Caractères et morales dans les sociétés anciennes

Date. Vendredi 14 Juin 2019

Lieu. Maison de la Recherche – 28, rue Serpente – Paris

On se propose lors de la journée d’étude du 14 juin de réfléchir à la notion de caractère telle qu’elle était entendue dans les sociétés anciennes sous des noms comme ἦθος ou τρόπος, ingenium ou natura, en la mettant en lien avec le mot χαρακτήρ, « marque », c’est-à-dire signe visible, qui ne peut être effacé. Comment se manifeste ce qui est à l’intérieur de l’homme, si ce n’est dans son comportement, par ses paroles et par ses actes ? Mais appréhender et rassembler sous une appellation unique les dispositions intérieures spécifiques de l’autre, lui imposer la marque distinctive que serait un « caractère », c’est le fixer comme un « type », c’est réduire la complexité du comportement humain à un trait immuable, alors même que toute personne se comporte selon une combinaison de dispositions et d’habitudes variable au gré des situations. Comment apprécier sans juger, comment, pour comprendre, articuler les actes d’un individu avec ce qui serait son caractère, si ce n’est par une recherche sur les motivations de ses actes, replacés dans leur contexte ?
La rencontre scientifique du 14 juin a pour objectif d’examiner la dimension morale dans le regard nécessairement subjectif porté sur l’autre : en se fondant sur l’analyse d’œuvres d’époques et d’orientations diverses, on s’attachera à dégager, dans le jeu d’échanges qui interviennent dans la construction et la représentation des « caractères », le rôle que jouent les valeurs et les croyances propres à chaque société, la part, dans le jugement d’éloge ou de blâme, de normes morales par essence relatives et fluctuantes.
Programme. ici
Source. Sophau

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.