Moi, un manuscrit. [Autobiographie de l’Anthologie palatine]

Beta (S.), moi, un manuscrit. [Autobiographie de l’Anthologie palatine] – Traduit de l’italien par T. Penguilly. – Paris : Les Belles Lettres, 2019.- 210 p. — ISBN : 978-2-251-44929-6

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

 

Imaginez un vieux grimoire, écrit on ne sait par qui vers 950 de notre ère, une compilation d’épigrammes de dates diverses et de sujets variés rassemblées par un savant professeur de Constantinople. Puis, au cours des âges, des mains plus ou moins anonymes y ont apporté des modifications, en ont recopié des extraits. Pendant des siècles il est resté dans la bibliothèque d’un couvent de sa ville d’origine. Mais les vicissitudes historiques l’en ont fait partir, un inconnu le sauvant d’une possible destruction en l’emportant au-delà des mers en Italie. Et depuis lors, ce livre n’a pas cessé de voyager, tantôt officiellement, tantôt de façon cachée, « de l’Italie à l’Angleterre, de l’Angleterre à la Belgique (puis de nouveau en Angleterre, puis de nouveau en Belgique), de la Belgique à l’Allemagne, de l’Allemagne à l’Italie, de l’Italie à la France, de la France à l’Allemagne de nouveau »1. Dans ses pérégrinations, il a parfois été enregistré dans un catalogue ; on lui a attribué un numéro. Malheureusement, il a été endommagé, s’est cassé en deux parties. Certains ont reconnu que les deux morceaux appartenaient au même ouvrage, d’autres non, d’où des remaniements dans la numérotation et une succession d’erreurs en cascade. Ajoutez à cela qu’il était écrit dans une langue non accessible à tous et que certains poèmes n’étaient pas divulgués. Tout cela sur fond de « Grande Histoire », depuis l’an 1000 jusqu’à nos jours, au fil des guerres, des alliances, des conflits religieux, des mouvements d’opinions, des fléaux, et dans une trame de « petites histoires » d’amitiés ou de haines, voire de rivalités entre savants. Ne dirait-on pas un roman d’aventures ?

Pour corser l’effet, c’est le recueil lui-même qui est censé raconter les péripéties de son existence en disant « je », (d’où le sous-titre « Autobiographie »), — une personnification peut-être due à la métaphore fréquemment utilisée en codicologie de « familles de manuscrits » ainsi qu’aux divers sens de stemma, employé pour la représentation de ces familles, qui en latin désigne également parfois l’arbre généalogique des ancêtres ; cette métaphore est filée ici par exemple p. 97 où sont évoquées « quelques rares consultations professionnelles qui engendrèrent de nouvelles copies (et de nouveaux enfants) » avec un jeu sur « engendrer » entendu au sens propre et au sens figuré2. Les lecteurs sont apostrophés, pris à témoin ; leur attention est tenue en haleine par tous les procédés bien connus des conteurs : brève allusion énigmatique à un fait annoncé comme devant être narré plus tard pour susciter l’impatience (« Et cela, comme vous le verrez sous peu, m’attira pas mal de problèmes »3), énoncé contre l’attente en vue de créer une surprise (« Et quel était le principal instrument sur lequel se fondait son travail sur les épigrammes grecques ? Eh non, ce n’était pas moi »4), brusque arrêt d’une phrase qui demeure de la sorte inachevée (« Et notamment que… Mais n’anticipons pas et revenons-en à Sylburg »5), etc. La langue est celle que nous utilisons tous les jours avec quelquefois des familiarités (« en se payant même une bonne tranche de rigolade »6), des allusions évoquent les réalités de notre quotidien.

