Entretien avec Maud Mulliez, artisan-chercheuse

Maud Mulliez, titulaire d’un doctorat en histoire de l’art et archéologie et d’une formation artistique. Depuis décembre 2018, elle occupe un poste d’ingénieur de recherche pour une mission, dans le cadre du projet ALBÂTRES (LabEx LaScArBx) et les laboratoires Ausonius, IRAMAT (CRP2A) et Archeovision jusqu’en août prochain.

Zoom sur une personnalité multi facette.

  • L’autoportrait.

C’est assez difficile, mais je dirais artiste-chercheuse ou plutôt artisan-chercheuse parce que je travaille sur l’expérimentation autour des gestes des peintres, notamment de l’Antiquité, mais plus récemment aussi du Moyen-Âge, notamment avec le projet ALBÂTRES.

  • Un mot sur votre parcours. Vous avez soutenu votre thèse en 2011, comment s’est passé le post doc ?

À vrai dire, après ma soutenance, j’ai eu beaucoup de chance, les choses se sont enchaînées assez vite. En fait, j’avais fait ma thèse sous la direction d’Agnès Rouveret et Irene Bragantini, sur l’imitation des matériaux dans la peinture romaine, mais avant j’avais suivi une formation de restauration de tableaux. Cette “double casquette” me permet d’avoir un regard à la fois pratique et théorique sur les œuvres. Et c’est grâce à ça que, quelques mois après ma soutenance, j’ai été contactée par un des membres du jury, Philippe Jockey, au sujet d’une exposition qui était en projet à Marseille (exposition Le Trésor des Marseillais : 500 av. J.-C., l’éclat de Marseille à Delphes – en 2013 dans le cadre de MP2013, Marseille capitale européenne de la Culture). Le travail consistait à restituer le Trésor des Marseillais à Delphes, un petit édifice que les massaliotes du VIe s. av. J.-C. avaient édifié dans le fameux sanctuaire grec : ce monument était riche d’une vive polychromie (comme tous les bâtiments de l’époque). Il s’agissait pour l’expo de reconstituer en 3D son architecture à partir des vestiges conservés, sa frise figurée à partir d’une série de fragments sculptés et surtout d’y appliquer les couleurs qui devaient orner l’ensemble. Grâce à la documentation disponible et surtout par analogie, j’ai créé une palette des couleurs utilisées à l’époque archaïque, en retrouvant les différents pigments que j’ai appliqués sur des petites plaques de marbre. Ces couleurs ont ensuite été utilisées pour colorer le modèle 3D dans la restitution de l’architecture et de la frise des personnages.

Cette première expérience d’archéologie expérimentale a marqué le début d’un enchaînement de projets qui ont tous en commun de relier la connaissance théorique à la pratique avec, en général, comme fil rouge, la couleur.

Par la suite j’ai été contactée pour participer à plusieurs missions et postdoc et je suis arrivée à Bordeaux en 2016 pour un contrat postdoctoral d’un an au laboratoire Archeovision dans le cadre du programme Retro-Color 3D. Ce programme avait pour objectif de trouver une approche méthodologique fiable pour la gestion de la couleur dans les modèles 3D d’objets archéologique : nous l’avons appliquée sur trois cas d’étude, le buste d’Akhénaton du Louvre, la peinture murale d’une des pièces de la Maison de Neptune et Amphitrite à Herculanum et un des anges du Portail royal de la cathédrale de Bordeaux (ce dernier était ma première immersion dans le domaine médiéval). L’année suivante, j’ai organisé un colloque sur la restitution de la polychromie dans tous ses aspects, dans le cadre des rencontres Virtual Retrospect d’Archeovision à l’Archéopôle d’Aquitaine (Université Bordeaux Montaigne) ; et là, je m’occupe de la publication de ce colloque.

J’ai aussi travaillé en tant qu’indépendante ; ce qui me permet par moment de reprendre la peinture, le dessin, la gravure et les projets de création personnelle.

Et en ce moment, donc, je suis en contrat à Ausonius, pour un projet sur les albâtres polychromes des XVe et XVIIIe siècles en Aquitaine, porté par Markus Schlicht d’Ausonius et Aurélie Mounier du CRP2A et en partenariat avec Archeovision, l’Insitut d’Optique d’Aquitaine et le Musée d’Aquitaine…

Bref, globalement, entre le statut d’indépendante et les contrats, je n’ai jamais trop le temps de m’ennuyer…

  • Dans mes souvenirs, vous avez aussi participé à un projet au Musée Saint Raymond de Toulouse ?

Oui j’ai participé à l’exposition au MSR de Toulouse intitulée « L’Empire de la couleur : de Pompéi au sud des Gaules ». L’idée des commissaires de l’exposition Alexandra Dardenay et Pascal Capus, était de présenter, parallèlement aux peintures murales originales d’époque romaine, détachées de leur mur et souvent installées dans des cadres, une peinture faite selon la même technique, mais “entière” et non pas fragmentaire et qui donnerait bien l’idée de ce que voyaient les contemporains de ces peintures, lorsqu’elle n’avaient pas encore passé deux millénaires enfouies… Là, c’était un gros travail d’expérimentation puisqu’il s’agissait de faire une fresque “à la romaine”, dont la technique pour aboutir à des surfaces très lisses n’est pas encore complètement élucidée, en suivant toutes les étapes depuis les différents enduits à la chaux jusqu’à la couche picturale avec ses motifs. Et on partait de rien ou presque : quelques textes de l’époque, les originaux encore en place sur leur mur d’origine ou sous la formes de fragments dans les musées et réserves, et les recherches de qui avaient été faites avant nous mais dont très peu mentionnent de l’expérimentation avec des données suffisamment concrètes. Il fallait apprendre et comprendre les techniques, les gestes, les outils… Comme je ne connaissais rien à cette technique au départ, je me suis associée avec Aude Aussilloux-Correa, une restauratrice de peinture murale, elle avait l’habitude des chantiers… Et tout notre travail de recherche qui a duré plus d’un an a été filmé et a donné lieu à une wedoc : www.tectoria-romana.com : nous sommes en train d’en faire une traduction en anglais parce qu’on a eu plusieurs demandes dans ce sens depuis qu’il circule sur Internet. La nouvelle version devrait sortir très prochainement !

