Dieux & Héros de la mythologie grecque

Clavel (F.), Koening (V.), Bachelier (B.), Duffaut (N.), Dieux & Héros de la mythologie grecque. – Paris: Fleurus, 2018. – 188 p. – ISBN: 978-2-2151-3756-6

Crédit image. Première de couverture – Fleurs éditions

La mythologie grecque fait l’objet de nombreux ouvrages de vulgarisation en direction de la jeunesse. Dieux & héros de la mythologique grecque est l’un d’entre eux. Il s’adresse à un public de six à douze ans réadaptant deux ouvrages, également parus chez Fleurus en 2015 et 2016, dans la collection “Mon carnet de mythes et légendes” [1]. Illustré par Benjami Bachelier et Nicolas Duffaut, cet ouvrage présente le portrait d’une vingtaine de dieux, déesses, héros et héroïnes de la mythologie grecque à travers des textes de Fabien Clavel et Viviane Koening, romanciers spécialistes de la Grèce antique. À chacun des personnages correspond une fiche d’identité de deux pages comprenant une illustration symbolique, un petit texte introductif, son arbre généalogique – noms de ses parents, frères et sœurs, ancêtres et descendants –, ses fonctions ou exploits selon qu’il est un dieu ou héros, et ses attributs – sanctuaires, animaux et arbres sacrés, signes de reconnaissance. Vient ensuite une brève anecdote sur la vie du personnage, suivie d’un récit de deux à huit pages relatant un épisode légendaire de son mythe.

Illustration 1 : Exemple d’une fiche d’identité d’un dieu de la mythologie grecque

La mythologie grecque apparaît comme un sujet de prédilection dans la littérature jeunesse. Il existe un grand nombre de livres sur ce sujet, que ce soit des albums illustrés, des recueils d’histoires, des bandes dessinées, des documentaires, des romans. Chaque auteur, chaque collection, chaque maison d’édition traite à sa façon ce vaste domaine qu’est la mythologie grecque. C’est un thème prescripteur pour la jeunesse, d’autant que certains ouvrages sont mêmes des recommandations scolaires, c’est le cas, par exemple, de 16 métamorphoses d’Ovide de Françoise Rachmühl[2] d’Ovide de Françoise Rachmühl2, ou de la collection Histoires noires de la mythologie aux éditions Nathan. De nombreux mythes ont été réécrits et réinterprétés par les auteurs contemporains pour en faire un support d’apprentissage et de découverte pour des enfants de tout âge.

Un aperçu détaillé de la mythologie grecque

Dieux et héros de la mythologie grecque se divise en trois parties. Dans un premier temps, une courte introduction explique aux jeunes lecteurs la notion de mythe. Les auteurs rappellent que la mythologie est «un ensemble de mythes, c’est-à-dire des histoires qui donnent des explications sur l’origine d’une civilisation»[3] et qu’elle s’est transmise de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à la fois grâce aux auteurs antiques comme Homère, Ésope, Hésiode, Euripide ou Sophocle, mais également grâce aux artistes antiques qui «les ont sculptés dans le marbre, coulés en bronze ou peints sur des vases et des coupes»[4]. Ils reviennent également sur la question polémique de la véritable existence d’Homère qui est encore à prouver et notamment sur ses deux poèmes célèbres que sont l’Illiade et l’Odyssée.

La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux dieux et déesses de la mythologie grecque, à la cosmogonie et à la théogonie de la civilisation grecque. Fabien Clavel et Viviane Koening exposent la création du monde selon les Grecs, avec le Chaos qui règne en maître, détrôné par la Terre, Gaïa, qui donne naissance à la Nuit, le Jour, le Sommeil et la Mort. Viennent la première génération de dieux, enfants de Gaïa et d’Ouranos, le Ciel: Cronos et Réa en sont le couple phare puisqu’ils détrônent Ouranos et règnent à sa place sur le monde. Ils sont suivis de la seconde génération de dieux et déesses, enfants de Cronos et Réa – Zeus, qui a pris la place de son père, Héra, Hadès, Déméter, Hestia et Poséidon, – ainsi que des enfants de ces dieux – Athéna, Artémis, Dionysos – et des enfants des Titans, la première génération de dieux – Prométhée et Hélios. Chaque dieu a des attributs qui lui sont propres. Zeus est reconnaissable au foudre qu’il exhibe fièrement, mais également à l’aigle et au chêne qui sont ses animaux et arbres sacrés ; Athéna grâce à sa lance, son casque et l’égide ; Poséidon grâce au trident ; Hadès grâce à son casque invisible ; Dionysos grâce à la vigne et le thyrse, etc. La filiation complexe des dieux et des déesses grecs apparaît simplifiée à travers une brève généalogie à la fin de l’ouvrage.

