Homère, le nouveau visage du poète

« Homère, le nouveau visage du poète », L’Histoire hors-série, Les collections de l’Histoire, n° 82, Janvier-mars 2019.

Crédit image. Couverture L’Histoire

 

Homère est à la mode, parfois pour le pire, parfois pour le meilleur, comme c’est le cas avec ce numéro hors-série de l’Histoire intitulé : « Homère, le nouveau visage du poète », qui fait écho à l’exposition du Louvre-Lens consacrée au Poète (du 27 mars au 22 juillet 2019).

Les auteurs principaux, Alexandre Farnoux et Hervé Duchêne, ont entrepris une présentation pédagogique du dossier H. (pour reprendre le titre de Kadaré). Les premières pages offrent ainsi au lecteur non-spécialiste un lexique et une présentation alphabétique des héros et héroïnes de la tradition épique, les dernières pages une chronologie et une « bibliographie » concernant la littérature récente, BD, musique et films : la fiche sur le « blockbuster » Troie (2004) m’a paru très bienveillante… L’iconographie est superbe, souvent originale : citons l’énigmatique tablette récemment découverte à Olympie (p. 16), où l’on peut lire un passage du chant XIV de l’Odyssée. Les articles sont complétés par des encarts signalant un problème particulier ou une théorie originale, comme celle de Butler sur la poétesse auteur(e) de l’Odyssée ; cela permet d’enrichir la documentation et la réflexion du lecteur sans alourdir la présentation.

Le plan comporte trois parties : « À la recherche du poète » concerne la « Question homérique » au sens très large ; « Le monde homérique » pose le problème du rapport entre les réalités socio-historiques et la représentation du monde qu’on trouve dans les épopées homériques. Enfin « Le plus moderne des Anciens » expose l’extraordinaire réception des Poèmes depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours dans les différents domaines de l’art et, ce qui est sans doute plus original en France, au sein des cultures nationales, en Grèce mais aussi en Turquie.

Je me contenterai ici de saluer l’apport de ces mises au point accessibles, agréablement présentées et brillamment illustrées ; je discuterai aussi quelques points.

Le point de vue dominant de ce recueil est celui des historiens, comme on peut l’attendre d’une revue dont l’Histoire est le titre. Le propos se concentre le plus souvent sur les proximités et les distances entre représentations homériques, données historiques et découvertes archéologiques. Les auteurs prennent toujours soin de montrer les évolutions de la science moderne : par exemple l’attribution hasardeuse du fameux masque d’or de Mycènes à Agamemnon, auquel Schliemann lui-même a dû renoncer. Le lecteur est ainsi informé du dernier état de la recherche sur le site de Troie (p. 27).

La « société homérique » est analysée comme l’évocation d’une société aristocratique qui « précède de peu les grands changements du VIIIe siècle » (Julien Zurbach, p. 38) ; une page d’H. Duchêne (p. 45) précise le rôle important du Monde d’Ulysse de M. Finley, même si la thèse du grand historien n’est plus recevable telle quelle. L’Odyssée est le « reflet » d’un monde où une « diaspora » grecque s’installe autour de la Méditerranée : il convient de mettre en question le terme de « colonisation ». La guerre est omniprésente, mais elle est toujours vue comme inhumaine (P. Payen, p. 54). Les femmes peuvent atteindre le statut des grands héros (Pauline Schmitt-Pantel, p. 60).

On est heureux de voir enfin l’œuvre de Victor Bérard mise en perspective (p. 32) ; personnellement, je souhaiterais que disparaisse carrément la sempiternelle carte des errances d’Ulysse qui n’a, en vérité, aucun sens : les localisations, qu’elles aient été proposées dès l’Antiquité, à la Renaissance, ou concoctées par Bérard et par d’autres, naissent des expériences croisées de la lecture et du voyage ; elles ont été historiquement significatives en tant que gestes identitaires ou bien sont légitimes au sein d’une rêverie poétique. Elles deviennent absurdes une fois systématisées sur une carte.

Les historiens responsables de cette belle publication s’intéressent bien entendu aux textes, aux questions de l’oralité, de l’écriture, aux thèses de Milman Parry, au linéaire B. Mais ces sujets n’ont droit qu’à une place secondaire. Or il s’agit ici d’un poète, du Poète ; on peut s’étonner du fait que les points de vue du linguiste, du spécialiste de la poésie, de la métrique, des phraséologies traditionnelles, ne soient guère représentés. Pierre Judet de la Combe traite bien du duel Homère-Hésiode, mais on trouve dans l’ensemble peu de choses sur la dimension littéraire de l’œuvre homérique. Le nom de Gregory Nagy, par exemple, ne figure que dans la bibliographie (p. 98).

La langue homérique est présentée comme « artificielle », ce qu’il faut contester : c’est une langue « traditionnelle », dans la mesure où elle est issue de traditions millénaires. Les formules homériques frappent tout lecteur des Poèmes – sauf s’il lit une traduction « faible » comme celle de Jaccottet, qui les escamote. On lit, à propos des découvertes de Parry et Lord (p. 20), cette définition : « des formules préfabriquées qui permettent au poète d’improviser ». Cette conception n’est pas recevable. On sait désormais que les « formules » sont extraordinairement souples, qu’elles fonctionnent les unes par rapport aux autres pour produire des effets d’écho ou de surprise souvent d’une grande finesse ; ce ne sont pas des pièces d’épopée en kit. Peu de choses également sur l’organisation du récit, sur les jeux intertextuels etc. Sur le plan des « origines » de la tradition, des perspectives très riches comme celles proposées par le comparatisme ou la néo-analyse ne sont pas évoquées. Finalement, on retrouve la poésie avec… Virginia Woolf et James Joyce !

Ce numéro d’Histoire sur Homère n’en reste pas moins une lecture très agréable, souvent passionnante, qui respecte le public et lui apporte, dans l’optique qui a été choisie, des informations sérieuses et précises, des perspectives scientifiques nouvelles, une réflexion sur la fonction idéologique des Poèmes, une iconographie foisonnante, parfois surprenante. Pour conclure et par exception, saluons un excellent usage de l’Homéromanie !

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite, Université Paul Valéry

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, à propos de Homère, le nouveau visage du poète, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/03/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16261.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search