Incognito

Daniel-Muller (D) et Duarte (P), Incognito. L’art de la ruse et de la dissimulation dans l’Antiquité, Précédé d’un entretien avec le général Oméga. Paris: Les Belles-Lettres, 2018. – 346 p. – ISBN : 9782251448701.

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Cet ouvrage est une anthologie qui rassemble 117 textes en français d’auteurs grecs et latins sur le sujet de la ruse, du mensonge et de la dissimulation, idées regroupées sous le terme générique moderne d’incognito par souci de simplification. La période embrassée est vaste, puisqu’elle s’étend du VIIIe siècle avant J.-C. au VIe siècle après J.-C.

Pour donner au lecteur une vue d’ensemble de la thématique, le corpus est divisé en quatre parties. Chacune d’elle explore un champ de la vie sociale des Anciens : la guerre (« À la guerre comme à la guerre »), la politique (« Intra muros »), la sphère intime (« Secrets d’alcôves ») et la littérature (« L’art de l’incognito »). Elles sont, à leur tour, divisés en sous-thèmes. De courtes introductions présentent succinctement la thématique mise en exergue par le classement des textes. Cette façon de procéder permet ainsi au lecteur, non seulement d’embrasser la question sous ses différentes facettes et de saisir une réalité méconnue, voire insoupçonnée, mais aussi de pénétrer au cœur des mentalités antiques dans ce qu’elles n’ont pas de plus flatteur. S’intéresser à ce sujet jette un éclairage nouveau sur la vie sociale des Anciens, car la dissimulation, le complot, le secret ou encore le mensonge faisaient partie intégrante des mentalités antiques. En effet, l’ « incognito » était un mode d’action pratiqué que l’on retrouvait aussi bien dans la vie du citoyen grec que dans celle du citoyen romain.

Ainsi, par exemple, on découvre que les batailles ne se gagnaient pas exclusivement par le combat armé. Le recours à des procédés indirects, comme l’utilisation de la ruse, des stratagèmes, la communication de fausses informations, les opérations secrètes, la collecte de renseignements, etc., existait déjà dans l’Antiquité. Certes, ces procédés n’étaient guère considérés comme des procédés nobles parce qu’ils échappaient aux règles de la bataille rangée et qu’ils relevaient de la « minima ars1 », cependant ils étaient d’une redoutable efficacité ! Pourquoi donc se priver de leur usage ?!

Dans le domaine de la séduction, la tromperie amoureuse était un élément essentiel aussi bien chez les dieux que chez les mortels. La question du consentement de l’objet convoité n’était pas une préoccupation antique, d’où les innombrables récits mythologiques de « prises », de « visites » impromptues et de rapts, telles que ceux de Danaé, d’Europe ou encore de Proserpine. Les amours clandestines ne pouvaient se passer de stratagèmes savamment élaborés pour séduire l’objet de son désir et/ou duper le mari, mais aussi pour échapper aux conséquences parfois funestes d’une telle révélation. Ainsi, tous les coups étaient permis. Il arrivait aussi que des amours secrètes fussent dévoilées, alors un parfum de scandale emplissait les rues grecques et romaines pour le plus grand malheur ou bonheur (c’était selon) des protagonistes.

Comme le montre cet ouvrage les idées de ruse, de duperie, de secret, de conspiration, de renseignements sont loin d’être nouvelles. Cependant, leurs usages antiques étaient assez éloignés de nos propres conceptions des relations sociales. L’attitude, par exemple, du citoyen romain se définissait par rapport à une organisation politique et sociale très structurée basée sur de nombreuses relations d’interdépendance (liens personnels, tels que les liens de clientèle, de parenté, commerciaux, financiers, et politiques comme l’appartenance à une classe censitaire, à une centurie, à une tribu ou encore à un ordo). Cette interdépendance, fondée sur un système d’obligations et de réciprocité, exigeait des citoyens la solidarité. Pour les Anciens, la ciuitas formait un tout organique que l’on ne devait pas fissurer. De fait, la cohésion sociale primait sur l’individu. Autrement dit, les questions d’atteinte à la vie privée et de liberté individuelle ou encore de transparence politique qui font actuellement l’objet de nombreux débats animés n’étaient pas des questions qu’ils se posaient comme le montre la lecture des textes proposés. Espace privé et espace public ne peuvent s’appréhender selon nos critères. Quant aux notions de démocratie et de république que l’on emploie aujourd’hui à tout va comme cela arrange, elles aussi sont assez éloignées de la conception antique. Il n’était pas incompatible que le pouvoir incite à la délation, à la dénonciation, ou recoure à l’espionnage pour déjouer une conjuration.

