Définir la transgression : des sciences sociales aux sciences de l’Antiquité

Date. Lundi 27 Mai 2019

Lieu. ENS de Lyon

Désobéir, enfreindre la loi, violer un interdit, déroger à une tradition, défier une autorité, s’affranchir d’un code, s’écarter du droit chemin, passer une frontière, dépasser l’entendement…

Les nombreuses expressions lexicales décrivant une forme de transgression soulignent la multiplicité des sens et la portée à la fois concrète et métaphorique de cette notion. Aujourd’hui, la transgression est au cœur des recherches et des réflexions, par exemple en politique, dans les études de genre, dans le courant transhumaniste ou l’art contemporain. Mais transgresser une norme signifie-t-il la même chose à toutes les époques ou dans toutes les sociétés ? Et plus précisément, l’approche contemporaine de la transgression est-elle appropriée à l’Antiquité et aux sociétés grecque et romaine ? 

C’est l’objet de cette journée d’étude qui vise à définir la transgression dans l’Antiquité grâce à la confrontation de ses champs d’application avec les travaux des sciences sociales et les théories de la déviance en sociologie.

Si la transgression dans l’Antiquité peut apparaître à la fois dans les sphères politique, législative, philosophique, morale, scientifique ou artistique, la comparaison de plusieurs pratiques durant cette journée de réflexion vise à saisir les éléments constitutifs de toute transgression. Quel est le sens particulier de ce concept par rapport à la multiplicité des pratiques « hors norme » comme la subversion, l’infraction ou l’écart ? La notion apporte-t-elle un éclairage singulier sur ces divers modes de transgression ? Peut-on la penser en-dehors d’un cadre politique ou culturel ? Que transgresse-t-on et qui décide de la norme ? Y a-t-il un espace plus propice qu’un autre à l’émergence de l’acte transgressif ? Dans quelles conditions et selon quelle temporalité l’acte se fait-il transgressif ou cesse-t-il de l’être ? Un geste est-il transgressif du fait de la figure qui l’accomplit ou est-ce le geste qui transforme son agent en figure de révolté ? Pour tenter de répondre à ces questionnements, la journée d’études réunit des sociologues et des spécialistes des mondes anciens de diverses disciplines afin d’interroger la nature, la logique temporelle et la grammaire de la transgression, aujourd’hui et dans l’Antiquité.

Programme

8h45-9h10      Accueil des participants et introduction de la journée d’étude

9h10-10h10    Conférence inaugurale

Cédric Passard(Sciences Po Lille) : « Franchir les limites du tolérable. Ce que transgresser veut dire »

10h10-10h50  Marlène Bouvet(ENS de Lyon) : « La transgression, un « fait social normal » à l’épreuve des mécanismes de domination : introduction aux théories sociologiques de la déviance »

10h50-11h10  Pause

11h10-11h50  Charles Guérin(Sorbonne Université, Paris 4) : « Usages des modèles, agression et shame culture: remarques sur les mécanismes oratoires d’imposition de la norme »

11h50-12h30  Catherine Psilakis(Université de Lyon I) : « Tous nomous parabainein: la rhétorique de la transgression chez les orateurs attiques »

12h30-14h      Pause déjeuner

14h-14h40      Arnaud Macé(Université de Franche-Comté, Besançon) : « Nature et société déterminent-elles des formes différentes de transgression en Grèce ancienne ? »

14h40-15h20  Stéphane Marchand(Université Panthéon Sorbonne, Paris 1) : « Approche sceptique de la norme et de la transgression »

15h20-16h      Pierre Ponchon(Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand) : « Portrait du tyran en loup-garou : les figures de la transgression aux livres VIII et IX de la Républiquede Platon »

16h-16h30      Clôture de la journée d’étude et temps de convivialité

Contact: tantalens@gmail.com

Source. Tantale


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.