Un roman d’aventures donc ? Eh bien pas du tout ! Il s’agit en fait de l’histoire vraie de deux manuscrits, le Pal. Gr. 23 (olim 33) et le Par. suppl. Gr. 384, qui n’en formaient qu’un seul à l’origine et qui contiennent les épigrammes grecques composant ce qu’on appelle l’Anthologie palatine. Le livre de Simone Beta correspond à ces pages très érudites et souvent rébarbatives car peu compréhensibles pour les non initiés, imprimées en général en petits caractères et avec moult abréviations au début des éditions scientifiques de textes anciens, pages que peu de gens regardent, hormis les spécialistes. Bel exemple de vulgarisation ! S. Beta est professeur associé de philologie classique à l’université de Sienne. Et dans ces lignes il ne cesse d’enseigner : il fournit maintes informations sur la littérature antique grecque et latine, depuis les origines jusqu’aux écrits en latin qui voyaient encore le jour dans certains domaines au début du siècle dernier. Il traite d’histoire, de civilisation ; et, naturellement, il explique tout ce qui concerne les manuscrits, indique le sens des mots en abrégé, la signification des termes techniques etc… et même comment faire des recherches sur ce sujet grâce à internet. Et cela va sans dire, il nous offre une véritable monographie sur l’Anthologie palatine. L’ensemble est présenté sans aucun pédantisme, dans la plus grande simplicité, acidulé parfois d’un zeste d’humour (par exemple, à propos des travers des universitaires). Notre collègue italien multiplie les anecdotes, les détails piquants. Les épigrammes citées sont légion, jamais en grec toutefois ; leur version française (en vers — le plus souvent des alexandrins — sans rimes) est due à Thomas Penguilly, (le traducteur du livre italien7), qui est parti directement du texte grec, et qui n’hésite pas à user pour les pièces scabreuses (celles justement longtemps non publiées) des termes crus correspondant à l’original.

Si ce livre ne laissera pas les scientifiques sur leur faim, (il contient en effet toutes les références que pourraient désirer les plus exigeants et une bibliographie très à jour dans les « Notes bibliographiques » et les « Notes du Traducteur »8 en fin de volume), il ravira le grand public qui y apprendra beaucoup de choses dans une atmosphère d’amusement. Par exemple le lecteur pourra exercer sa sagacité sur des épigrammes à double sens aux sous-entendus grivois. L’une d’entre elles (IX 563) pendant longtemps n’a pas été reconnue comme telle, au point que Constantin Céphalas l’avait placée dans la catégorie des épigrammes descriptives et non dans celle des épigrammes érotiques9. Ce même lecteur pourra se livrer à des jeux de « sport cérébral » avec les épigrammes énigmatiques dont les solutions sont des mots qui perdent progressivement leurs premières lettres. Notre collègue commente10 : « Sympa comme jeu, n’est-ce pas ? Une fois qu’on a compris le truc, on peut produire une série infinie de devinettes de ce genre comme par exemple celle-ci (que je viens juste de créer à l’instant) :

Je suis de la Syrie la ville principale,

Conquise aux Byzantins par les troupes arabes.

Sans ma première lettre je suis un tas de choses ;

Privé de la seconde une ferme du sud ;

Òtez-moi la troisième et je deviens atout ;

La quatrième en moins, tel un serpent, je siffle »11.

Stimulée par cette invitation, moi-même j’ai tenté de relever le défi en composant une partie croissante correspondant à celle décroissante de T. Penguilly. Je vous livre mon essai :

« Je suis chez les Romains le chiffre de cinq cents.

Avec la lettre en plus j’accepte chez les Russes.

Mets-en une de plus et je suis un dommage.

Une de plus encore et il tassa la neige. »

Solution (de mes quatre vers, puis des six de T. Penguilly) :

D

DA

DAM

DAMA

DAMAS

AMAS

MAS

AS

S

Vous voyez que ce petit livre vous divertira !

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Moi, un manuscrit. [Autobiographie de l’Anthologie palatine], in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/07/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17599.

1 Voir p. 166.

2 Même atmosphère ludique p. 9 dans le passage reproduit en première de couverture : « Je suis né à Constantinople […] je ne connais pas le nom exact de mon père […] Je sais en revanche qui était ma mère : un animal (une génisse, une brebis ou une chèvre) qui, à sa mort, a donné sa tendre peau afin que mes nombreux pères puissent écrire à sa surface, chacun à l’aide de son stylet ».

3 P. 76.

4 P. 48.

5 P. 70.

6 P. 124.

7 S. Beta, Io, un manoscritto. L’Antologia Palatina si racconta, Roma, Carocci, 2017.

8 T. Penguilly est plus qu’un simple traducteur. On se rend vite compte qu’il a une réelle compétence en la matière.

9 P. 136-137.

10 P. 30-31.

11 T. Penguilly indique, p. 176, que cette énigme en français est de lui. Celle de S. Beta en italien porte sur « Fozio ». On sent chez T. Penguilly un grand amour des mots et du langage. Par exemple c’est, semble-t-il, avec jubilation qu’il pastiche le français archaïsant dans une traduction de vers égrillards du poète latin Martial, p. 149, note 1.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.