LA DERNIèRE LEGION

La Dernière Légion, un film de Doug LEFLER, tiré du roman homonyme de Valerio MANFREDI, mêle non sans habileté histoire et légende.

Le 29 octobre 475, Oreste, général des armées romaines, revêt de la pourpre impériale son jeune fils, Romulus Augustule, né vers 460. Le règne de celui qui sera le dernier empereur de Rome dura moins d’une année : le 4 septembre 476, Romulus Augustule, dont le père a été tué par les Goths d’Odoacre, écrit une lettre de démission au Sénat, qui envoie une ambassade à la cour d’Orient pour signaler à l’empereur Zénon (qui vient de rentre d’exil, cette année même) que désormais, il règne – en théorie – sur tout l’Empire romain. En réalité, c’est Odoacre, devenu roi d’Italie, qui a le pouvoir. Quant à l’empereur déchu, il semble qu’Odoacre, ému par son jeune âge, l’ait exilé, avec sa mère, dans une villa du cap Misène, qui avait appartenu à Marius, puis à Cornélie (peut-être la mère des Gracques), enfin à Lucullus. On ignore la date de sa mort mais il n’a pas dû vivre bien vieux, puisque vingt ans après, la villa est transformée en monastère. Voilà pour l’histoire.

Entrons dans la légende. Vers 475 serait né Arthur, fils du roi présumé Uther Pendragon. Vers 490, Arthur est élu roi des tribus bretonnes du nord pour défendre le pays, abandonné vers 410 par les légions romaines, malgré les incessants et ultérieurs appels au secours, le dernier datant de 446. Arthur serait mort vers 542 (ou plus tôt ?).

Entre la fin de Rome et le début de la geste arthurienne, il y a donc un lien chronologique que le cinéma a rarement montré. Le film de Doug Lefler joue sur ces deux registres. Le réalisateur a déjà prouvé, dans plusieurs épisodes de la série Hercule, qu’il pouvait allègrement mixer les genres et les époques. Ici, il en rajoute en créant, loin du roman de Manfredi, une improbable héroïne venue de l’Inde, adepte des arts martiaux, qui accompagne la délégation byzantine. Avec une tenue, cimeterre compris, dont l’orientalisme de bazar a un parfum de Shéhérazade !

     L’ensemble veut faire mode, avec magicien, pentacle et épée magique : celle de César, ensis caliburnus  (« épée forgée par les Chalybes »), devenue par crase, Excalibur. Ce film montre bien la dérive imaginative davincicodesque qui brouille, à dessein mais – du moins, ici – non sans habileté, histoire et légende, fumeuses spéculations et faits avérés. Symbole d’une époque où l’épopée médiatisée sert lieu de réflexion historique. Images et mages font bon ménage. Le légionnaire romain ne sent plus le sable chaud mais la bruyère celtique.

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.