Alix Origines. L’enfance d’un gaulois

Libessart (L.) et Bourgne (M.) Alix Origines tome1. L’enfance d’un Gaulois. – Paris: Casterman, 2019. -48p. – ISBN: 9782203141407

Crédit image. Première de couverture – Casterman édition

Sept ans après la sortie du premier Alix Senator par Valérie Mangin et Thierry Démarez, une histoire qui se déroule une trentaine d’années après la série-mère Alix créée par Jacques Martin en 1948, les éditions Casterman viennent de sortir un album qui explore les jeunes années du héros. Donc après le séquel, le préquel, pour reprendre la terminologie des films et séries TV, qui influence de plus en plus la bande dessinée, aussi bien pour la sortie rapprochée des titres (au moins annuelle) que pour le principe des séries dérivées ou spin-off (explorant l’avant ou l’après) d’une série-source. Si la BD franco-belge n’échappe pas à la règle, elle se modifie aussi en profondeur petit à petit sous l’influence des politiques éditoriales, des spécificités narratives et graphiques des comics et surtout des mangas. Les frontières ne sont plus aussi nettes qu’avant car beaucoup d’auteurs revendiquent désormais une création qui trouve un enrichissement dans ces convergences culturelles multiples.

Signalons tout d’abord que, par la mention à la dernière page de L’Enfance d’un Gaulois, de la « suite et fin de ce récit dans Le Peuple de feu », Alix Origines est annoncé prudemment comme un diptyque plutôt que comme une série et on peut supposer que son évolution éventuelle en série dépendra des ventes, comme ce fut le cas pour Alix Senator, initialement conçu comme un triptyque mais qui put continuer comme série en raison des ventes d’albums jugées satisfaisantes par l’éditeur.

Le titre de la série Alix Origines est très clair : on va lire l’histoire d’un tout jeune Alix, une idée déjà mise en œuvre il y a plus de vingt ans pour Spirou, Lucky Luke par exemple, ou plus récemment Gastoon ou Gnomes de Troy. Commençons par dire que l’on peut tout de même regretter que, pour faire « plus moderne » sans doute, le titre retenu repose sur un anglicisme de structure pour l’ordre des mots et l’absence de préposition, Alix Origines étant l’équivalent incorrect des « Origines d’Alix », même si de toute évidence l’intérêt principal réside dans le maintien d’une disposition des informations avec ALIX en premier, comme dans Alix l’Intrépide et Alix Senator (tout à fait corrects, eux, d’un point de vue syntaxique) ; la « modernisation » de l’écriture apparaît aussi dans le choix de faire sauter quelques négations (par ex. « Tu mords pas ! », p. 4), alors que Martin écrivait des textes d’un niveau de langue plus soutenu. Décors, architecture et organisation des fermes, armes, outils, bijoux, outils, vaisselle et costumes sont dessinés avec précision d’après des données archéologiques récentes, en s’éloignant au maximum des clichés sur « nos ancêtres les Gaulois », sur lesquels Jacques Martin avait construit sa série à ses débuts, avant de la faire évoluer au fil du temps (sans rompre toutefois radicalement avec le mythe du Gaulois tel qu’il est ancré dans l’imaginaire français). Par le dessin du visage des personnages en revanche, on s’éloigne nettement du graphisme de la série originelle (que reprend un « continuateur » de la série-mère comme Marc Jailloux), sans doute plus que cela n’avait été le cas avec Alix Senator, qui penchait davantage vers le côté réaliste de la ligne claire. Dès la couverture, le dessin de Laurent Libessart – qui est assez différent de celui dont il avait usé pour Le Casque d’Agris (Assor BD 2005-2008, t. 1 et 2) – permet de mettre en valeur le choix d’un design particulier pour Alix, avec un contour de silhouette nettement appuyé et de grands yeux qui font face aux lecteurs. Comme dans la plupart des couvertures de la série-mère, Alix, toujours porteur d’un habit rouge comme marqueur d’identification, est présenté en grand danger mais il semble plus combatif et en meilleure posture que dans Le Dernier Spartiate, par exemple. La dynamique du dessin montrant le jeune garçon épée à la main pour en découdre est un appel immédiat au jeune lecteur de mangas ou de BD franco-belge inspirée par le manga, qui constitue résolument la cible d’Alix Origines. Le jeune lecteur espéré est par exemple celui du très gros succès des Légendaires (Patrick Sobral, Delcourt, 2004-), qui se décline ensuite en deux séries parallèles dérivées : Les Légendaires Parodia (des gags avec les héros enfants, comme dans la série-mère des Légendaires) et Les Légendaires Origines. On notera la ressemblance entre le titre de cette dernière série, qui explore le passé des héros lorsqu’ils étaient adultes (puisque dans la série-mère les héros ont été transformés en enfants), et celui d’Alix Origines. La cible de l’album est d’autant plus claire que le site de Casterman affiche, sous le descriptif de l’album, une information à destination des enseignants de cycle 3 (CM1, CM2 et 6e), précisant les objets d’étude dans lesquels pourrait s’inscrire la lecture accompagnée de l’album : « Héros, héroïnes et personnages » et « Vivre des aventures ».