Illustration 2 : Généalogie des dieux et des déesses de la mythologie grecque

À travers chacun des mythes racontés, nous voyons apparaître, en toile de fond, la création du monde, son fonctionnement – la course du soleil est décrite à travers le mythe d’Hélios, – sa domination par la seconde génération de dieux qui mène des guerres terribles contre les Titans – la titanomachie – et contre les Géants nées de Gaïa – la gigantomachie – , l’organisation de ce monde, chaque dieu ayant sa fonction propre – Poséidon est le dieu des mers, Hadès celui des Enfers, Héra la déesse du mariage, Déméter celle de la nature, etc. Cette deuxième partie met également en avant l’anthropogonie, c’est-à-dire la création de l’humanité – les hommes seraient soit sortis de la terre comme des plantes après le déluge provoqué par Zeus, soit Zeus aurait créé plusieurs humanités avant de s’arrêter sur la nôtre, – et l’apparition des activités humaines comme le feu par exemple.

Enfin, la troisième partie de l’ouvrage présente les héros et les héroïnes de la mythologie grecque. Il en donne d’abord la définition suivante: «les héros sont le plus souvent des humains nés d’un dieu ou d’une déesse, et d’une mortelle ou d’un mortel. Leur ascendance divine explique leur supériorité et les exploits qu’ils accomplissent»[5]. Apparaissent alors les mythes de Cadmos, Persée, Belléphéron, Héraclès, Thésée, Dédale, Atalante, Oedipe, Jason, Médée, Castor et Pollux, ou encore Orphée.

À travers les différents mythes des dieux, déesses, héros et héroïnes mentionnés dans Dieux & héros de la mythologie grecque, c’est une vue d’ensemble de la mythologie grecque qui apparaît de manière tacite. À chaque personnage nommé dans l’ouvrage sont associés différents autres mythes grecs dans lequel il joue un rôle. Ainsi, sont également contés l’enlèvement d’Europe par Zeus métamorphosé en taureau, la transformation d’Io en génisse par Zeus pour la protéger d’Héra, l’enlèvement d’Ariane par Dionysos, la mort de Sémélé foudroyée après avoir regardé Zeus dans toute sa splendeur, la mort de Métis avalée par Zeus pour échapper à un oracle, celle de Pallas tuée par Athéna d’une de ses flèches, celle d’Orion tué par Artémis alors qu’il essaye de l’embrasser, celle d’Actéon tué par Artémis alors qu’il la surprend aux bains, etc. Des personnages, héros ou dieux, moins célèbres et presque oubliés sont également présentés à travers ces mythes tels Ilithye, la déesse des enfantements, Eris la déesse de la Discorde, Erichtonios, premier roi d’Athènes, ou les Curètes qui gardent le berceau de Zeus, ainsi que des créatures monstrueuses comme les Géants, les Hécatonchires ces créatures à cent bras et cinquante têtes, les Bacchantes et les Satyres qui suivent le cortège de Dionysos, etc…

Dieux & héros de la mythologie grecque nous donne à voir différents éléments de la civilisation grecque antique. L’ouvrage permet, par exemple, un apprentissage de la géographie grecque dans l’Antiquité, notamment à travers la carte détaillée insérée en début de livre. On y apprend également l’origine du mont Etna et la raison pour laquelle le volcan entre souvent en éruption – parce qu’un Géant y aurait été enfermé pendant la Gigantomachie, – ou encore la création de l’île de Nisyros, par Poséidon qui aurait brisé l’île de Cos en deux pendant cette même guerre.

