« Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop » : une Antiquité super-héroïque.

Rangez vos fastidieux cahiers d’histoire, vos souvenirs de sixième et vos émissions pompeuses : l’Antiquité est déjà autour de vous et elle se raconte d’elle-même. Ne venez pas au musée en pensant y voir de vieilles choses depuis longtemps disparues et périmées : vous vous retrouverez au contraire confrontés à votre propre présent. On dit souvent que les musées ne doivent pas être des lieux figés et isolés du temps présent. L’exposition diligentée par Mathieu Scapin et Tiphaine Annabelle Besnard, commissaires scientifiques, en est sans doute la meilleure illustration et prouve, pour reprendre la formule de Pascal Payen, que « l’Antiquité n’est pas un dépôt inerte»1.

La scénographie ouverte de Guillaume Lamarque permet au visiteur de découvrir progressivement les objets exposés sans le contraindre. Les plus attentifs trouveront d’ailleurs quelques surprises à découvrir au fur et à mesure de leur progression dans la salle, à l’instar des jeux vidéo conçu avec un monde libre. L’exposition tripartite invite au voyage, temporel et géographique, sans cloisonnement excessif. Chaque zone offre à l’œil de fascinantes pièces d’art contemporain mises en pendant avec objets et créations de la culture pop (jeux vidéo, comics, manga, bandes dessinées) mais aussi données archéologiques. Les plus petits (et les plus grands aussi) pourront également participer à une enquête à l’intérieur de l’exposition en incarnant un archéologue du futur amené à s’interroger sur l’utilisation et la signification des objets qu’il découvre sans autre information.

Le premier espace, intitulé « Les Etats-Unis : un colosse aux pieds antiques », accueille logiquement le spectateur. L’exposition affiche d’entrée une œuvre particulièrement marquante et ample : The Jugdment of Paris d’Eleanor Antin, inspirée de Rubens.

The Jugdment of Paris d’Eleanor Antin

On voit d’entrée l’intérêt d’une telle exposition : s’interroger sur le monde actuel plus que remarquer avec indifférence l’évocation Antique. Avec humour, l’artiste transforme les déesses et dénonce ainsi les clichés féminins contemporains : Athéna devient une militaire armée en treillis, Aphrodite une femme fatale et précieuse et Héra, en une femme foyer ! Une petite vitrine annexe lui fait écho et présente plusieurs vestiges archéologiques telles des statuettes ou des objets du quotidien (miroir, fibule, bagues, etc.). Non loin, un jeu vidéo est accessible à ceux qui souhaiteraient incarner un super-héros et combattre. Vient ensuite le Daughters of Leucippidus de Jeff Koons qui démontre le caractère volatile et multiple de la référence à l’Antiquité et la polyvalence de ses mythes avec par exemple ici une citation du tableau de Rubens L’enlèvement des filles de Leucippe. Plus loin, le casque de Maximus Decimus Meriduis (alias Russel Crow) est présenté comme un point de départ laissant apparaître la statue d’Alexios (Assassin’s Creed Odyssey) et rappelant l’influence de ce péplum sur le regain d’intérêt pour l’Antiquité qu’il a suscité. Dans la fenêtre sur le plan supérieur on trouve également un écran diffusant plusieurs clips vidéos (Katy Perry, Lady Gaga) expliquant en surtitre la référence à l’Antiquité proposée par ces artistes (pour le casque et le son, rdv de l’autre côté de la fenêtre). Une galerie des portraits retient en dernier lieu l’attention avant le changement de zone : Heroes of Stone avec Wonder Woman, Captain America, Superman mais aussi… Marc Aurèle ! La force du modèle antique en marbre blanc, et plus particulièrement du buste, est montré persistant et pose la question des icônes antiques et modernes. Si l’on pense au générique de fin d’Avengers: Age of Ultron on ne peut que confirmer cette mode du marbre.

Heroes of stone de Léo Caillard tourné vers Daughters of Leucippidus de Jeff Koons

Dans un deuxième temps, c’est « L’Europe occidentale : l’Antiquité en héritage » qui est mise en avant. C’est le Hipster in stone de Léo Caillard vêtu de sa marinière de son slim et de Ray-ban (il ne manque plus que la barbe !) qui accueille le visiteur. La question du corps et de la virilité sont en premier lieu abordées à travers plusieurs œuvres : Narcisse de Pierre et Gilles, Marcellus et Neon led Discobolus de Léo Caillard, mis en pendant d’un fragment discobole antique.