Influence de Game of Thrones (HBO, 2011-2019) oblige, beaucoup de lecteurs un peu plus âgés ne manqueront pas de voir sur la couverture un lien entre Alix et la jeune Arya Stark accompagnée de sa louve Nymeria (notamment lorsque l’adolescente avait les cheveux courts et qu’elle était déguisée en garçon). On nuancera toutefois fortement l’idée d’une récupération purement commerciale du loup (comme animal adjuvant) par l’importance majeure que cet animal revêt dans la série-mère Alix : dans Alix Origines, la séquence d’ouverture des deux premières planches racontant comment le jeune Alix sauve un louveteau qui avait la patte coincée dans une racine n’est rien moins qu’un clin d’œil à celle des Légions perdues (p. 28-29), impressionnante et gravée dans la mémoire de tout lecteur. Jacques Martin y transposait alors une anecdote réelle qu’il avait lue sur l’amitié entre un coyote et un fermier américain au xixe s. (voir Avec Alix de Thierry Groensteen, Casterman, 1987, p. 115), en mettant en scène Alix, qui par pur altruisme porte secours à un loup tombé dans un piège. Un loup qui, pour le remercier, va le suivre ensuite discrètement de loin avec sa meute et lui viendra en aide à plusieurs reprises, alors que le héros est en difficulté (p. 39-40, 49, 54, 64), et un loup qui revient saluer Alix dans l’album Vercingétorix (1985, p. 16-17, 27-28, 30, 48) lorsque ce dernier raccompagne le héros d’Alésia sur le sol gaulois. La scène initiale était alors l’occasion pour Martin de montrer dans ce sixième album, paru en 1965, la capacité d’empathie d’Alix, y compris envers des animaux réputés dangereux. Sur le plan symbolique, ce n’était bien sûr pas anodin d’imaginer qu’Alix d’origine gauloise se lie d’amitié avec un loup, symbole de Rome ; c’était bien en ce sens aussi que Martin avait exploité et transformé l’anecdote. Il est donc assez malin de la part du scénariste d’Alix Origines, Marc Bourgne, d’avoir utilisé cette séquence de l’un des albums mythiques de Martin comme épisode fondateur pour sa série, de même que Valérie Mangin avait retenu pour le premier tome d’Alix Senator (Les Aigles de sang) le vol miraculeux de l’aigle jupitérien raconté dans la séquence d’ouverture du Tombeau étrusque.

