Constitution mixte : généalogie d’une idée

Date. Du mardi 9 au jeudi 11 Juillet 2019

Lieu. Université Jean Monnet – Amphi E0.1 – Saint-Etienne

OBJECTIFS
Qu’est-ce la constitution mixte ? Une idée qui parcourt toute l’histoire politique occidentale. Elle peut être définie comme un gouvernement idéal résultant de la combinaison de plusieurs types de régimes, à savoir, généralement, un mélange de monarchie, d’aristocratie et de démocratie. Par la richesse de son histoire et l’importance de son actualité, la constitution mixte est une idée particulièrement propice à des collaborations interdisciplinaire et diachroniques. En effet, si c’est bien l’Antiquité grecque qui offre la première mention explicite d’une « constitution mixte » à propos du gouvernement athénien des Cinq-Mille (411 av. J.-C.) dépeint par Thucydide, cette idée continue de s’affirmer aujourd’hui comme un enjeu déterminant au cœur des débats sur la démocratie et la république, ce dont témoigne notamment sa place dans le républicanisme. Aussi le colloque « Constitution mixte : généalogie d’une idée » vise-t-il, avec la confrontation de corpus et d’approches très variées, trois objectifs scientifiques principaux :
– effectuer une enquête diachronique sur l’idée de constitution mixte depuis ses origines antiques, aujourd’hui souvent très partiellement connues (Gaille 2005), voire méconnues, afin de mieux déceler sa présence (parfois indirecte, via le prisme de sources intermédiaires) chez des auteurs qui, il y a encore un siècle, étaient pour la plupart abreuvés de cet héritage : d’où l’intérêt d’un travail diachronique et interdisciplinaire sur les sources et sur les différentes étapes de leur transformation, de leur effacement, de leur résurgence, de leurs travestissements volontaires ou non, notamment pour une mise en perspective et une contextualisation culturelles et idéologiques de l’idée de république, et ce jusqu’aux débats actuels sur le républicanisme ;
– identifier les grandes césures idéologiques et historiques de cette tradition (par exemple, selon Pasquale Pasquino (2007), Bodin constitue un terme définitif et sonne le glas de l’idée antique de « constitution mixte ») : quels recouvrements et/ou quels écarts est-il possible de distinguer entre constitution mixte et républicanisme ?
– mettre à profit un acquis majeur de la collaboration interdisciplinaire GATE-HiSoMA du séminaire Constitutions mixtes, à savoir la prise de conscience que, si les enjeux économiques ont jusqu’ici été généralement ignorés à propos des premières étapes de la tradition conceptuelle de la constitution mixte, ils apparaissent pourtant très nettement dans plusieurs textes anciens, chez les historiens, bien que ces derniers semblent généralement négliger les enjeux économiques pour se concentrer sur des aspects politiques (Virlouvet 1985) : ainsi la confrontation interdisciplinaire et diachronique permet-elle non seulement d’éclairer les périodes prémodernes, modernes et contemporaines à la lumière d’une tradition ancienne, mais aussi de relire rétrospectivement l’idée de constitution mixte sous l’angle d’une approche interdisciplinaire du républicanisme.
En effet, dans les travaux actuels sur la constitution mixte, un aspect important reste peu exploré, celui du rapport à l’économie, et ce, bien que la question économique soit souvent au cœur des débats constitutionnels. Les conceptions économiques, qui ont été et sont encore largement impliquées dans le rapport au libéralisme, invoquant des droits individuels économiques, sont-elles présentes au sein des réflexions sur la constitution mixte ? L’étude de la pensée républicaine et du républicanisme offre un champ de recherche particulièrement fertile pour l’exploration de cette question. Ainsi l’ambition pragmatique de ce colloque est-elle de constituer un creuset de réflexion et de dialogue intensifs entre spécialistes de disciplines et de périodes différentes à propos des sources antiques de la constitution mixte ainsi que de leur réception et de leurs mutations (influences, interprétations, réécritures, travestissements).
