ROMULUS. JUMEAU ET ROI

Briquel (D.), Romulus. Jumeau et roi. Réalités d’une légende. Paris: Les Belles Lettres, 2018. – 480p. – ISBN : 9782251448534

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Le fratricide à l’origine de la civilisation

Les amateurs des mythologies du monde classique se féliciteront de cette monographie consacrée au mythe de Romulus. De fait, scrutant ce mythe depuis quarante ans, son auteur, Dominique Briquel, s’est imposé comme l’un de ses meilleurs interprètes. La parution de ce livre, où il fait la synthèse de ses analyses, est un événement non négligeable dans le domaine des études classiques.

            Comme il se doit sur un sujet aussi étudié, D. Briquel commence par une présentation de différentes approches méthodologiques du mythe en question. Ainsi, il rappelle que certains savants n’ont vu dans ce mythe qu’une copie d’une légende de jumeaux grecs, d’autres, une variante du « dioscurisme » (renvoyant à des dieux jumeaux connus dans beaucoup de cultures), tandis que d’autres encore y ont ou bien cherché des faits positifs de la protohistoire romaine ou bien n’y ont vu qu’un assemblage hétéroclite, accumulé à travers les siècles par les exigences changeantes de chaque époque. L’auteur analyse aussi les thèses de G. Dumézil pour montrer que son interprétation de Romulus est très insuffisante. En effet, G. Dumézil voyait en Romulus et son jumeau Rémus des divinités analogues aux Dioscures grecs et aux Ashvins védiques, tous formant des paires de jumeaux ; or, Romulus et Rémus ont peu de choses en commun avec ce type de divinités, et surtout aucun des paires de jumeaux divins ne présente l’épisode fondamental du mythe romuléen – le meurtre de l’un des jumeaux par l’autre.

            Malgré cette critique, D. Briquel indique, en présentant son approche méthodologique, qu’il poursuivra la méthode comparative développée par G. Dumézil qui consiste à comprendre les donnés mythologiques d’un peuple d’origine indo-européenne, ici donc les Romains, à travers la comparaison avec des récits mythologiques similaires présents dans d’autres cultures de la même origine. Autrement dit, D. Briquel fait le pari que le narratif sur Romulus parvenu jusqu’à nous correspond plus ou moins au mythe tel qu’il était connu dans la Rome archaïque et qu’en outre, il reprend des éléments narratifs présents chez d’autres peuples de souche indo-européenne.

            Sa méthode étant expliquée, l’auteur procède, en se servant notamment des données transmises par Promathion, un historien grec du Ve siècle av. J.-C., au rétablissement de la version archaïque du récit de la naissance de Romulus et Rémus qui va lui servir de point de départ à son enquête. En fait, alors que le récit classique fait du dieu de la guerre Mars leur père, la version archaïque leur donnait pour père un dieu du foyer, plus tard assimilé à Vulcain, le dieu du feu. Cette paternité retrouvée permet de rapprocher Romulus du fondateur mythique d’un autre peuple indo-européen, Yima. Yima (dont le nom signifie « jumeau » et qui a une sœur jumelle, Yimak) naît également d’un dieu du foyer, crée plus tard le royaume iranien, le civilise et le dote de ses institutions. Ensuite il se rend coupable des trois fautes morales aboutissant à sa mise à mort par un monstre fabuleux, ce qui n’est pas sans rappeler la version de la mort de Romulus qui le fait déchirer par les sénateurs.

Ces similitudes entre les deux héros incitent D. Briquel à postuler leur parenté indo-européenne et à supposer que les Proto-Indo-Européens pourraient avoir eu un mythe sur le « premier roi », un héros des débuts de l’humanité, qui pose les fondements de la vie civilisée et établit l’organisation sociale et politique des hommes, et dont Romulus et Yima seraient les héritiers.

Pour vérifier son hypothèse, l’auteur passe à une étude méticuleuse du récit de la vie de Romulus en le suivant dès sa conception jusqu’à sa disparition étrange. Comme à partir d’ici son livre devient très dense et offre des pistes de réflexion très variées, dans le cadre imparti, on ne peut que souligner ce qui y paraît particulièrement innovant. Ainsi, Briquel montre bien que la première partie de la vie du héros, son exposition, avec son frère, dans le Tibre, leur sauvetage miraculeux, l’allaitement par une louve et l’intervention du berger Faustulus qui récupère les nourrissons et les élève ensemble avec sa compagne dans une cabane loin de la civilisation, outre des motifs du folklore international, reprend les traditions italiques sur l’initiation de jeunes hommes à la vie adulte. De fait, à l’époque archaïque, les peuples italiques renvoyaient, pour les préparer, en les endurcissant, à la vie adulte, leurs jeunes hommes à vivre pendant un temps loin de la civilisation auprès des bergers.

