La véritable histoire vraie. Attila

Swysen (B.), La véritable histoire vraie. Attila. – Paris : 2019, Dupuis. – 84p. – ISBN : 9791034732661

Crédit image. Première de couverture – Dupuis édition

Attila est l’un de ces personnages dont la sombre légende n’a cessé de nourrir l’inspiration des auteurs et artistes. Outre les travaux historiques, on ne compte plus les romans, tableaux, films… et bandes dessinées qui lui sont consacrés. Dans ces conditions, prétendre conter « la véritable histoire vraie  » du roi hun, même avec humour et un goût certain pour le second degré, est un défi. Notre propre familiarité avec le « Fléau de Dieu » et notamment les efforts que nous avons faits pour distinguer le vrai Attila de son mythe nous autorisent les appréciations qui suivent.

Le fil historique

Nous apprécions toujours que des auteurs s’efforcent de puiser dans les données historiques afin de les populariser, et nous avons retrouvé dans cet ouvrage les sources les plus connues. C’est un effort louable, et ce n’est pas la faute du scénariste si de nombreux clichés traînent encore jusque dans des travaux universitaires. Edina Bozoky, spécialiste réputée des Huns, a déjà réussi dans son introduction à nuancer certains éléments peu sûrs, comme le séjour qu’aurait fait le jeune Attila à la cour romaine occidentale. Certaines bévues sont à mettre au compte des auteurs antiques, principalement Jordanès (Getica ou « Histoire des Goths », VIe siècle) ; nous citerons les effectifs invraisemblables prêtés à l’armée hunnique ou la dimension presque cosmique de la bataille des « Champs Catalauniques » en 451. D’autres évidentes erreurs proviennent en droite ligne des biographies classiques du XIXe (Amédée Thierry) et du XXe siècle (Marcel Brion, Maurice Bouvier-Ajam). C’est le cas du voyage en Chine d’Attila ou de l’extension démesurée donnée à son empire.

En revanche, beaucoup d’éléments historiques sont plutôt bien vus. Le récit est clair et rend bien compte des combinaisons politiques, militaires diplomatiques d’une période très complexe ; on peut en féliciter les auteurs. On voit apparaître divers personnages réellement attestés mais peu connus du grand public : l’usurpateur Jean, les empereurs romains et des membres de leur famille comme Galla Placidia et Honoria, les ambassadeurs romains, Chrysaphios, Vigilas, les proches d’Attila : Onégèse, Oreste, Scottas, Constant, etc.

Beaucoup d’épisodes sont conformes aux sources antiques. On peut mentionner la « découverte » du glaive du dieu de la guerre (même si le nom de ce dernier est encore une invention tardive) ; l’attaque de Margus, les diverses ambassades et les traités hunno-romains ; l’attitude des évêques et du pape ; l’écroulement des murailles d’Aquilea durant le siège de 452 ; enfin la mort d’Attila durant la nuit de ses (dernières) noces, avec un soupçon d’assassinat jamais vraiment démontré ni écarté jusqu’à nos jours.

L’ambiance et la reconstitution

Pour figurer leurs personnages, « Barbares » ou Romains, les auteurs ont pris le parti d’une grande schématisation. C’est particulièrement vrai des Huns et de leur chef, tout à fait conformes… à leur image d’Epinal. Ils sont inévitablement affreux, sales et méchants, mais leur apparence doit plus aux vieilles représentations, profondément ancrées dans la culture populaire, qu’aux données archéologiques aujourd’hui abondantes. Leur costume, avec des espèces de plastrons matelassés et des coiffures pointues, leurs armes (y compris le fauchard qui les équipe dans tant de gravures anciennes), sont bien éloignés des connaissances actuelles. De même, les scènes d’intérieur ne restituent rien du riche univers visuel dans lequel vivait l’élite hunnique, avec ses vêtements brodés (signalés par Priscus), ses tapis et ses parures d’or incrustées de pierreries colorées.

C’est un choix – ou, peut-être, un manque de curiosité à l’égard du matériel archéologique disponible et des reconstitutions récentes ? – mais, du coup, l’album ne renseigne pas plus le lecteur intéressé sur la véritable culture des Huns du Ve siècle que les aventures d’Astérix sur les Gaulois à l’époque de la conquête romaine. Il aurait d’ailleurs pu être amusant de mieux caractériser un certain nombre d’autres acteurs « barbares » de cette histoire, comme les Goths ou les Alains.

Certains éléments sont véridiques et bien rendus : la pratique du modelage du crâne du nouveau-né par des bandelettes, et l’influence de l’équitation sur les fémurs des peuples cavaliers ; le début de sédentarisation des Huns avec, par exemple, les palais de bois construits pour Attila et ses proches ; les noms antiques des villes ; les remparts de Constantinople ; l’emploi de machines de sièges par les forces hunniques, etc.

Un Attila authentique ?

Montrer Attila dans une œuvre de fiction, qui plus est quand elle veut restituer une histoire « vraie » et « véritable », suppose de mettre en lumière, sur la base des faits connus et non de la légende, son caractère et ses motivations. Ici, le scénariste a bien lu ses sources et capté l’ivresse de pouvoir qui semble avoir saisi Attila au moment de l’affaire de l’épée du dieu de la guerre, ce qui lui inspira une brouille bien imprudente avec les deux gouvernements romains à la fois. On assiste à la mémorable (et probablement feinte) colère du roi hun devant le maladroit organisateur de son assassinat manqué. Le personnage d’Attila, avec ses dents de lapin et son excitation, manque un peu de la dignité qu’il affectait en toutes circonstances – mais c’est en accord avec le ton général. On n’échappe évidemment pas au surnom de « Fléau de Dieu », inventé longtemps après la mort du personnage.

L’album introduit quelques prises de position qui vont au-delà, voire à l’encontre de la littérature antique et récente, avec une certain crédibilité. Ainsi, les signes précurseurs de la maladie d’Attila permettent d’expliquer plus logiquement sa mort étrange. Le scénario présente Bleda, le frère d’Attila, comme un personnage de peu d’importance et sa mort comme accidentelle, alors que les chroniqueurs antiques accusent tous Attila de fratricide. On peut effectivement insister sur le parti-pris de toutes nos sources, émanant des Grecs et des Romains, hostiles aux Huns – les discussions des personnages y font un écho remarquable. Cela étant dit, il est probablement vrai qu’Attila a bien assassiné son frère, qui détenait un pouvoir tout à fait réel.

En conclusion, cette bande dessinée fait passer un moment agréable, parfois drôle, en laissant (in)fuser les éléments historiques, et sa lecture peut être recommandée à tous dès lors qu’on ne la confond pas avec un manuel d’histoire. Les lecteurs les plus pointilleux penseront qu’avec le même effort de recherches et de composition, les auteurs auraient pu populariser une vision des Huns plus proche de la réalité historique et archéologique. Les plus curieux et les connaisseurs apprécieront le recours aux sources. Et beaucoup se montreront réceptifs à l’humour décalé, aux anachronismes énormes et aux clins d’œil à l’époque contemporaine. « Des Francs, il y en a des deux côtés [romain et hunnique]… pile et face » !

Iaroslav Lebedynsky et Katalin Escher

Citer cet article comme : Iaroslav Lebedynsky et Katalin Escher, La véritable histoire vraie. Attila, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/07/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17638.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.