Alix Senator, Aquilae Cruoris

Collognat (A), Alix Senator, Aquilae Cruoris. traduction en latin d’ Alix Senator, Les Aigles de Sang, Valérie Mangin, Thierry Démarez Casterman, 2012. – Paris: Casterman, 2018. – 48 p. – ISBN 978-2-203-16562-5.

Crédit image. Première de couverture – Casterman

En 2012, les lecteurs des aventures d’Alix, eurent l’heureuse surprise de retrouver leur héros, vieilli certes et comblé d’honneur, mais toujours vif et prêt à se lancer dans de nouvelles aventures. D’autres titres suivirent et aujourd’hui, en 2019,  la série compte huit volumes et bientôt un neuvième.

L’idée était venue très rapidement, pour rivaliser avec la traduction d’Astérix en latin, faite par des Allemands et trop difficile pour le cursus secondaire français,  de traduire Alix en latin (ce fut Le Fils de Spartacus, par Claude Aziza et Michel Dubrocard,  1983).     On ne peut donc que se réjouir, en ces temps de désertification latine, de voir Annie Collognat, déjà traductrice en latin d’un Astérix, de reprendre le flambeau. Ainsi donc, après la traduction en latin de Murena (volumes 1 en 2009 et 2 en 2016, Dargaud), c’est au tour d’Alix d’affronter le monde impitoyable des latinistes. Il semble bien qu’il ait tous les atouts pour cela : une traductrice au latin élégant et fidèle, un dossier pédagogique, avec lexique, mais qu’il faut aller chercher sur le site des éditions Magnard, ce qui n’est pas très commode, avouons-le et, surtout, sans doute un des meilleurs, sinon le meilleur, albums de la série.

On n’aura pas ici la cuistrerie de chercher la petite bête et de critiquer tel ou tel point de traduction. On admirera au contraire la traduction des onomatopées, si complexe en général : un seul exemple, p.3, v.4, le « AAA! » français est finement traduit par un « AHAAA ! » latin. Reste un problème que connaissent tous les traducteurs en latin  de BD : souvent, par un de ces effets de réels que Barthes aimait citer, l’auteur sème dans sa BD quelques expressions latines. Ainsi, p.36, v.6, un « AVE, SENATEUR…. ». Que faire dans un cas pareil ? La traductrice a choisi de conserver le « AVE », mais sans la virgule qui suit. On pourrait, pourtant, imaginer de faire autre chose et d’employer ici un salut grec (les Romains cultivés sont bilingues), comme KHAIRE. Autre problème, mais insoluble, je le crains : p.48, v.2, est reproduite ici une vignette, sans les dialogues, tirée de l’Alix primitif (Le Tombeau étrusque, 1963 p.5, v.6), dans un album où Alix accompagne le tout jeune Octave qui doit aller chercher sa sœur, Lidia-Octavia à Tarquini,  plus de trente ans auparavant. Il aurait fallu, par un excès de souci stylistique, employer un latin plus archaïque (mais était-ce possible ?) ou-mieux- faire un clin d’œil au lecteur en trouvant une expression utilisée par César, quitte à gauchir un peu le texte de la vignette… J’ai bien conscience que ce sont là de décadents raffinements, mais que nous reste-t-il en cet âge barbare qui est le nôtre, sinon la préciosité des derniers prosateurs et poètes romains païens face à la gravitas de l’apologétique chrétienne ? On aura compris, je l’espère et, en tout cas, nul doute que la traductrice le comprendra, qu’il s’agit-là d’une façon ludique de montrer son intérêt et son plaisir devant un avatar aussi brillant d’Alix Senator.

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique

Citer cet article comme : Claude Aziza, Alix Senator, Aquilae Cruoris, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/03/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16159.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.