BAC Grec 2019 !

Jacques (J.-M.) et Mossé (C.), Introduction au Dyscolos de Ménandre suivi de Ménandre & la société athénienne. – Paris, La vie des classiques, 2018. – 96p. – ISBN : 9782377750061

Crédit image. Première de couverture – La vie des classiques

Ce livre, paru à l’occasion du programme LCA du baccalauréat 2019 qui a mis à l’honneur le Dyscolos de Ménandre, correspond à la réédition de trois textes classiques de la littérature critique concernant le dramaturge athénien : « l’introduction au Dyscolos de Ménandre », écrite par Jean-Marie Jacques et publiée dans le tome 1 des œuvres de Ménandre, paru aux Belles Lettres en 1976, ainsi que deux articles de Claude Mossé « La société athénienne à la fin du IVe siècle. Le témoignage de Ménandre », paru en 1989, dans le tome 3 des Mélanges à Pierre Lévêque et « Stratégies matrimoniales et fonctionnement de la vie politique à Athènes (Ve et IVe siècles) paru en 1990 dans Parenté et stratégies familiales dans l’Antiquité romaine.

Jean-Marie Jacques est sans aucun doute un chercheur clé des études sur Ménandre. Il est en effet l’éditeur de référence de ses comédies en France (édition aux Belles Lettres, Tome 1 comprenant La Samienne, Le Dyscolos et Le Bouclier) ; son travail a été poursuivi par Alain Blanchard qui s’est chargé des tomes 2, 3 et 4. Son introduction (p. 7-50) passe en revue tous les aspects essentiels de la comédie : sa date et son contexte de production, la structure du Dyscolos, la nature de l’intrigue et notamment la rigueur de la composition dramatique ménandréenne et enfin la notion de ‘comédie de caractère’ qui définit ses pièces. Cette introduction, bien qu’ancienne, garde toute sa pertinence par sa capacité à proposer une synthèse simple et efficace sur le Dyscolos. Notons que l’existence, dans le tome 2 des œuvres de Ménandre, d’une introduction générale écrite par Jean-Marie Jacques (p. XI-XXXVIII), dont la lecture permettrait de compléter et d’élargir celle du Dyscolos ici rééditée. Si la qualité de l’introduction de J.-M. Jacques est indéniable, la présente édition aurait peut-être gagnée à proposer des pistes complémentaires de lectures relatives à des travaux plus récents, par exemple sous la forme de notes complémentaires ou par un addendum à la fin de l’introduction. Citons à titre d’exemples les travaux d’Alain Blanchard que ce soit son Essai sur la composition des comédies de Ménandre (paru aux Belles Lettres en 1983), ou son ouvrage plus récent, conçu comme une synthèse sur l’art de Ménandre, intitulé La Comédie de Ménandre. Politique, Ethique, Esthétique (paru aux Presses Universitaires de la Sorbonne en 2007). Christophe Cusset, dans son ouvrage Ménandre ou la comédie tragique (paru aux Presses du CNRS en 2003), met en évidence l’influence très importante du genre tragique sur la comédie de Ménandre. Antonis Petrides, dans son ouvrage intitulé Menander, New Comedy and the Visual (paru chez Cambridge University Press en 2014 étudie la construction des personnages de Ménandre à travers la question des masques que portaient les acteurs. Enfin Valeria Cinaglia, dans son livre paru en 2014 chez Brill et intitulé Aristotle and Menander, On the Ethics of Understanding repose, après A. Barrigazzi, la question du rapport entre la philosophie aristotélicienne et l’œuvre de Ménandre. L’ensemble de ces travaux démontre la complexité de l’œuvre de Ménandre et met en évidence les débats actuels qu’elle suscite ainsi que l’évolution de la recherche sur le dramaturge athénien et sur la comédie nouvelle.

Le titre du premier article de Claude Mossé témoigne de la méthodologie de l’historienne : comprendre la société athénienne grâce (notamment) aux sources littéraires. Tout en posant par avance les difficultés d’une telle étude, elle constitue, à partir des comédies de Ménandre, une sociologie de l’Athènes de l’époque. Cette étude historique, précieuse en elle-même, permet au lecteur actuel de Ménandre de ‘voir’ la société mise en scène par le dramaturge, de mieux comprendre le contexte de la pièce et ses personnages qui peuvent ne pas être si familiers au lecteur, en particulier quand il est néophyte. Elle souligne notamment les clivages forts qui traversent la société entre les hommes libres et les esclaves dont les conditions de vie, malgré ce que peut laisser penser la comédie de Ménandre, n’ont pas évolué, mais aussi les clivages entre les citoyens et les non-citoyens et surtout entre les riches et les pauvres. Claude Mossé met ainsi en évidence l’importance des étrangers dans le théâtre de Ménandre, les soldats mercenaires et les courtisanes, signe du luxe auquel ont accès les couches aisées de la société. Les comédies évoquent également les moyens de s’enrichir,

