de mélodrame ? Certes. Mais surtout ennemi de l’intérieur. En face, un Coriolan, volontairement adouci, et dont le patriotisme intransigeant s’accommode mal du nouveau pouvoir plébéien dont il n’attend rien de bon pour Rome.

Il est clair qu’une telle distorsion de l’histoire ne peut avoir sa source que dans la situation politique de l’Italie de 1963-1964. Or, justement, 1963 est la date du premier gouvernement d’Aldo Moro, gouvernement de centre gauche qui consacre l’alliance de la démocratie chrétienne avec les partis de gauche, socialiste et communiste. C’est cette même année 1964 que meurt Palmiro Togliatti, le vieux leader communiste, réfugié à Moscou en 1940 mais vice-président du conseil en 1944-1945.

Que nous dit donc le film qui détonne dans une production dont les échos penchent toujours du côté des forces démocratiques ? Ceci : qu’associer au pouvoir les plébéiens, c’est faire courir un risque au pays, puisqu’ils sont, en partie, les séides de l’ennemi. Est-il besoin d’en dire plus ? Le recul de la démocratie chrétienne aux élections d’avril 1964 confirme les appréhensions du cinéaste (et du scénariste). Au moment où le cinéma américain, dans La Chute de l’empire romain (1964), célèbre, à sa façon, l’instauration du téléphone rouge entre les États-Unis et l’URSS et la fin de la guerre froide. Admirable plasticité du « film à l’antique » et de l’histoire romaine !

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.