Mais l’apport majeur du livre de Briquel est son explication du meurtre de Rémus. Tel qu’il apparaît dans le mythe romuléen, le fratricide gémellaire est, à une exception près, sans parallèle tant dans la mythologie des peuples indo-européens que dans la mythologie universelle, ce qui, sans doute explique pourquoi jusqu’ici on n’a pas su en élucider la signification. Quant à Briquel, il la cherche dans la différence de symbolisme que chacun des jumeaux développe lors du séjour auprès des bergers. En effet, alors que les frères sont présentés comme identiques pendant leur enfance, un incident finit par les différencier définitivement lorsqu’ils approchent de l’âge adulte. Au moment où, avec d’autres bergers, ils préparent un sacrifice à Faunus, Rémus, contrairement à Romulus, consomme toute la victime sacrificielle : non seulement la chair proprement dite, mais aussi les entrailles. Or, à Rome, les entrailles sont la part offerte aux dieux, et le mortel qui en consomme se met hors de l’humanité en tant que sacrilège et ainsi revient à la sauvagerie qui prévalut aux origines du monde et que l’établissement de la civilisation avait expulsée du domaine humain. Qui plus est, la part divine étant ici consacrée à Faunus, en la dévorant, Rémus s’identifie à cette divinité de l’espace sauvage et se déclare ainsi comme un membre permanent de la sauvagerie, opposée à la vie civilisée de la cité. Or, si Rémus s’affirme comme partie prenante du monde sauvage, son frère, qui a respecté l’ordre divin, et donc civilisé, en ne touchant pas à la part sacrificielle des dieux, se révèle comme un être adapté à la vie civilisée. Le sacrifice à Faunus a radicalement différencié les jumeaux, Rémus restant dans le monde sauvage et pré-culturel, son frère passant dans le monde policé et culturel.

Cette opposition sauvage/civilisé explique pourquoi Romulus, et non pas Rémus, fonde cet espace civilisé qu’est la cité de Rome ; et la même polarité rend compte du fratricide : une fois Rome fondée, le représentant de la sauvagerie qu’est Rémus n’y a pas de place et doit disparaître pour permettre à la tout récente civilisation de croître. Le meurtre de son frère par Romulus lors de la fondation de Rome se comprend comme l’expulsion de la sauvagerie du monde de culture qui vient d’émerger. On découvre ainsi que paradoxalement le meurtre fraternel fut posé à Rome en tant que fondement de la civilisation.

Après cette magistrale démonstration, d’ailleurs corroborée par une parallèle hébraïque, la légende des jumeaux Jacob et Ésaü, Briquel passe en revue la guerre des Romains contre leurs voisins sabins, provoquée par le fameux rapt des femmes sabines, puis s’interroge sur l’étrange mort, présente surtout dans les variantes archaïques du mythe, de Romulus qui finit par être démembré par les sénateurs qui enterrent ensuite les morceaux de son cadavre dans différents endroits à Rome.

L’auteur montre, solides arguments à l’appui, que la nécessité mythique de cette lugubre fin de Romulus devient évidente lorsque l’on remarque que, dans le mythe, une fois qu’il a fondé la ville, Romulus commence à se comporter de plus en plus en tant que dirigeant arbitraire, ne tenant plus guère compte des impératifs de la morale et de la justice. De fait, parmi les actes négatifs du premier roi romain, on repère notamment trois fautes morales successives qui témoignent de sa déchéance éthique progressive. Ainsi, il s’agit d’abord de sa joie secrète à l’annonce de l’assassinat de Titus Tatius, son collègue sabin sur le trône de Rome, car sa disparition lui permet de régner seul ; Romulus devient donc coupable de hubris. Ensuite, le roi attaque la ville de Fidènes sans aucun casus belli, se rendant fautif d’une agression non provoquée. Enfin, après une victoire importante sur la ville de Véies qui a permis à Rome d’agrandir son territoire, Romulus distribue aux soldats les terres conquises sans avoir préalablement consulté le Sénat, devenant ainsi derechef responsable d’abus de pouvoir. Ces trois « fautes » disqualifient Romulus en tant que roi légitime et prouvent sa transformation en tyran, ce qui explique la nécessité de sa disparition, peu après, sous les coups des sénateurs.

En ce qui regarde sa mise à mort baroque, elle se comprend par son devenir dans l’au-delà, les morceaux de son cadavre démembré étant enterrés partout dans la ville pour exprimer son nouveau rôle, à savoir sa métamorphose en Quirinus, le dieu assurant l’unité sociale et civique des Romains à travers ces unités politiques de base de la Rome archaïque que sont les trente curies, distribuées, elles aussi, à travers Rome. Aussi Romulus ne meurt-il pas vraiment, mais continue à veiller sur les citoyens de sa ville sous une forme divine.

On l’aura compris, tout en étant servi d’une langue fluide et d’une clarté de propos à le rendre accessible au grand public cultivé, ce livre abonde d’érudition et de sophistication et apporte des réponses subtiles aux problèmes posés par le mythe de Romulus, ce premier Romain qui, pour fonder la civilisation, est obligé de tuer celui qui est le plus proche de lui, son propre frère jumeau.

Karlis Konrad Vé

Sorbonne Université

Citer cet article comme : Karlis Konrads Vé, ROMULUS. JUMEAU ET ROI, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/04/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16311.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search