Grand Atlas de l’antiquité romaine

Badel (C.) et Inglebert (H.), Grand Atlas de l’Antiquité romaine. – Paris : Autrement, 2019. 191p. – ISBN : 978-2-7467-5184-2

Crédit image. Première de couverture – éditions Autrement

Le titre de cet ouvrage est moins justifié par le format (A4) que par l’ampleur du champ chronologique embrassé, de la fin de la République à l’époque de Justinien. Dans cette tranche d’histoire, les auteurs entendent présenter une vision claire et pédagogique de la Rome antique, en se plaçant délibérément du point de vue du territoire et des structures de gestion de l’empire. Le récit commence au moment où Rome, cité républicaine, affronte Carthage (IIIe s. av. J.-C.). C’est le début d’un processus qui va amener la Ville à se doter d’un pouvoir de plus en plus centralisé et dynastique.

Rome devient la capitale d’un empire et devra dès lors gérer les relations du centre avec la périphérie ; l’expansionisme trouve ses limites dans la deuxième moitié du IIIe siècle avec une série de revers qui transforme profondément la stratégie impériale. Après trois siècles de conquêtes et de triomphes, vient le temps des grandes adaptations. Les barbares, jusqu’alors repoussés hors des frontières romaines, s’installent au cœur des provinces et transforment profondément les sociétés antiques. L’idée d’un empire universel a vécu, place aux royaumes qui favorisent, un peu partout, l’émergence de pouvoirs locaux.

Sans chercher à concurrencer les grands atlas classiques comme le Barrington[1], le Cornell[2] ou d’autres éditions plus récentes d’atlas universitaires, cet ouvrage se distingue par un point éditorial très clair et parfaitement présenté. A l’heure où se multiplient les atlas en ligne, il adopte une présentation certes traditionnelle, mais parfaitement limpide. Le discours, remarquablement synthétique, est servi par des cartes et graphiques d’une grande clarté. Les textes sont répartis en onze sections de cinq à sept chapitres et le sujet de chacun d’eux, un thème choisi comme emblématique de la période considérée, est précédé d’un résumé. Les textes ne visent pas à l’exhaustivité mais, pour chaque thème abordé, donnent suffisamment de détails pour que le lecteur attentif prenne la mesure de la complexité des situations et de leur évolution.

C’est donc un ouvrage particulièrement didactique, que ses lecteurs apprécieront pour son analyse claire et parfaitement argumentée du monde romain, et de son évolution dans le temps. La simplification inhérente à ce type d’ouvrage tend à privilégier les aspects événementiels et administratifs, qu’on s’attend bien sûr à trouver en premier lieu dans unu publication de ce type. Peut-être les indispensables exposés sur la politique et les structures de l’Etat auraient-ils pu être complétés par quelques évocations d’aspects sociaux, expliquant à partir d’exemples choisis comment on vit à Rome, dans les provinces ou à la campagne, quand on est colon, propriétaire terrien ou simple pérégrin. Mais cet Atlas fournit des bases solides qu’il appartient à chacun de prolonger sur les thèmes de son choix. Le « Grand Atlas de l’Antiquité romaine » est donc un usuel à consommer sans modération, et que chaque antiquisant aura soin de conserver à portée de la main.

Michel Feugère,

Chargé de Recherche HC au CNRS
ArAr « Archéologie  et Archéométrie », UMR 5138 
Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

[1] Barrington Atlas of the Greek and Roman World (édition Talbert, première publication, 2000)

[2] Atlas du monde romain de Tim Cornell et John Matthews ( édition Nathan, première édition 1991)

Citer cet article comme : Michel Feugère, Grand Atlas de l’antiquité romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/05/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16497.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search