                            Neon led Discobolus – Léo Caillard

La citation est explicite, tout comme pour l’autre œuvre de Léo Caillard, Icarus, qui réfère au personnage de l’Antiquité mais qui visuellement rappelle également le vif d’or des matchs de quidditch, sport fictif issu de la saga Harry Potter. On trouve d’ailleurs en toute logique une analyse d’un passage de la série de J. K. Rowling immédiatement derrière cette œuvre. En pendant de la Medusa hurlante et dorée de Damien Hirst, c’est l’épisode du basilic, serpent au regard mortel de l’épisode de la Chambre des secrets, qui est proposé au décodage. Tout un chacun aura pu explorer l’Alexandrie d’Egypte au travers du mode éducatif Discovery Tour du jeu Assassin’s Creed Origins mis à disposition du public et accompagné d’une monnaie antique et de dessins reconstituant l’aspect de la cité archéologique produits pour ce même jeu par Jean-Claude Golvin.

Une dernière zone, un peu plus restreinte que les deux premières et intitulée « L’Asie extrême-orientale : des cultures en contact », clôture notre visite. La référence à l’Antiquité dépasse en effet le simple espace occidental. La célèbre série de multiples fois adaptées Saint Seiya / Les Chevaliers du Zodiaque, disponible ici au public en jeu de combat en 1 contre 1, s’inspire largement de l’Antiquité. Un zodiaque romain restitué rappelle ici cette origine. La rencontre entre l’Antiquité méditerranéenne et l’orient contemporain est symboliquement visible dans la New 40403 Stone Statue (Aphrodite holding her drapery & Bodhisattva) de Xu Zhen : ici Bouddha rencontre Aphrodite.

    Aphrodite holding her drapery & Bodhisattva de Xu Zhen

Comme pour les autres zones, un coin lecture est proposé avec notamment les trois mangas (en plusieurs exemplaires !) : Pline, Thermae Romae ou Ad Astra. La Core (série : Translation) de Meekyoung Shin marque la fin de la visite. La statue de savon, créée en 2011, illustre à merveille l’érosion de toute chose par le temps, et en particulier des données archéologiques, livrant cette leçon avec douceur en parfumant l’environnement proche.

L’association de l’archéologie, de l’art contemporain, de productions scientifiques et de médias chers à la pop culture rendent cette exposition accessible à tous et susceptible de toucher la curiosité de toutes les tranches d’âges. Comme on l’attend désormais des musées modernes, l’attention du visiteur est sollicitée de différentes manières même si le sens visuel reste le principal vecteur d’information. La seule contrainte nécessaire pour une compréhension totale de l’ensemble est la lecture des planches explicatives proposées dans chaque zone car les cartels ne sont pas systématiques pour les œuvres mineures. Les œuvres choisies comme la scénographie, toutes pleines d’humour, participent à la construction d’un moment à la fois agréable et pédagogique.

Une base bibliographique sommaire associée à l’exposition est disponible, de façon habituelle, sous Zotero. Le catalogue2, à l’image de l’exposition, regroupe des contributions d’auteurs3 d’horizons divers, spécialistes de l’Antiquité, de sa réception, artistes, designers, architectes, scénaristes ou écrivains qui participent à rendre l’approche vivante.

Arnaud Saura-Ziegelmeyer,

Docteur en Sciences de l’Antiquité et Membre associé laboratoire PLH-ERASME

1 M. Scapin, T.-A. Besnard, Age of Classics ! l’Antiquité dans la culture pop : catalogue de l’exposition présentée au musée Saint-Raymond, musée d’archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2019, p21.

2 M. Scapin, T.-A. Besnard, Age of Classics ! l’Antiquité dans la culture pop : catalogue de l’exposition présentée au musée Saint-Raymond, musée d’archéologie de Toulouse, du 22 février au 22 septembre 2019, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2019.

3 Danièle André, Tiphaine Annabelle Besnard, Fabien Bièvre-Perrin, Léo Caillard, Sabine Forero Mendoza, Julie Gallego, Jean-Claude Golvin, Guillaume Lamarque, Valérie Mangin, Sawako Morita et Yasuo Ikuta, Pascal Payen, Pierre et Gilles, Catherine Psilakis, Mathieu Scapin, Sandya Sistac, Matthieu Soler, Romain Vincent.

Citer cet article comme : Arnaud Saura-Ziegelmeyer, « Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop » : une Antiquité super-héroïque., in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/04/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16320.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.