Renseignement et espionnage dans la Rome antique

Sheldon (R-M.), Renseignement et espionnage dans la Rome antique. – Paris : Tallandier, 2019. – 704p. – ISBN: 9791021036833

Crédit image. Première de couverture – éditions Tallandier

Les éditions Tallandier viennent de publier dans la collection « Texto » un ouvrage de Rose Mary Sheldon, professeur au Virginia Military Institute, dont la traduction française a déjà paru en 2009 aux Belles Lettres. La quatrième de couverture nous rappelle que cet ouvrage, considéré comme un classique du genre, a reçu un accueil élogieux de plusieurs revues. Si le grand public cultivé ne manquera pas d’en apprécier le contenu, les spécialistes de l’Antiquité, auront, sans en ignorer les qualités, quelques réserves à formuler sur le fond comme sur la forme.

            La thèse de RM.Sheldon est en somme la suivante : très lents à se doter d’un renseignement efficace, les Romains ont dû attendre les réformes d’Auguste (au premier chef la création du cursus publicus) pour doter leur armée d’une organisation institutionnalisée et spécialisée, avec la création d’un corps de speculatores et d’exploratores. Progressivement, l’absolutisme du régime impérial a centré l’effort de renseignement sur la sécurité intérieure, avec l’apparition des frumentarii sous Domitien, puis des sinistres agentes in rebus sous Dioclétien, au point de restreindre drastiquement les libertés individuelles.

            Très bien étayée, la thèse emporte globalement l’adhésion. On pourra cependant en contester certains points. Pour RM.Sheldon, la prise des augures par les généraux romains avant les batailles constituerait une forme primitive, magico-religieuse en quelque sorte, de renseignement. Le fait que ces rites n’aient pas disparu avec l’émergence de formes « modernes » de renseignement semble cependant montrer que les deux domaines se situent sur des plans différents. Il semble aussi contradictoire de stigmatiser à la fois la naïveté dont les Romains de la République ont fait preuve dans le domaine de l’espionnage et du renseignement, et leur prétention à conduire les guerres vertueusement sans coups tordus. Le chapitre 11, « Transmission et signalisation », ouvre des perspectives très intéressantes sur l’organisation des systèmes frontaliers (limes breton et germain), mais l’auteur fait la part trop belle aux travaux de D.J. Woolliscroft et minore, en l’absence de preuves littéraires et archéologiques décisives, la fragilité subséquente de ses thèses. Autre exemple : RM.Shelton condamne comme dangereuse et paresseuse l’habitude romaine de confier à des états vassaux la surveillance des ennemis aux limites de l’empire. Mais, si elle a connu quelques ratés, cette pratique a permis une grande économie de personnel et a, tous comptes faits, assuré à l’empire romain une sécurité d’une longévité inégalée.

L’ouvrage est savant, comme l’atteste l’abondance des notes (pp. 495-615). RM. Shelton a consulté une bibliographie très abondante. Les sources littéraires antiques sont remarquablement exploitées, l’auteur tirant le moindre indice de textes forcément allusifs quand ils parlent de faits relatifs à l’espionnage et au renseignement, domaines dans lesquels acteurs et auteurs avaient plus d’une bonne raison de rester évasifs. Mais la lecture se fourvoie parfois : il est par exemple abusif d’attribuer à Cicéron (p.529, n.10) une opinion qu’il fait exprimer à son frère Quintus sans la partager (De diu. 1,16,29).

            Certains chapitres sont passionnants, notamment ceux consacrés à la défaite de Carrhes et à la clades Variana, qui permettront au grand public de redécouvrir des pages célèbres de l’histoire romaine, mais seront aussi instructifs pour les spécialistes. Le paradoxe est que les meilleures pages (e.g. l’enquête archéologique sur le site de la forêt de Teutoburg au chapitre 10) ont un rapport plutôt lâche avec le sujet du livre.

            Sur le plan de la forme, il y a beaucoup à déplorer. La trentaine de fautes d’orthographe et de syntaxe est à mettre sur le compte du traducteur, dont la relecture a été défaillante. Certaines obscurités du texte lui sont sans doute aussi imputables. Mais l’auteur lui-même n’est pas exempt de reproches. Doublons et répétitions, parfois à quelques lignes de distance, sont clairement de sa responsabilité (e.g. n. 64 et n.66, p.547 ; p.305 et n.55, p.567 ; p.293-4 et n.1, p.561 ; n.55 et 57, p.567-8 etc…). Au total une forte propension aux redites conduit à penser que les dimensions de ce livre pléthorique de 700 pages auraient pu sans dommage être réduites d’un bon tiers. On aura enfin la bonté d’attribuer certaines bévues à l’étourderie ou à des coquilles : patri donné comme pluriel de pater (p.471), Dioclétien confondu avec Domitien (p.441).

            Des illustrations abondantes (42 cartes, 3 photographies) accompagnent le texte. Elles sont utiles, mais de qualité matérielle médiocre.

 

Jean-Marc VERGÉ-BORDEROLLE


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Marc Vergé-Borderolle (1 juillet 2019). Renseignement et espionnage dans la Rome antique. Actualités des études anciennes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tbj7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search