La part du héros

Marcolongo (A.), La part du héros. Le mythe des Argonautes et le courage d’aimer. – Traduit de l’italien par B. Robert-Boissier. – Paris: Les Belles Lettres, 2019. – 266p. – ISBN: 9782251448978

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Il y a trois ans, Andrea Marcolongo a publié un livre qui a battu des records de vente dans le monde entier et qui a été traduit en de très nombreuses langues ; il s’agit de La lingua geniale. 9 ragioni per amare il greco, Roma – Bari, Laterza, 2016, paru en France sous le titre La langue géniale. 9 bonnes raisons d’aimer le grec (version française de B. Robert-Boissier, Paris, Les Belles Lettres, 2018), Elle tentait de faire partager ce qu’elle ressentait, son amour pour la beauté du grec ancien, et de mettre en évidence l’intérêt que présentait ce dernier de nos jours. À la suite de ce succès, elle a été invitée, elle a donné des conférences, des interviews etc. Beaucoup de lecteurs l’ont contactée. C’est pour répondre à leurs questions et à leurs sollicitations, explique-t-elle p. 28, qu’elle a entrepris d’écrire ce deuxième ouvrage, La Misura eroica. Il mito degli Argonauti e il coraggio che spinge gli uomini ad amare (Milan, Mondadori, 2018) dont la traduction française est sortie en févier 2019. Elle a choisi d’y parler de « l’art difficile et terrible de se mettre en route en se dépassant soi-même pour devenir grands, peu importe l’âge que nous avons » (p. 29).

Son livre « raconte ce qui se passe lorsque nous sommes appelés à faire des choix […] et il le fait avec des mots modernes qui ont des origines anciennes, à travers des mythes et des légendes qui conservent depuis toujours le sens, cristallin, des choses qui rapprochent tous les êtres humains » (ibidem). Sa passion pour l’hellénisme n’apparaît pas seulement dans l’utilisation qu’elle revendique « de mots modernes qui ont des origines anciennes », mais dans le procédé rhétorique qui sous-tend toutes ces pages, la métaphore (« je voudrais vous accompagner dans les instants jamais répétés du choix par le biais de métaphores, dans le sens originel du terme. Du grec μεταφορά (metaphora) formé de l’union de la préposition μετα (meta) et du verbe φέρω (pherô), c’est-à-dire “mener à travers” — en tenant par la main — dans les sentiments les plus intimes que nous éprouvons chaque jour » (p. 29). Pour cela, elle a pris comme base une légende extrêmement ancienne (Homère, déjà, la dit très connue), pour laquelle elle utilise le poème du IIIe siècle avant notre ère, Les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, qui relate le voyage de Jason parti chercher la toison d’or avec des compagnons (« Avec le mythe des Argonautes et les mots de la mer, je voudrais vous mener à travers ce seuil que nous sommes appelés à franchir chaque fois qu’il nous arrive quelque chose de puissant et de terrible qui nous change pour toujours », p. 30).

La précision qu’apporte A. Marcolongo dans cette déclaration « et avec les mots de la mer » fait référence, certes, au récit qu’elle offre du premier voyage maritime de tous les temps, puisqu’Argo a été le premier bateau à fendre l’onde, mais aussi à ce qui constitue la seconde base de son livre, un manuel anglais de 1942 indiquant comment doivent se comporter pour survivre les victimes d’un naufrage, How to Abandon Ship, « Comment quitter le navire ». Elle utilise donc, conjointement à la première, une deuxième métaphore, pour expliquer la manière dont peut se franchir un moment difficile, mettant ainsi en évidence le résultat obtenu en tissant ensemble fils anciens et fils contemporains. Cette attitude se reflète dans la construction de presque tous les chapitres : pour chacun, en exergue, un passage du précis de survie, puis la narration de l’épisode apparenté dans les Argonautiques, une explication de ce texte, ensuite en général, des réflexions, des souvenirs ou des confidences personnelles, enfin des conseils et des leçons à tirer pour le lecteur, tout cela, naturellement, sans la raideur que ma schématisation pourrait suggérer, mais avec le laisser-aller et la grâce d’une conversation à bâtons rompus. Car c’est tout le charme d’un véritable échange qu’on retrouve dans ces lignes, dont une caractéristique est le jeu sur les pronoms personnels (troisième personne pour les narrations, première personne du singulier de l’auteure, deuxième personne du pluriel pour les interlocuteurs parfois directement interpellés ou interrogés, première personne du pluriel associant l’écrivaine et ses lecteurs). C’est à un entretien qui se déroule aujourd’hui que font penser les phrases elliptiques et le vocabulaire contemporain. Car si A. Marcolongo prend visiblement plaisir à rappeler l’étymologie des mots pour leur redonner tout leur sens et toute leur valeur, l’atmosphère est celle de notre vie quotidienne, le ton celui de nos rencontres de tous les jours, d’un dialogue avec une amie. Rien de didactique, ni dans la forme ni dans le fond. Quant aux idées, rien de passéiste non plus :  l’auteure est une femme moderne, bien ancrée dans la vie et les mœurs de son temps.

            Cette Part du héros est un livre inclassable. Au premier chef, il raconte une légende et se rattache donc à la catégorie des récits de voyage. C’est aussi un poème en prose qui, par la splendeur des descriptions, par le scintillement des mots, par leur place dans la phrase, rivalise avec les vers d’Apollonios de Rhodes (ce que la traductrice a bien rendu en français). Ce sont aussi des recommandations pour l’épanouissement personnel. Chacun de nous peut développer sa part de héros (« il nous arrive d’oublier que nous avons tous en nous un potentiel héroïque », p. 24), d’où le titre[1].

Les pages d’A. Marcolongo sont empreintes d’empathie vis-à-vis des personnages anciens comme des lecteurs modernes. Elles ne donnent pas de leçons mais conseillent avec bienveillance. L’écrivaine nous offre un livre lumineux, dans ses peintures de temps serein comme dans celles de nuit et de tempête où elle sait faire voir la lueur de l’espoir, un livre qui fait du bien !

Et on se surprend à murmurer avec Du Bellay :

« Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné plein d’usage et raison

Vivre entre ses parents le reste de son âge ! »

 

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, La part du héros, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/05/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16436.

[1] Cela n’est pas sans faire penser à CREVAT (G.), Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité, t. II, Paris, Éditions Persée, 2017. Géraldine Crevat y professait qu’il y a en chacun de nous un « super-héros » qui sommeille ; pour le réveiller, elle préconisait, elle aussi, des comportements inspirés de l’analyse des épopées antiques (voir mon compte-rendu sur le site https://reainfo.hypotheses.org).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.