Dans Alix Origines, l’histoire commence en -61 en Gaule lorsqu’Alix a sept ans ; un saut dans le temps nous amène trois ans plus tard (p. 12). Entre-temps, César, Pompée et Crassus se sont alliés en un triumvirat (-60) et la lex Vatinia a attribué à César la Gaule et l’Illyrie pour cinq ans. La situation dans la série est donc celle des débuts de la présence romaine en Gaule. ; on est encore bien loin de Vercingétorix, Gergovie et Alésia en -52 (voir le 2e album d’Alix, Le Sphinx d’or). L’année 58 est celle où César affronte et vainc les Helvètes et Arioviste. La série ne simplifie pas la situation des différents peuples présents sur le territoire de la Gaule en les regroupant indistinctement sous le terme de « Gaulois » ; on y parle plutôt des Celtes (lorsqu’il y a généralisation) mais c’est souvent plus précis : Alix est ainsi présenté comme le fils d’un chef éduen imaginaire, Astorix, dont le nom était déjà donné dans le premier album d’Alix par le gouverneur Honorus Galla Graccus. Ce dernier avait en effet raconté, juste avant de mourir, à Alix pourquoi il l’avait adopté (Alix l’Intrépide, p. 35-36) : à la tête d’une légion de César, il avait attiré et fait prisonnier le chef d’une tribu, avec sa famille, pour vaincre à tout prix. Ce court récit, ainsi que la mention de la mère (Myrdinna) et de la sœur d’Alix (Alexia) dans un album plus récent de la série-mère (C’était à Khorsabad, 2006) et dans une version novellisée par Alain Hammerstein (Le Sortilège de Khorsabad, 2004) ont servi de base pour créer l’enfance gauloise d’Alix dans Alix Origines. Les personnages fictionnels de Vanic (le cousin d’Alix) et du général Graccus (auquel l’album d’Alix Origines ajoute une fille, Flavia, à laquelle Alix n’est pas insensible) ont été repris à la série-mère pour mieux tisser le lien avec la série dérivée. À deux reprises, un clin d’œil est également fait au titre du premier album pour tracer en un adjectif le portrait du petit garçon pour les jeunes lecteurs qui découvriraient la série (l’album pouvant être effectivement lu en totale autonomie par rapport à la série Alix). La mère d’Alix dit en effet d’Alix qu’il est « intrépide » (p. 5) et Vanic le gronde plus loin (p. 25), lui reprochant de « confond[re] intrépidité et inconscience ».

Le problème de la langue au niveau intradiégétique de la BD historique n’est pas occulté : même si les personnages s’expriment bien sûr par convention essentiellement en français et non en gaulois ou en latin, il y a un flash-back de quelques pages (p. 9-11) où le père d’Alix raconte à son fils un voyage diplomatique à Rome (où le petit garçon rêve d’aller un jour), un déplacement qu’il a fait en -63 pour accompagner Diviciacos, druide et vergobret des Éduens, qui souhaitait demander de l’aide à aux Romains au moment où « les Germains, à la solde des Arvernes et des Séquanes, menaçaient de déferler sur [leur] pays ». Astorix explique qu’il a dû alors servir d’interprète à Diviciacos qui ne parlait pas latin. Un peu plus loin (p. 15), le lecteur assiste à la leçon de latin qu’Alix prend avec son précepteur, qui lui dicte un extrait du prologue de L’Hécyre de Térence (la comédie étant précisée en bas de page). Les quatre vers (v. 29-32) sont répartis sur trois cases en latin et sans traduction, un choix exigeant qui amène nécessairement le lecteur à faire attention à la langue parlée par certains personnages et concourt à « l’effet d’Histoire » cher à Pierre Fresnault-Deruelle.