Illustration 3 : Carte de la Grèce antique

L’ouvrage permet également d’appréhender l’origine de certaines coutumes grecques comme celle des sacrifices – avec la ruse de Prométhée qui a fait un partage défavorable pour les dieux, – la création du théâtre par Dionysos, ou de la poésie par Orphée. Sont également mentionnés des notions de la religion grecque – les fêtes sacrées comme les Dionysies pour rendre hommage à Dionysos ou les Panathénées en l’honneur d’Athéna, les différents sanctuaires importants de Grèce tels Eleusis pour Déméter, Sparte et Ephèse pour Artémis, Olympie pour Zeus – ou des détails politiques – le nom du premier roi mythique d’Athènes, Erichtonios, fils d’Athéna, et les divinités protectrices des villes comme Athéna pour la ville d’Athènes. Fabien Clavel et Viviane Koening exposent aussi l’origine mythique de certaines plantes ou animaux – les dauphins auraient été inventés par Dionysos, le cheval par Poséidon, Héra aurait rajouté les yeux sur les plumes du paon et Zeus aurait transformé en peupliers les Héliades qui pleuraient la mort de leur frère le fils d’Hélios – ou de certains signes astrologiques – vivent dans le ciel de monstrueux signes du zodiaque, de terribles animaux dont le scorpion qui a été envoyé là par Artémis pour le remercier de son aide quand elle a du affronter le géant Orion. Enfin, sont également expliqués l’étymologie de certains noms – métis veut dire prudence, phaéton celui qui brille – certaines expressions comme la boite de Pandore ou la corne d’abondance, ou encore certains termes difficiles et utiles de la mythologie grecque – ambroisie, obole, océanides, harpies, héraut.

Dieux & héros de la mythologie grecque nous offre donc un aperçu détaillé de la mythologie grecque mais également de la civilisation antique. Ce n’est pourtant pas le seul ouvrage traitant de ce thème et destiné à un jeune public.

La mythologie grecque, une base prescriptive pour les enfants

À travers divers supports – romans, albums illustrés, dictionnaires de dieux, déesses, héros et héroïnes, recueil d’histoires, documentaires, bandes dessinées – les auteurs contemporains transposent leur propre vision du monde, leur imaginaire, leurs conceptions dans leur réécriture de la mythologie grecque. Chaque époque, chaque auteur insiste sur une facette d’un mythe plutôt qu’une autre. Le héros ou l’héroïne ne se crée pas tout seul. C’est la société qui le fabrique, à partir d’un travail d’héroïsation entrepris par ses artistes et ses auteurs. Le héros est porteur d’enjeux identitaires, politiques, sociaux, moraux, religieux. Il est donc un produit historique et culturel, changeant selon les espaces et les sociétés qui le mettent en avant.

La mythologie grecque intéresse un public très jeune. Destinés aux enfants à partir de cinq ans, nous retrouvons une foison d’ouvrages qui présentent les différents mythes de façon très claire et souvent illustrée. La plupart du temps, la construction de ces ouvrages est similaire avec des récits de trois à douze pages maximum retraçant la vie de différents dieux, déesses, héros et héroïnes. Certains supports changent néanmoins cette construction, c’est le cas des dictionnaires de mythes comme Dieux & héros de l’Antiquité[6] qui proposent simplement un abécédaire d’un maximum de personnages présentés en quelques lignes succinctes. D’autres ouvrages préfèrent offrir des cartes d’identité de chaque personnage mythologique. Ainsi, Dieux. 40 dieux et héros grecs[7] introduit quarante dieux, déesses, héros et héroïnes grecs chacun sur une double page, avec des anecdotes, une généalogie du personnage, des épisodes clés de son mythe, et les attributs ou symboles qui lui sont liés. Parfois, les auteurs mettent à disposition de leurs jeunes lecteurs des outils d’aide pour mieux appréhender la mythologie mais également la civilisation antique. Ainsi,certains ouvrages proposent des cartes géographiques, une généalogie des dieux et des déesses ou encore un glossaire, comme c’est le cas de Dieux & héros de la mythologie grecque[8]. Dans Les mythes grecs édités chez Usborne[9] nous retrouvons même des passages explicatifs sur les créatures mythiques, les rois et les reines, les guerriers de la Guerre de Troie, tandis que dans Héros de la mythologie grecque[10], un cahier des œuvres d’art permet de comprendre la transmission iconographique de la mythologie grecque de l’Antiquité jusqu’à nos jours. La plupart des livres qui traitent de la mythologie grecque en direction d’un jeune public diffèrent par la manière de parler des auteurs antiques. Quelques uns les citent dès la fin de chaque mythe qu’ils racontent, c’est le cas dans Contes et légendes de la mythologie grecque et Récits fabuleux de la mythologie[11]. Certains, comme Dieux & héros de la mythologie grecque[12], préfèrent en parler dès leur introduction, tandis que d’autres s’inspirent directement d’un seul auteur pour réécrire sa version des mythes, l’exemple le plus connu étant la réadaptation constante des Métamorphoses d’Ovide – 16 métamorphoses d’Ovide, La mythologie en BD. Les métamorphoses d’Ovide[13].