La thématique abordée dans cette anthologie est intéressante parce qu’elle permet de déconstruire une Antiquité souvent idéalisée en rendant les Anciens plus proches de nous dans leur humanité. En effet, pour appréhender les mentalités antiques dans leur ensemble, il est utile d’aller au-delà des thèmes « nobles » traditionnellement étudiés. Nous savons gré aux auteurs de l’avoir fait. Néanmoins, nous émettons une réserve quant au choix de certains extraits de textes que nous ne trouvons pas toujours très éclairants. En regroupant des domaines très (trop ?) divers, on finit par se perdre. Peut-être est-ce là une ultime manifestation de l’incognito ?

Pour aider les lecteurs à se repérer et à développer leur savoir plusieurs outils pédagogiques spatio-temporels et d’approfondissement des connaissances dans les cultures de l’Antiquité sont à leur disposition. On trouve ainsi au début du livre trois cartes, toutefois sans précision chronologique, pour situer géographiquement les lieux évoqués dans le corpus des textes antiques : une de la Méditerranée antique, une du monde grec, et une de l’Italie antique. À la fin du livre de courtes notices biographiques des auteurs grecs et latins classées par ordre alphabétique de leur nom, dont la distinction est opérée par un repère visuel (caractère droit et caractère en italique), permet d’avoir les principales informations quant à leur vie et leurs œuvres. Un glossaire des termes latins et grecs ainsi qu’une chronologie succincte des principales guerres et complots couvrant toute la période antique, de la guerre de Troie au XIIe siècle avant J.-C. à la chute de l’Empire romain d’Occident en 476 ap. J.-C., viennent compléter et enrichir la lecture des textes. Enfin, chaque texte du corpus est précédé dans l’en-tête d’un repère chronologique marqué par trois auteurs servant de bornes : Homère au VIIIe siècle av. J.-C., Virgile au Ier s. av. J.-C. et Claudien au Ve siècle ap. J.-C. Ainsi, pour visualiser l’époque à laquelle se situe l’auteur du texte cité, une flèche la matérialise sur un axe horizontal marqué par ces trois bornes. Si l’on comprend le choix d’Homère, on aurait aimé que ceux de Virgile et de Claudien soient justifiés, d’autant plus que la source la plus tardive est celle de Procope de Césarée au VIe siècle ap. J.-C. L’ensemble s’accompagne naturellement d’une bibliographie des sources utilisées, ainsi que d’une sélection d’ouvrages et d’articles d’excellent niveau.

L’objectif de la collection à laquelle appartient cette anthologie est de permettre à tout un chacun de confronter les mondes anciens et le monde moderne afin de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Il est répandu (à tort) qu’il n’est pas utile de remonter à l’Antiquité pour comprendre le temps présent ; or celle-ci survit dans notre quotidien plus qu’on ne l’imagine. Le produit « Antiquité » n’est pas uniquement l’apanage de l’art, de la littérature ou encore du cinéma. Le marketing et les publicités sont truffés de références à celle-ci : des voitures à la maroquinerie en passant par les chaussettes (si !). Ce que l’on sait probablement moins, c’est que l’Antiquité jouit aussi d’une bonne réputation dans le quotidien insoupçonné des agents des services secrets. L’originalité de la collection Signets est d’introduire le thème du livre par un entretien. Ainsi, les auteurs se sont entretenus avec un certain général Oméga, docteur en archéologie grecque et retraité de la DGSE, qui a préféré rester incognito, pour ouvrir la réflexion. Il nous révèle qu’aujourd’hui encore c’est une tradition de se servir de références antiques pour désigner des agents ou des missions (l’affaire Cicéron pendant la Seconde Guerre Mondiale et la mission Argo en 1979 sont citées).

En somme, point n’est besoin d’avoir fait du latin et/ou du grec pour s’intéresser au rapport des Anciens à l’idée de ruse et de dissimulation, et plus généralement à l’Antiquité ou encore tout simplement pour découvrir les auteurs antiques. Ce volume s’adresse à tous. Pour paraphraser André Malraux : « la culture ne s’hérite pas, elle se conquiert2 ». Soyons donc curieux : « Osons lire les Grecs et les Latins3 »! 

Cynthia Couhade-Beyneix

Docteur en histoire

Citer cet article comme : Cynthia Beyneix, Incognito, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/04/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16343.

1 Voir Tite-Live, Histoire romaine, I, 53, 4. 

2 André Malraux, Hommage à la Grèce, Discours prononcé le 28 mai 1959 à Athènes.

3 Pierre Judet de la Combe, L’avenir des Anciens, Albin Michel, Paris, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.