La série-mère semble actuellement peu lue spontanément par les enfants et jeunes adolescents, sauf s’ils ont bénéficié d’un « passeur » d’une autre génération, que ce soit un parent, un professeur des écoles, un professeur de langues anciennes ou d’histoire ou un documentaliste. Elle était pourtant bel et bien conçue au départ pour le jeune lectorat de la revue Tintin et c’est bien comme ça que s’est forgée sa base de lecteurs et lectrices. Mais les goûts des jeunes lecteurs actuels ont changé et la série semble en décalage, surtout lue par des lecteurs plus âgés qui l’ont découverte dans leur jeunesse (et qui ont plus l’âge d’un Alix devenu sénateur, partageant ses cheveux gris et ses quelques désillusions, que celui de son équivalent innocent et fougueux d’à peine 10 ans). Alors même si la lectrice d’Alix que je suis se retrouve davantage dans Alix Senator que dans Alix Origines, je serai bien moins sévère que d’autres spécialistes de BD qui ont analysé l’album. Certes, je ne pense pas que la série ait les ressources narratives pour s’installer sur la longueur au-delà du diptyque en tant que spin-off d’Alix, même si, du point de vue des bribes de la jeunesse d’Alix posées par Jacques Martin, on peut convenir qu’il faudrait aller jusqu’au désastre de Carrhes en -53. On a en effet un peu de mal à reconnaître dans ce jeune enfant le personnage d’Alix et la série dérivée ne semble pas pouvoir s’accrocher pour l’instant aux nombreux éléments qui ont fait le succès de la série-mère, à savoir l’ambiguïté de la relation avec César ou le questionnement profond sur la double identité (pour Alix, gauloise/romaine), qui trouve un écho en plusieurs personnages secondaires dans la série Alix (comme Iorix ou Archeloüs) ; et on a là deux éléments qui sont bien présents dans Alix Senator sous la forme de la relation complexe avec Auguste et de la quête d’identité de Khephren, le fils adoptif d’Alix. Mais la série Alix Origines a gagné en précision historique dans la représentation de la vie au temps des Gaulois au début de la romanisation. On peut d’ailleurs constater que le titre du premier album L’Enfance d’un Gaulois (Alix n’étant alors qu’un Gaulois parmi tant d’autres à ce stade de sa vie) et le dossier historique final (découpé en « Qui sont les Gaulois ? », « Mythes et réalités », « L’habitat », « Une ferme gauloise », « La guerre omniprésente », « À l’école des armes »), ainsi que la liste très claire des personnages réels et fictionnels, vont dans le sens d’une leçon d’Histoire qui s’apparente un peu à la collection documentaire de vulgarisation des « Voyages d’Alix » mais sous une forme fictionnelle. Ce cahier pédagogique, qui devient maintenant presque la norme dans toute BD historique, est assuré par Franck Mathieu, reconstituteur, artisan et expérimenteur pour le groupe gaulois des Leuki, qui a écrit Le Guerrier gaulois. Du Hallstatt à la conquête romaine (éditions Errance, 2007) ; il avait déjà collaboré avec Laurent Libessart et Silvio Luccisano pour le cahier pédagogique du Casque d’Agris t. 2 (Assor BD, 2008).

 

En conclusion, de nombreux fans de la série-mère d’Alix seront sans doute décontenancés par Alix Origines : mais certains ont sûrement déjà éprouvé ce sentiment de trahison à l’annonce de la sortie du premier album d’Alix Senator est sorti, une série dérivée qui est pourtant pour moi une indéniable réussite. Alors je pense qu’il faut laisser sa chance à Alix Origines au moins le temps d’un diptyque et en considérant que c’est aussi peut-être là l’occasion de faire découvrir la série aux plus jeunes, plutôt qu’elle soit délaissée petit à petit ; car si on lit l’album sans avoir en tête constamment la série-mère d’Alix – ce qui sera le cas de la plupart des lecteurs à qui Alix Origines s’adresse –, on a un album qui se tient, pour le graphisme comme pour le scénario et les compléments fournis, et on ne s’ennuie pas en lisant l’album.

J’ai donné à un jeune (et très grand) lecteur passionné de BD de 10 ans (donc dans la cible) un tas avec le Alix Origines au-dessus puis les 4 albums mythiques du Dernier Spartiate, du Tombeau étrusque, du Dieu sauvage et des Légions perdues. Cet enfant n’avait jamais lu Alix et il a spontanément commenté les différences entre le graphisme du premier, qui « faisait plus moderne », et celui des 4 autres signés Martin. Après avoir lu Alix Origines, il a lu immédiatement à la suite et avec grand plaisir les 4 Alix. Mais de ces 5 albums, c’est Le Dernier Spartiate qui a finalement eu ses faveurs « parce que l’histoire est belle et bien racontée, [qu’]on a envie de tourner toutes les pages ».

Espérons que d’autres jeunes lecteurs auront aussi l’envie de découvrir la série Alix après avoir lu Alix Origines et l’on pourra alors considérer que le pari de cette série dérivée est totalement gagné !

Julie Gallego

Maître de conférences en langue et littérature latines

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Citer cet article comme : Julie Gallego, Alix Origines. L’enfance d’un gaulois, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/07/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17560.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Fan d'Alix dit :

    superbe article !! le lire fut un régal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.