Ces ouvrages qui traitent de la mythologie grecque font souvent revenir les mêmes dieux, déesses, héros et héroïnes. Ainsi, Héraclès, Jason, Thésée, Persée, Bellérophon, Œdipe, Atalante, Orphée sont des héros et des héroïnes dont les mythes sont réécrits sans cesse. C’est également le cas des dieux et déesses Zeus, Prométhée, Cronos et Rhéa, Héra, Artémis, Hadès, Athéna, Poséidon,Aphrodite ou encore Dionysos. D’autres, comme les héros Dédale, Arachnée, Narcisse, Phaéton,Perséphone, ou encore Médée, apparaissent moins souvent, même si leur mythe est quand même connu. Enfin, il est des personnages mythiques dont les légendes sont moins célèbres mais qui ressurgissent dans certains ouvrages tels Cadmos ou Castor et Pollux dont l’histoire est racontée dans Dieux & héros de la mythologie grecque et Mon carnet de mythes et de légendes[14], ou encore Sisyphe qui n’apparaît que dans Récits fabuleux de la mythologie grecque et Héros de la mythologie grecque[15] ou Midas dont la légende est contée dans Contes et légendes de la mythologie grecque, La mythologie en BD. Les métamorphoses d’Ovide et Récits fabuleux de la mythologie grecque[16].

Quelque soit le format, la construction ou le type de public de l’ouvrage, les auteurs contemporains poursuivent des objectifs similaires. Le principal, mis en avant par la majorité des auteurs des ouvrages que nous étudions, repose sur un critère historique. La mythologie grecque serait une source d’informations historiques qui permettrait de comprendre la cosmogonie antique,c’est-à-dire l’origine du monde telle que l’expliquait les Grecs dans l’Antiquité, mais également d’appréhender la naissance de l’humanité, l’apparition des choses, les phénomènes mystérieux que sont l’orage ou les astres du ciel, ou encore la création des activités humaines. À travers la mythologie grecque, et notamment son interprétation de la théogonie – la création des dieux –, et de l’anthropogonie – la création des hommes – c’est toute l’histoire de la religion grecque que nous voyons apparaître. Comme l’écrit Anne Lanoë, «ces récits mythologiques évoquent […] une terre en formation, primitive et sauvage, où chaque élément n’avait pas encore sa place définitive. La force des mythes est de nous expliquer l’apparition des choses avec beauté et poésie. […] En lisant les mythes grecs, nous renouons avec les origines du monde et enflammons notre imagination d’épisodes grandioses et fondateurs»[17]

L’objectif suivant est de dimension psychologique. Les mythes grecs seraient des modèles ou des contre-modèles comportementaux. Les héros et héroïnes sont des reflets de nous mêmes. Ils partagent les mêmes sentiments que nous – haine, amour, passion, tristesse, deuil, joie – leurs faiblesses et leurs défauts les rapprochent de nous. Leurs préoccupations et leurs comportements nous ressemblent. Ils nous donnent des leçons de vie et nous expliquent quelle conduite à adopter dans le monde. Comme l’explique Michel Piquemal, «pour que la société humaine ait une cohésion et une cohérence, des lois doivent être établies et respectées. Et les mythes sont là aussi pour nous l’enseigner. Ceux qui transgressent les règles seront punis»[18]. Les héros et héroïnes grecs sont même devenus des modèles de psychanalyse. Les grands penseurs de cette discipline en ont fait des exemples qui leur permettent d’illustrer leur enseignement. «Qui sommes nous? d’où venons-nous? Quel sens à la vie? Où irons-nous après la mort? La mythologie restitue, avec poésie et sans détour, nos angoisses, nos rêves, nos doutes, nos espoirs»[19]

