L’agonie d’une République. La violence au temps de César

Robert (J.-N.), L’agonie d’une République. La violence au temps de César. – Paris: Les Belles Lettres, 2019. – 348p. – ISBN: 9782251449241

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Jean-Noël Robert est latiniste et historien, auteur d’un certain nombre d’ouvrages sur l’histoire des mentalités et des comportements dans la Rome antique, publiés aux Belles Lettres : Les plaisirs à Rome (1986), La vie à la campagne dans l’Antiquité Romaine (1985), Eros Romain (1998), L’Empire des loisirs (2011), pour ne citer qu’eux. Il aborde, dans le présent ouvrage, la question des violences dans la Rome tardo-républicaine (des réformes des Gracques à l’avènement d’Auguste).

L’ouvrage alterne les chapitres analytiques et les « reconstitutions » (p. 10) d’évènements appuyées sur les sources antiques. Dans ces tableaux singuliers, qui sont autant de respirations dans son développement, l’auteur cherche avant tout, de son propre aveu, à reconstituer une atmosphère, au prix de quelques éventuelles inexactitudes. L’ensemble de l’ouvrage s’en trouve d’une lecture agréable et le lecteur est transporté d’un tableau à l’autre. Nous pourrions déplorer néanmoins que le pittoresque l’emporte parfois sur l’analytique comme nous en développerons quelques exemples plus bas. Cependant, le lecteur voulant approfondir les questions abordées par l’auteur pourra toujours se reporter en fin d’ouvrage à une bibliographie complète.

Deux grands thèmes sont discutés dans cette étude : la fin d’une République et le basculement d’une société dans la violence. Il peut paraître difficile, dans ces conditions, de ne pas établir spontanément des parallèles entre la situation actuelle et celle des siècles de Caton, Marius, Sylla, Pompée et César. Ainsi, malgré une rapide mise en garde en avant-propos contre de tentants anachronismes, les développements de l’auteur laissent çà et là transpirer quelques rappels à notre actualité troublée. Loin de nous l’idée de le lui reprocher, mais le lecteur devra toutefois en tenir compte.

La transition de la République au Principat a été et demeure, pour les historiens de la Rome antique, une question fondamentale. Le sujet est si vaste, les sources, comme souvent en histoire antique, si lacunaires qu’il est illusoire d’affirmer pouvoir un jour trouver une réponse définitive aux questions soulevées par ce processus. Quelle fut la nature de ces évolutions ? Quelle en fut l’ampleur ? Les tentatives pour faire la part des ruptures et des continuités sont sans fin. En ce qui concerne ce premier problème, la lecture de l’auteur correspond à l’interprétation classique des évènements, à l’opinio communis telle qu’elle a été construite par l’historiographie. Les causes de la crise de la République romaine résident, d’une part, dans la contradiction entre des institutions civiques taillées pour s’exercer sur un territoire et un corps civique limités et l’émergence d’un Etat impérial aux fonctions nouvelles. Dès le IIe siècle av. J.-C., l’extension du corps civique aurait provoqué une rupture entre l’essentiel de ce corps et la classe dirigeante, doublée d’un éloignement physique et mental de nombre d’entre eux vis-à-vis du centre du pouvoir et de ses valeurs. A cela il faut évidemment ajouter, d’autre part, le poids décisif des bouleversements économiques et sociaux provoqués par la conquête, avec la disparition des petites structures agraires au profit de la grande propriété, jetant dans la misère un nombre considérable de citoyens. Dans le même temps, l’armée, demeurant l’un des rares moyens de promotion sociale, devint l’instrument des imperatores et de leurs factions dans les luttes politiques qui les opposaient. L’exposé clair et complet de ces causes profondes des guerres civiles sont l’objet du deuxième chapitre. L’auteur y insiste, dans le même temps, sur l’influence intellectuelle des philosophes stoïciens sur l’évolution des conceptions politiques à Rome à partir du IIe siècle av. J.-C. Le traitement des liens entre les Gracques et leurs précepteurs Blossius de Cumes, ou encore entre Scipion Emilien et son conseiller Panetius de Rhodes sont du plus grand intérêt et contribuent à mieux saisir le tournant intellectuel et mental de ce siècle. Il serait, par ailleurs, injuste de reprocher à l’auteur de faire siennes les conclusions que des décennies de recherches ont contribué à établir, avec plus ou moins de certitude. Il est dommage, cependant, de parler comme il le fait, à propos de la transition de la République au Principat, de « processus fatal » (p. 23), ou encore, ailleurs, de mouvement « inéluctable » (p. 90). Cette perspective fataliste, ou plutôt téléologique, constitue la principale critique que nous pourrions faire à cet ouvrage. Le rôle que Jean-Noël Robert attribue aux Gracques en est un bon exemple1. L’auteur attribue, en effet, aux Gracques et à leurs réformes, une impulsion décisive dans le processus menant aux guerres civiles. L’aspect révolutionnaire de l’action des Gracques a déjà été souligné par Claude Nicolet pour qui elle avait bien marqué « la fin d’un certain nombre de mythes : celui de la sagesse et de l’équilibre du gouvernement de la République, celui de la solidarité profonde des Romains ».2 Il est cependant difficile de suivre l’auteur quand il affirme que ces derniers ont créé un précédent rendant la République ingouvernable selon cette équation tragique : les réformes gracquiennes auraient provoqué des luttes fratricides préfigurant les guerres civiles emportant finalement la République. Les Gracques s’illustrent bien par une manière inédite d’utiliser l’institution tribunicienne mais il nous semble exagéré d’aller jusqu’à parler d’une « monarchie populaire » (p. 90). De plus, comme l’auteur ne manque pas de le dire lui-même, la violence entourant l’épisode des Gracques ne prend pas sa source uniquement dans le comportement de ces derniers mais également dans la crispation d’une partie de l’élite sénatoriale (celle du consul Opimius par exemple). La lecture des évènements proposée par Jean-Noël Robert nous semble par ailleurs bien trop proche de la lecture moralisatrice des évènements émanant des sources littéraires antiques. Nous pouvons ainsi lire pages 296 et 297 :

