A propos de mythologie: 2 ouvrages chez Gallimard

Van Heems (G.), Dieux et héros de la mythologie grecque. – Parie: Gallimard (collection Librio), 2019. – 112p. – ISBN : 9782290201169

Van Heems (G.)&  Wyler (S.), Les grands mythes antiques. – Paris: Gallimard (collection Librio), 2019. – 96p. ISBN: 9782290201145

La collection Librio, rattachée à la maison d’édition Flammarion, republie deux petits volumes, l’un sur les Dieux et héros de la mythologie grecque et l’autre sur Les grands mythes antiques, dont la première édition remonte respectivement à 2011 et 2008. Chacun est l’œuvre d’un spécialiste reconnu de l’Antiquité, Gilles Van Heems en solitaire pour les Dieux et héros, et le même en compagnie de Stéphanie Wyler pour les Grands mythes. La collection propose des titres accrocheurs (La mythologie est un jeu), voire un peu tapageurs (Les Plus Grands Mythes de Platon, majuscules comprises) et s’adresse à un public dont l’identification n’est pas facile. Les chercheurs ne sont clairement pas visés, pas plus que les étudiants : ni Dieux et héros ni Les grands mythes ne comportent d’introduction méthodologique concernant ce que les auteurs entendent par « mythe » ; Dieux et héros ne comporte la mention d’aucune source ou auteur, pas plus que les résumés des Grands mythes.

La distinction entre époque classique, hellénistique ou impériale n’est pas abordée, la mythologie étant considérée comme uniforme et grecque, dans le volume des Dieux et héros, ce qui pose problème lorsque l’on aborde par exemple la notice sur Narcisse : les éléments rapportés sont tirés des Narrationes fabularum Ovidianarum, une compilation latine offrant des résumés interprétatifs de passages d’Ovide, alors que les versions proprement grecques de Conon et de Pausanias, qui sont elles-même d’époque augustéenne et impériale, sont ignorées. Et on pourra toujours chicaner les deux auteurs sur tel ou tel détail (la définition du ps. Apollodore, p. 91, et de Hygin, p. 93 des Grands mythes ; la définition d’une mythologie romaine p. 71 ; la définition de Maia comme « nymphe de la pluie », p. 59 de Dieux et héros ; etc.). Il faut toutefois bien reconnaître que la masse des éléments à traiter rend difficile un traitement des données irréprochable en tous points, et les deux volumes sont de facture tout à fait honnête.

À l’inverse, les lecteurs qui ne connaissent que peu de choses de l’Antiquité auront parfois du mal à s’y retrouver. Les Annexes du volume sur Les grands mythes donnent bien quelques indications concernant des auteurs ou des œuvres, mais aucune carte ne permet de situer ne serait-ce que les principaux lieux évoqués. Les tableaux généalogiques donnent des précisions parfois inutiles, comme le nom de Strymô, mère de Priam dans certaines versions érudites, mais qui n’est jamais mentionnée par exemple dans l’Iliade (Dieux et héros, p. 108). De son côté, le volume sur les Grands mythes a une originalité : il offre de larges extraits de textes en traduction, et donne ainsi à lire poètes et mythographes, philosophes et historiens ; cependant la présentation de ces passages, forcément rapide, ne précise pas toujours le statut de ces mêmes textes, leur fonction, ou la place de l’extrait dans l’économie de l’ouvrage dont il est extrait. Des notes viennent ajouter des précisions, mais laissent quelques détails dans l’ombre : la même p. 53 des Grands mythes indique bien en note que Cypris est un autre nom d’Aphrodite (on aurait pu d’ailleurs au moins préciser que ce nom renvoie aux liens que la déesse entretient avec Chypre), mais laisse le lecteur imaginer ce que peut être un « péplos » ou de « l’airain ».

C’est peut-être qu’un public diversifié est visé, et il est certain que nombreux sont ceux qui trouveront de l’intérêt à consulter ces deux petits livres. Le prix réduit (3€) est un attrait, tout comme l’organisation en notices de dictionnaire de la matière des Dieux et héros. En revanche la présentation des Grands mythes ne se laisse pas appréhender facilement, en raison d’une accumulation de strates (organisation thématique ou par personnage, résumé

introductif, texte, référence) que des variations typographiques erratiques rendent peu lisibles : l’espacement entre les lignes, qui varie de page en page, est particulièrement pénible à la lecture.

Enfin, les deux volumes ne sont pas tout à fait sur le même plan si l’on considère leur originalité dans l’océan de publications concernant la mythologie. Dieux et héros est un abrégé de dictionnaire de mythologie, comme il en existe beaucoup d’autres, y compris sur Internet. Il n’offre pas d’innovation particulière, et pourra même générer des frustrations puisque de nombreux personnages sont laissés de côté (ce qui est normal étant donné sa taille réduite), sans que soient expliquées les raisons pour lesquelles tel choix aura été fait. Quiconque cherchera des informations sur Rhadamanthe ou Éaque, par exemple, en sera pour ses frais, d’autant qu’aucun index ne permet de faciliter ses recherches et de retrouver leur trace à la fin de l’article « Minos » (p. 72). D’un autre côté, la décision des auteurs d’intégrer de larges passages en traduction à l’appui de leur résumé des Grands mythes permet de recommander cet ouvrage, en complément d’ouvrages plus fournis comme l’Introduction à la mythologie gréco-romaine de C. Salles (coll. Pluriel, Paris, Hachette, 2005). C’est là un choix d’auteur (et d’éditeur) qu’il faut applaudir.

C’est une mythologie très traditionnelle qui est donnée à voir dans ces deux ouvrages, un ensemble culturel qui sert de référence pour aborder textes antiques et allusions modernes. Les évolutions propres à la mythologie envisagée comme discipline académique et champ de recherche, ses liens avec l’anthropologie, le développement des analyses iconographiques sont totalement ignorés – sans même parler de la mythographie. Sans doute n’était-ce pas l’objet des deux livres, et le cahier des charges imposé par l’éditeur ne permettait sans doute pas d’aller très loin dans cette direction. Cependant c’est un point qu’il faut regretter, car c’est aussi dans des livres à destination d’un vaste public que l’on doit faire rentrer ces considérations. L’occasion était bonne pour au moins nuancer une présentation des données qui flirte parfois avec le fantasme de l’Antiquité comme temps du miracle. Le sous-titre des Grands mythes, “Textes fondateurs de la mythologie gréco-romaine”, dit bien l’orientation adoptée par les éditeurs (plutôt que par les auteurs, j’en suis certain) qui fige la mythologie dans un passé marmoréen qu’on aimerait bien remettre en cause avec plus d’énergie.

Charles Delattre,

Université de Lille – UMR 8164 HALMA

Citer cet article comme : Charles Delattre, A propos de mythologie: 2 ouvrages chez Gallimard, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 17/06/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17420.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.