Le dernier objectif est d’ordre culturel. Les mythes sont encore présents dans notre civilisation, à travers des expressions – la corne d’abondance, la boite de Pandore, le supplice de Tantale –, à travers l’iconographie – les mythes sont présents dans la peinture, la sculpture, mais aussi le cinéma. Ils inspirent constamment nos œuvres contemporaines et éclairent notre présent. Réécrire la mythologie grecque, c’est se réapproprier un héritage culturel, c’est apprendre aux générations plus jeunes cet héritage et l’histoire de la civilisation. C’est pourquoi certains auteurs contemporains, telle Françoise Rachmülh[20], décident de réécrire l’histoire d’Ovide pour retransmettre son œuvre à un public plus jeune, dans une langue plus moderne. Les mythes sont fondateurs, ce sont des textes universels qui permettent d’éclairer notre présent, mais aussi de comprendre les civilisations antiques. Ils permettent de déchiffrer le monde qui nous entoure. Ils sont des sources historiques car ils permettent de mettre en avant la géographie d’une région, la création d’une cité, ou même l’histoire d’un personnage ayant réellement existé. C’est d’ailleurs pour devenir des «passeurs d’histoire» pour reprendre l’expression de Michel Piquemal que les auteurs contemporains réécrivent sans cesse les mythes à leur manière[21]. «Le mythe n’est vivant que s’il passe de bouche à oreille. Il ne doit pas resté enfermé dans la poussière d’une bibliothèque,il doit circuler sous mille variantes et non être figé dans un écrit définitif»[22]. La mythologie grecque a, de tout temps, fait l’objet d’une réécriture personnelle de la part d’auteurs, qu’ils soient grecs, romains, byzantins, de la Renaissance ou encore actuels. La mythologie gréco-romaine – mais c’est aussi le cas de toutes les autres mythologies, égyptienne, nordique, sud-américaine, etc… – fascine et peut être vue comme une base de pensée universelle. Les romanciers contemporains s’en servent comme un outil de transmission et de savoir qui permet d’expliquer la culture et le patrimoine antiques à un jeune public. Les auteurs contemporains ne sont en quelques sortes que des passeurs de plus d’une époque à une autre. Enfin, le plus important des objectifs suivis par les auteurs contemporains concerne évidemment le divertissement. Ils réécrivent la mythologie grecque dans le seul but de donner du plaisir à leurs lecteurs, de les divertir, de permettre aux parents de raconter une histoire à leurs enfants et de partager un moment ensemble, de se construire une culture commune et littéraire. Réécrire la mythologie grecque c’est participer à un émerveillement, une fascination commune face à ces légendes mystérieuses. «Rêver est un plaisir sans fin»[23]. Pour Paul Veyne, le véritable but du mythe est de nous divertir: «que ce soit vrai ou non ne compte pas plus que cela ne compte pour ceux qui écoutent le récit des mythes grecs. Et quand certains mythes racontent fabuleusement la création du monde ou de l’homme, ils le font incidemment, ce n’est pas leur but premier; les mythes ne sont pas une philosophie primitive! Leur but est simplement de divertir. Ils n’ont pas d’autre fonction que littéraire»[24].

La mythologie grecque est très présente dans la littérature consacrée à la jeunesse, alors qu’elle se fait plus rare dans la littérature destinée aux adultes. Elle reste principalement un élément divertissant ou instructif pour les enfants, alors qu’elle est exclue de l’univers des adultes, à l’exception des dictionnaires de mythes, des essais ou encore des livres de science fiction qui reprennent souvent des éléments de mythologie divers. Comme se le demande Hélène Montarde, «est-ce parce que les contes populaires constituent la littérature enfantine la plus ancienne et la mieux connue que de nombreux éléments appartenant à ce genre se retrouvent dans les romans jeunesse? »[25]. Selon la philosophe Dominique Ottavi, «l’altérité de l’imaginaire mythique s’est, pour nous, confinée dans l’univers enfantin, au point d’apparaître comme une caractéristique de l’enfance, et de la marquer du sceau de l’altérité. Pourtant, ce dont parlent les mythes, même s’ils peuvent avoir une fonction éducative, ne se réduit pas à une strate dépassée ou infantile de la pensée, même si leur existence est survivance, et même si leur connexion à l’inconscient est indéniable»[26].

Les mythes sont souvent destinés aux enfants car ils sont un facteur d’apprentissage important. Disséminés dans leurs mythes, les auteurs décrivent tout un panel de la culture antique:les vêtements, les armes, la nourriture, les dieux, les connaissances scientifiques et médicales des populations antiques, leur manière de vivre, de prier, de se marier, de faire du sport, leurs us et coutumes, leurs monnaies, etc… Le mythe appartient également à notre patrimoine culturel et le fait de le raconter aux enfants ressort souvent d’un désir d’apprentissage et de transmission de la culture. Certains auteurs veulent juste réadapter les mythes à leur manière pour en faire une jolie histoire à raconter à leurs jeunes lecteurs, d’autres le font dans un souci plus documentaire pour rassembler toutes les versions d’un même mythe dans des dictionnaires de mythologie, d’autres enfin ont un objectif plus philosophique et veulent faire réfléchir leurs lecteurs sur l’origine du monde, mais tous le font par souci de transmission culturelle. Ce sont des «passeurs d’histoire»pour emprunter cette belle expression à Michel Piquemal[27]. Et c’est la mission qu’a réussie Dieux & héros de la mythologie grecque qui permet de transmettre une partie de la mythologie grecque de façon explicite et détaillée.