« …après les transformations profondes que connut la vie publique au IIe siècle, après les secousses politiques impulsées par les Gracques, le fragile équilibre qui maintenait la République s’en trouva brisé. Les valeurs perdirent leur sens originel et l’ancestrale virtus (à supposer qu’elle ait réellement été efficiente) s’en trouva comme vidée de sa substance. La plus grande partie de ceux qui, parmi les élites, l’avaient le plus chérie avait péri dans les guerres intestines et avait succombé lors des proscriptions. Des hommes nouveaux, de diverses origines, les avaient supplantés et leur conception du service de la patrie n’était plus le même. Nombre de sénateurs se souciaient avant tout de leurs affaires privées, comme l’avait bien jugé Caton, et pour leur prospérité, ils avaient davantage besoin de sécurité et de paix que de liberté. »

C’est, à une nuance près, la synthèse des jugements portés par la plupart des commentateurs contemporains de la crise, Caton, Salluste, Cicéron ou encore Tacite (sans parler des moralistes postérieurs comme Plutarque. Cela ne va pas sans poser un problème de méthode à l’historien contemporain. En effet, selon quelle échelle objective peut-on mesurer un déclin d’ordre moral ? La crise du Ier siècle av. J.-C. n’était pas la première à laquelle dut faire face l’Etat romain et l’aristocratie au pouvoir depuis le IVe siècle av. J.-C., mais on peut la considérer comme plus violente dans la mesure où la concurrence traditionnellement limitée aux cercles aristocratiques s’étendit aux autres couches sociales et à l’ensemble du monde romain. Le problème serait donc fondamentalement politique (plus que moral). Aussi peut-on regretter que dans le propos de l’auteur, l’analyse cède souvent la place à l’évocation (fut-elle plaisante). L’historien multiplie les exemples, en insistant sur les aspects sensationnels de son récit, mais se risque peu à établir des conclusions générales sur le sens de la violence politique. Cela n’enlève rien néanmoins aux mérites de sa narration, complète et claire.

En ce qui concerne le second et principal problème, c’est-à-dire la question de la violence, Jean-Noël Robert commence par rappeler qu’à Rome celle-ci est avant tout une forme d’expression de la force, et n’était donc pas chargée d’une valeur en elle-même, positive ou négative. A Rome, la violence est « normale » (p. 16), sa présence est diffuse dans les différents aspects de la vie quotidienne. L’auteur choisit de donner à son objet une définition large en parlant de la violence comme « transgression de la norme » (p. 16) tout en écartant la guerre de son étude3. Le premier chapitre de l’ouvrage est ainsi consacré à la place de la violence dans la vie politique et sociale de l’Urbs. L’auteur rappelle son caractère habituel, à travers l’insécurité (dans Rome, sur les routes et dans les campagnes), renforcée par l’absence de police, mais aussi nourrie par des inégalités criantes et croissantes entre riches et pauvres. Le banditisme fournissait, en outre, une main d’œuvre que les riches n’hésitaient pas à recruter pour leurs basses besognes, notamment afin d’étendre leurs domaines agricoles mais également dans les luttes de pouvoir. La violence était également verbale, l’invective étant un exutoire aux tensions ainsi qu’une arme politique. L’auteur évoque par ailleurs les sujets habituellement peu traités de la piraterie et la violence dans le cadre de pratiques magiques.

