LE VOL DE L’AIGLE

« Vers 117 après J.-C., la IXème légion qui était stationnée à Eburacum, là où se trouve maintenant York, marcha vers le nord pour réprimer un soulèvement des tribus calédoniennes : on n’en entendit plus jamais parler. En faisant des fouilles à Sichester, presque dix-huit siècles plus tard, on découvrit, sous les prairies qui recouvrent maintenant le sol de Calleva Atrebatum, une aigle romaine sans ailes. Il y a diverses interprétations pour expliquer comment elle était arrivée là, mais personne n’en sait rien au juste, comme personne ne sait ce qui arriva à la IXème légion quand elle se fut enfoncée dans les brumes du nord. C’est en rapprochant ces deux mystères que j’ai écrits l’Aigle de la IXème légion. »

C’est ainsi que Rosemary Sutcliff (1920-1992) explique la genèse de son roman, paru en 1954, qui s’inscrit dans un cycle qui va du Ier siècle après J.-C.(Song Force a Darkqueen, 1978) à la fin du IVème siècle (The Lantern Bearers, 1959) en passant par les IIème, (The Aigle of the Ninth, 1954), IIIème (The Silver Branch, 1957) et IVème (Frontier Wolf, 1980). Cycle qui raconte l’histoire d’une famille de soldats installée en Bretagne et dont fait partie Marcus le héros du premier roman de la série. Adapté d’abord en 1977 à la BBC (6 épisodes du 4 septembre au 9 octobre), il est porté à l’écran par Kevin Macdonald (Le Dernier Roi d’Ecosse, 2006) et interprété par Channing Tatum (Marcus) et Jamie Bell (Esca).

Nous sommes en 129 après J.-C., le mur d’Hadrien vient d’être érigé (122-128), le jeune Marcus Aquila qui vient d’avoir son premier commandement en Bretagne veut savoir ce qui s’est passé douze ans auparavant et qu’est devenue l’Aigle : son père commandait la première cohorte et on le considère comme déserteur. Accompagné d’un esclave, Escla, fils d’un roi de la tribu révoltée des Brigantes, il s’enfonce dans les brumes du nord, en Calédonie.    

Le film modifie quelque peu le roman :il commence en 140, vingt ans après les faits, renonce à l’emploi de Cottia, qui attendra le retour de Marcus, dont elle est éprise, fait du jeune Romain un guerrier en quête, alors que le roman le présente déguisé en guérisseur dans une démarche plus pacifique. Mais la relation, d’abord hostile puis fraternelle, entre le Romain et le Barbare est respectée et l’ensemble gagne en violence et en intensité ce qu’il perd en romanesque.

L’antiquisant relèvera quelques erreurs (encore le pouce baissé puis levé dans la scène de l’arène[1] ; un S inutile dans le « MithraS » des sous-titres). Mais ce sont des bagatelles au regard de l’intérêt d’un film qui s’inscrit dans une nouvelle tendance, déjà présente dans : Légions (B. Anderson, 2003, en DVD) et Centurion (N. Marshall, 2009, DVD) : la présence au cinéma de la conquête romaine en Bretagne. Comme si en ces temps d’incertitude orientale, s’imposait un retour à la celtitude.

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique


[1] Sur ce sujet, voir l’intervention de Brice Lopez « 2000 ans de fake-news : idées et préjugés sur la gladiature »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.