Émilie Druilhe

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Dieux & Héros de la mythologie grecque, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/04/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16413.

[1]    KOENING (V.), DUFFAUT (N.), Mon carnet de mythes et légendes. Dieux de la mythologie grecque, Fleurus, 2015, 95 p. et CLAVEL (F.), BACHELIER (B.), Mon carnet de mythes et légendes. Héros de la mythologie grecque, Fleurus, 2016, 96 p.

[2]    RACHMÜHL (F.), 16 métamorphoses d’Ovide, Flammarion Jeunesse, 2010, « Castor Poche », 159 p.

[3]    CLAVEL (F.), KOENING (V.), BACHELIER (B.), DUFFAUT (N.), Dieux & Héros de la mythologie grecque, Paris : Fleurus, 2018, p. 7

[4]    Ibid., p. 9

[5]    Ibid., p. 103

[6]    GANDON O., Dieux et héros de l’Antiquité, Toute la mythologie grecque et latine, Livre de Poche Jeunesse, 2014, 448 p.

[7]    BAUSSIER (S.), ALMASTY, Dieux. 40 dieux et héros grecs, Paris : Gallimard jeunesse, 2017, (Bam!), 96 p.

[8]    CLAVEL (F.), KOENING (V.), BACHELIER (B.), DUFFAUT (N.), Dieux & Héros de la mythologie grecque, Paris : Fleurus, 2018

[9]    MILBOURNE A., STOWELL L., Les mythes grecs, Éditions Usborne, 2010, 304 p.

[10]    ADAM M.-T., Les héros de la mythologie grecque, Gallimard Jeunesse, 2006, « Folio Junior », 223 p.

[11]    LANOË A., Contes et légendes de la mythologie grecque, Fleurus, 2016 ; PIQUEMAL M., Récits fabuleux de la mythologie, Albin Michel Jeunesse, 2012, 192 p.

[12]    CLAVEL (F.), KOENING (V.), BACHELIER (B.), DUFFAUT (N.), ibid

[13]    RACHMÜHL F., 16 métamorphoses d’Ovide, Flammarion Jeunesse, 2010, « Castor Poche », 159 p. ; BOTTET B., La mythologie en BD. Les métamorphoses d’Ovide, Casterman, 2016, 64 p.

[14]    CLAVEL (F.), KOENING (V.), BACHELIER (B.), DUFFAUT (N.), ibid., p. 104 et 176, CLAVEL F., BACHELIER B., Mon carnet de mythes et légendes. Héros de la mythologie grecque, Fleurus, 2016, p. 13 et 85

[15]    ADAM M.-T., ibid., p. 33 ; PIQUEMAL M., ibid., p. 55

[16]    LANOË A., ibid., p.64 ; BOTTET B., ibid., p. 56 ; PIQUEMAL M., ibid., p. 69

[17]    LANOË A., ibid., p.4

[18]    PIQUEMAL M., ibid., p. 7

[19]    Ibid., p. 5

[20]    RACHMÜHL F., ibid

[21]    PIQUEMAL M., ibid., p. 5

[22]    Ibid., p. 5

[23]    CLAVEL (F.), KOENING (V.), BACHELIER (B.), DUFFAUT (N.), Dieux & Héros de la mythologie grecque, Paris : Fleurs, 2018, p. 7

[24]    VEYNE P., « Un trésor de contes, et rien d’autre », dans Grèce : des dieux et des hommes. À quoi servent les mythes ?, L’ Histoire, n° 389, juin 2013, p. 105

[25]    MONTARDE H., « Du conte au roman : le mythe de la princesse dans la littérature de jeunesse », dans Imaginaire & Inconscient, 2002/3 (n°7), § 1

[26]    OTTAVI D., « Mythe et altérité enfantine », dans Le Télémaque, 2011/2 (n° 40), § 25

[27]    PIQUEMAL M., ibid., p. 6

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pr S. Feye dit :

    En mythologie, je tiens à signaler une livre qui révolutionne les interprétations : Emmanuel d’Hooghvorst, Le Fil de Pénélope (Éditions Beya).
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.