Lauriane Locatelli, interview d’une spécialiste d’onomastique anatolienne

Nous mettons à l’honneur Laurianne Locatelli, chercheuse en onomastique anatolienne, à savoir l’étude des noms de villes, en l’occurrence des noms de cités de la région anatolienne (Asie Mineure). Elle nous présente ses travaux.

L’auto-portrait. Une présentation en quelques mots.

Je suis chercheuse en langues anciennes, passionnée par l’origine des noms propres et par les langues anatoliennes, c’est-à-dire les langues de la Turquie antique.

Un mot sur votre parcours. Vous travaillez depuis une dizaine d’années sur l’onomastique et la toponymie, d’où vous vient cet intérêt ?

            Je m’appelle Lauriane Locatelli, j’ai 30 ans et je suis chercheuse en onomastique anatolienne. J’ai toujours été fascinée par l’étymologie des mots. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai décidé d’étudier le latin au collège, au lycée puis à l’Université où j’ai suivi un parcours de Lettres classiques. Ainsi, lors de mon master, j’ai réalisé un mémoire sur l’anthroponymie, c’est-à-dire l’étude des noms de personnes, d’une cité d’Asie Mineure : Selgé en Pisidie. Dans le cadre de ma thèse, réalisée sur fond propre entre 2012 et 2017 à l’Université catholique de Louvain en cotutelle avec l’Université de Franche-Comté de Besançon, j’ai travaillé sur la toponymie de la même région, à savoir la Pisidie. Ma thèse s’intitulait « La toponymie et l’ethnonymie de la Pisidie antique (XIIIs. a.C. – début IVe s. p.C.) ».

Après la soutenance et le diplôme en poche, j’ai dû travailler dans différents secteurs, très éloignés de la recherche, car l’intégration professionnelle n’est pas chose évidente. J’ai tout de même réalisé un stage Eurodyssée à l’ISTA (Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité) qui s’est terminé en mars 2019. Actuellement, je suis ingénieur d’analyse de données à l’EPHE (Ecole Pratiques des Hautes Etudes) auprès de Madame Sophie Minon dans le cadre du projet ANR LGPN -Ling (Lexicon of Greek Personal Names- Linguistique) à Paris, à ANHIMA.

Quelles sortes de renseignements nous apporte l’étude des noms de lieux ? Comment ces noms donnés aux lieux évoluent-ils ? A contrario, que signifie leur persistance ?

            L’étude des noms de lieux nous fournit beaucoup d’information sur l’histoire de la région. Par exemple, la langue dans laquelle est formulée le toponyme permet de connaître le degré d’hellénisation de la zone dans laquelle se situe la cité. Les cités aux noms d’origine anatolienne se trouvent davantage dans les zones montagneuses difficile d’accès, tandis que les cités aux noms d’origine grecque témoignent de la présence grecque et se situent à proximité des voies de communication, dans des zones plus accessibles.

            La Pisidie est un véritable conservatoire toponymique et la persistance de toponymes jusqu’à nos jours est tout à fait interpellante. En effet, environ 10% des noms de notre corpus ont persisté jusqu’à aujourd’hui avec des évolutions phonétiques moindre au regard des siècles écoulés depuis la première attestation de ces noms dans les sources[1].

Cette persistance signifie que la Pisidie est une région assez conservatrice au niveau de la toponymie et donc au niveau à la fois linguistique et culturel car les toponymes sont des vecteurs de la culture. Ceci est dû à sa position dans une zone montagneuse. En effet, contrairement aux régions disposant d’un accès au littoral comme la Lycie et la Pamphylie, la Pisidie est plus retirée et donc moins sujette aux divers contacts, plus abondants le long des côtes.

Vous venez de terminer un stage Eurodyssée à l’ISTA qui se conclu par la mise en ligne d’une base de données, dîtes nous en plus sur cette dernière. Comment fonctionne t-elle ?

J’ai réalisé une base de données interrogeable en ligne contenant les métadonnées relatives aux noms de lieux pisidiens et lyciens attestés durant l’époque gréco-romaine (VIIIe s. a.C. – IIIe s. p.C.) en grec et en latin.

Cette base s’intitule TPL (Toponyms of Pisidia and Lycia) et elle est disponible à l’adresse https://bdd-tpl.fr/. Son but est de permettre de retrouver au même endroit et d’un simple clic à la fois les différents toponymes, la localisation et les sources littéraires. Les différents lieux sont repris sur une carte géoréférencée, ce qui permet de situer les toponymes de manière précise et de repérer les différents lieux les uns par rapport aux autres. La carte géoréférencée intègre aussi la Lycie en collaboration avec Simone Podestà (UBFC, Unige) qui a rédigé une thèse intitulée « Storia e storiografia della Licia», à paraître aux PUFC.

Le but de ce projet est de rendre accessible les références des attestations littéraires des toponymes pisidiens dans les sources littéraires et de fournir une carte géoréférencée des lieux de la Pisidie et de la Lycie antique.

Quels sont les apports de votre thèse et de votre base de données au domaine de la toponymie anatolienne ?

La toponymie est une science remarquablement difficile. Même si le sens des toponymes est souvent rudimentaire, leur perte de compréhension complique le travail du toponymiste, dont les questions restent souvent sans réponse. Ainsi, pour expliquer l’origine et le sens d’un toponyme, il y a rarement une réponse unique, chaque toponyme donne lieu à diverses suppositions, explications et hypothèses. Dans ma thèse, j’ai pu émettre de nombreuses hypothèses concernant l’origine et le sens des toponymes et des ethnonymes et j’espère avoir contribué à l’amélioration des connaissances sur la toponymie de la Pisidie.

Concernant la base de données, celle-ci référence davantage de lieux de la Pisidie que les autres bases de données. Par exemple, Adada est présente dans le Digital Atlas of Roman Empire et Pleiades, mais est absente de Trismegistos et Topos. Notre base de données peut référencer davantage de lieux de Pisidie et de Lycie que d’autres bases de données en raison de son échelle limitée. La zone concernée par la base de données étant réduite, l’exhaustivité est possible.

Pour terminer, quels sont vos projets à venir, vous voulez nous en dire quelques mots.

A la fin de mon contrat à l’EPHE, je serai en post-doctorat à l’ENS Lyon, dans le cadre du projet HospitAm au sein du laboratoire HISOMA (https://hospitam.hypotheses.org/).


[1] Anaboura-Enevre, Konanè-Gönen, Kotenna-Gödene, Parlais-Barla, Sagalassos-Ağlasun, Pogla-Fuğla, Sibidunda-Zivint et Erymna-Ormana.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.