  • On a beaucoup parlé de restitution des couleurs, ça demande beaucoup de techniques et l’utilisation de nombreux outils, y a-t-il une réelle nécessité à cette restitution ?

Vouloir restituer – aussi bien les couleurs que les formes d’ailleurs – a un réel intérêt pour la recherche comme outil scientifique en soi, car on n’observe pas de la même façon quand on doit replacer un élément dans un tout cohérent que quand on se contente de présenter des éléments sans les replacer dans leur contexte immédiat. Chaque trace, chaque indice compte et peut faire la différence, permettre la compréhension du fragment et résoudre ainsi une partie de l’énigme. C’est aussi important pour la communauté scientifique que pour la valorisation auprès le grand public, à qui il est important de montrer que beaucoup de sculptures et de monuments qui paraissent blancs étaient en réalité couverts de vives couleurs, même si ce n’est pas toujours à notre goût aujourd’hui !

Aujourd’hui, des outils suffisamment performants nous permettent de retrouver des vestiges de couleur invisible à l’œil nu. La restitution des couleurs sur des fac-similés, installé à côté des originaux, ou bien sous la forme de projection, permet une comparaison extraordinaire entre l’œuvre telle qu’elle nous est parvenue et ce qu’on peut imaginer qu’elle était lorsqu’elle était en usage. Elle permet d’avoir un autre regard sur les objets, de faire une peu bouger les lignes de l’imaginaire collectif, d’ouvrir les esprits en quelques sortes…

  • Est-ce que les nouvelles technologies comme la 3D sont un plus pour la valorisation ? Comment passe-t-on de la couleur physique, matérielle à la couleur virtuelle, numérique ?

Ce sont des outils très intéressants. Même si je me sens plus proche de la matière réelle, je ne peux pas nier l’intérêt exceptionnel que représente le numérique et tous les développements qu’il permet tant pour l’enregistrement de données que pour diffusion des informations. J’ai eu l’occasion d’appréhender la 3D à plusieurs reprises. Par exemple dans le cadre du Trésor des Marseillais, ça nous avait permis de collecter un maximum de données sur place à Delphes en numérisant tous les fragments en une semaine, et puis on a pu y travailler à distance pendant un an grâce à toutes ces infos rapporées ! Mais, la 3D demande des espaces de stockage très important, il faut tout de suite des ordinateurs puissants ; pas si on veut seulement observer des modèles 3D, mais dès qu’on fait de la restitution, des volumes ou de la couleur, on passe tout de suite à des fichiers extrêmement lourds si on veut un minimum de précision. Et puis pour que ce soit efficace, il faut soit une très bonne communication entre les différents interlocuteurs d’un projet soit être soi-même pluridisciplinaire si on peut dire pour maîtriser aussi bien les données d’archéologie ou d’histoire de l’art que celles du numérique.

Et pour ce qui est du passage de la couleur physique à la couleur numérique, il existe un outil qu’on appelle un spectrocolorimètre ou spectrophotomètre, qui permet de mesurer les couleurs. C’est un outil qu’on utilise en ce moment avec le CRP2A dans le programme Albâtres pour récupérer les valeurs numériques des couleurs afin de pouvoir les utiliser dans les logiciels d’infographie.

  • Pour aller plus loin, que pensez-vous de la réalité virtuelle ?

Je trouve plus intéressante la réalité augmentée que la réalité virtuelle. La réalité augmentée permet d’extrapoler sur l’existant, sans le modifier. Autrement dit, on ne remplace pas les objets archéologiques réels, les œuvres d’art, mais on peut leur ajouter de l’information (les replacer dans leur contexte d’origine, leur “rendre” des éléments disparus, leurs couleurs perdues bien sûr, etc.). Je ne vois pas la réalité augmentée comme une fin en soi, mais comme un outil, encore à développer mais qui a toute sa place dans la valorisation scientifique. Imaginez-vous sur le site du Parthénon, aujourd’hui tout blanc et dans l’état de conservation que l’on connaît, et tout d’un coup, vous chaussez vos lunettes et, grâce à la réalité augmentée, vous le voyez surgir en couleur ! C’est assez extraordinaire, non ? On peut même imaginer un outil interactif qui permette d’accéder à des données supplémentaires : en cliquant sur une zone donnée, pouvoir accéder à un zoom, à une macrophoto, aux résultats des analyses des pigments, à des informations sur la restauration de l’objet ou à un objet avec lequel il est en relation mais qui est conservé ailleurs, dans un autre musée, un autre pays, et ainsi de les réunir. Les possibilités sont infinies…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.