par exemple le financement du commerce maritime à travers des prêts, l’enrichissement par la guerre. Elles mettent enfin en scène des personnages appartenant aux couches pauvres de la société, paysans contraints de travailler pour un propriétaire terrien plus riche que lui, les paysans déracinés, partis en ville qui survivent grâce à la générosité de plus riches (sous les traits du parasite). Cet article permet donc de faire le point sur la société à laquelle appartient Ménandre, et en particulier les clivages qui la caractérisent mais aussi les évolutions sociales qui s’y dessinent. Peut-être manque-t-il seulement un peu de nuance dans certaines formulations conclusives affirmant l’absence de tout « message » (p. 71) ou tout positionnement du dramaturge lorsqu’il met en scène la société de son temps (p. 74). Cette lecture est fondée sur l’idée que le rire est nécessairement gratuit (v. 71), idée contestable et contestée ailleurs. Certaines études postérieures ont en tout cas travaillé sur l’hypothèse inverse, celle d’un engagement critique porté par les comédies de Ménandre, telles celle de D. Konstan Greek Comedy and Ideology parue en 1995, ou celle de S. Reproducing Athens. Menander’s Comedy, Democratic Culture, and the Hellenistic City parue en 2004), pour ne citer que deux classiques.

Le deuxième article de Claude Mossé, plus court et moins directement lié à Ménandre et au Dyscolos, s’intéresse à l’évolution des stratégies matrimoniales au IVe siècle. Celles-ci se ne sont plus tant déterminées, selon l’auteur, par les enjeux politiques mais par des finalités financières et matérielles, notamment la nécessité de refaire sa fortune. Ce phénomène est contemporain d’une professionnalisation de la vie politique où sont clairement distinguées la classe politique des politeuomenoi et celle des simples particuliers, les idiôtai (Claude Mossé a développé ce point en 1984 dans un article intitulé « Politeuomenoi et Idiôtai. L’affirmation d’une classe politique à Athènes au IVe siècle » paru dans la REA). Alors que jusqu’au Ve siècle, les grandes familles, d’où étaient essentiellement issus les hommes politiques importants, cherchaient à maintenir grâce aux mariages leur cohésion de classe, les regroupements politiques au IVe siècle se font sur d’autres bases que celle de la famille et des mariages, en rassemblant des partisans au sein des amis (philoi) ou des hommes salariés (misthotoi). L’importance des enjeux financiers dans les stratégies de mariage est illustrée par les discours d’orateurs tels que Isée et Démosthène et les intrigues de la Comédie Nouvelle renseignent aussi sur cet aspect, en particulier sur la dot (p. 86).

Il nous semble néanmoins que le sens des deux mariages dans le Dyscolos est assez différent de ces stratégies matrimoniales et qu’ils renvoient davantage à notre avis, comme évoqué avec réserve dans l’article précédent (p. 69-71), à la question des inégalités de richesse et des solutions possibles pour rétablir une certaine cohésion sociale1.


Le présent ouvrage permet donc de relire des travaux d’une grande qualité et en eux-mêmes fort estimables, mais on peut regretter l’absence de prolongement donné aux travaux sélectionnés. Ce choix d’éditeur s’explique par le public visé, à savoir les lycéens ou les enseignants préparant le programme de terminale. Pourtant, même si cet ouvrage pédagogique est destiné au « grand public » et non à des « spécialistes » de Ménandre, une préface ou une postface, proposant par exemple une bibliographie commentée aurait pu jouer un rôle d’ouverture en replaçant les études de J.-M. Jacques et de Cl. Mossé dans la recherche actuelle.

Nathalie Lhotis,

ENS de Lyon

1Jérôme Wilgaux, « Le mariage des élites dans le monde grec des cités » [2010] republié dans O. Devillers & Christophe Pébarthe éd., Histoire de familles dans le monde grec ancien et dans la Rome antique, Ausonius éditions, 2018, p. 201-213

 

Citer cet article comme : Nathalie Lhotis, BAC Grec 2019 !, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/06/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17382.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.