PROGRAMME
MARDI 9 JUILLET 2019
13h30 Accueil
14h00 Introduction
a. Julie Ferrand (UdL/UJM Saint-Étienne, GATE Lyon Saint-Étienne ), porteuse du projet HERACLES,
b. Stavroula Kefallonitis UJM Saint-Étienne, HiSoMA), responsable du séminaire Constitutions mixtes.
14h30 Session 1 – Monde grec antique
Présidence : Marie Durnerin (ENS Lyon, HiSoMA ; EHESS, AnHiMA ; Maison française d’Oxford)
1. Emmanuèle Caire (Aix Marseille Université, TDMAM – CPAF)
La mixis dans la constitution avant la constitution mixte
2. José M. Zamora (Universidad Autónoma de Madrid)
La « constitution mixte » dans les Lois de Platon
16h00 Pause
16h30
3. Alberto Esu (University of Edinburgh)
“The Many”, the Democracy, and the Mixed Constitution: Greek Popular Assemblies in Polybius
MERCREDI 10 JUILLET 2019
09h00 Accueil
09h30 Session 2 – Rome antique
Présidence : Virginie Hollard (Université Lyon 2, HiSoMA)
4. Chiara Carsana (Università di Pavia, Dipartimento di Studi Umanistici)
Monarchia di Roma arcaica e costituzione mista in Cicerone e Dionigi di Alicarnasso: un dialogo tra passato e presente
10h15 Pause
10h45
5. Stavroula Kefallonitis (UdL/UJM Saint-Étienne, HiSoMA)
Politeia mixte et République chez Polybe et Denys d’Halicarnasse
11h30 Table ronde
Modération : Virginie Hollard (Université Lyon 2, HiSoMA)
6.La constitution mixte dans l’Antiquité : entre régime idéal et réalité politique
– Richard Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA)
– Nicolas Kyriakidis (Université Paris 8, HisPoSS / ArScAn)
– Sylvie Pittia (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, AnHiMA)
– Maria Teresa Schettino (Université de Haute-Alsace, Archimède)
12h30 Pause déjeuner
14h00 Session 3 – Temps prémodernes et temps modernes
Présidence : Anne-Sophie Chambost (UdL/UJM Saint-Étienne, CeRCriD)
7. Frédéric F. Martin (Université de Nantes, DCS)
La constitution mixte, tempérament politique du droit ? Sur certains embarras du droit politique pré-moderne
8. Pasquale Pasquino (New York University)
Souveraineté et gouvernement mixte : Bodin contre Machiavel
16h00 Pause
16h30 9.Christopher Hamel (Université Rouen Normandie, ERIAC/CEDRE – PSL)
John Milton et l’idée de constitution mixte
JEUDI 11 JUILLET 2019
09h00 Accueil
09h30 Session 4 – XVIIIe siècle
Présidence : Julie Ferrand (UdL/UJM Saint-Étienne, GATE Lyon Saint-Étienne)
10. Flora Champy (Princeton University, IHRIM) & Théophile Pénigaud de Mourgues (ENS Lyon, Triangle)
Jean-Jacques Rousseau : de la constitution mixte au gouvernement mixte
10h30 Pause
11h00 11. Marie-Rose Guelfucci (UBFC Besançon, ISTA)
La constitution « mixte » de Polybe : entre Machiavel et les Lumières, la tradition anglaise du livre VI des Histoires
12. Margaux Bouaziz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRDC)
La figure du gouvernement mixte en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (1748-1791) : un outil idéologique contre les absolutismes
12h30 Pause déjeuner
14h00 Session 5 – Constitution mixte et économie
Présidence : Joël Ravix (Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG)
13. Nicolas Eyguesier (Université de Lille, GATE Lyon Saint-Étienne)
Sismondi : des études constitutionnelles à l’économie politique (1798-1803)
14. Michel Bellet & Philippe Solal (UdL/UJM Saint-Étienne, GATE Lyon Saint-Étienne)
Constitution et propriété dans l’œuvre de Sismondi
15h30 Pause
16h00 15. Thierry Demals et Alexandra Hyard (Université de Lille, Clersé)
Les économistes écossais du début du XIXe siècle et la constitution mixte
17h00 Conclusions et perspectives
Pour plus d’informations. ici
Source. Hisoma

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.