Toutefois, si le panorama des violences de la Rome républicaine est séduisant, ses conclusions nous semblent plus discutables. Il est ainsi sans doute exagéré de conclure, comme le fait l’auteur, que le romain serait « vacciné » contre la mort (p. 32). Comment expliquer, dans ce cas, l’effroi dont témoignent certaines sources ? Jean-Noël Robert ne se distingue pas non plus dans son évocation du pater familias et de son pouvoir de vie et de mort sur sa progéniture (sa « totale autorité », écrit-il p. 58), pourtant nuancé, voire contesté par les historiens4. Comme au sujet de la transition de la République au Principat, la thèse de Jean-Noël Robert est, de nouveau, qu’à partir de la crise des Gracques et la fin brutale du tribunat de Tiberius Gracchus en 133 avant J.-C., il se serait développé à Rome une violence nouvelle dans les mœurs politiques (p. 70-72). Nous avons vu qu’il était tout à fait légitime de considérer ces évènements comme marquant une rupture dans la vie politique romaine (tout dépend de ce que l’on met derrière la notion de « rupture »). Néanmoins, s’ils sont originaux, c’est sans doute moins parce qu’ils feraient apparaitre une nouvelle forme de violence à Rome que parce qu’ils en marquent le retour à une rare intensité. En effet, comme le souligne l’auteur lui-même dans sa relation du massacre des Gracques et de leurs partisans, les violences de la fin du IIe siècle et du Ier siècle av. J.-C. reposent sur des structures mentales héritées du passé (déclarer un ennemi public « sacer », inscrire l’infamie de la victime dans son corps, décapiter un proscrit etc…). De même faut-il toujours demeurer prudent quand il s’agit d’évaluer la violence dans les sociétés antiques. La violence, si elle garde sa positivité, est aussi un thème rhétorique employé par nos sources pour défendre leurs thèses. Celles-ci présentent généralement la violence comme un sous-produit de la crudelitas des individus qui l’exercent. Cependant, la violence a un sens, surtout quand elle est replacée dans le contexte des luttes politiques. De plus, la violence fait toujours référence à une norme. Peut-on réellement parler, dans le courant du Ier siècle, de l’installation d’une « cruauté civile »5 ou comme l’a dit Jean Bayet d’un « ensauvagement des guerres civiles »6 ? Jean-Noël Robert semble aller dans ce sens mais comme il l’établit lui-même, la société romaine se trouve dans un état plus ou moins constant de violence. Il manque sans doute à son analyse des violences un regard davantage anthropologique7.

Charles Mallet

Citer cet article comme : Charles Mallet, L’agonie d’une République. La violence au temps de César, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/08/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17646.

1 Les pages dans lesquelles l’auteur évalue les conséquences de la réforme de Marius présentent également une vision datée de ce chapitre de l’histoire romaine. Pour une relecture récente voir Cadiou, F., 2018, L’armée imaginaire. Les soldats prolétaires dans les légions romaines au dernier siècle de la République, Les Belles Lettres, Paris.

2 Nicolet, C., 1967, Les Gracques. Crise agraire et révolution à Rome, Paris.

3 Ce qui peut se comprendre dans la mesure où, comme il le rappelle à juste titre, la guerre n’était pas considérée par les Romains comme un désordre quand elle était rituellement encadrée

4 Les cas historiques d’exercice du « ius vitae ac necis » du pater familias sont très rares et ont suscité la réprobation des témoins. Pour Shaw B., 2001, « Raising and killing children : two roman myths »n Mnemosyne, 54, pp. 31-77, ce droit serait une construction mythique des Anciens. Pour Harris W. V., 1986, « The Roman Father’s Power of Life and Death », dans Bagnall R. S. et Harris W. V. (éd.), Studies in Roman Law in Memory of A. Arthur Schiller, Leyde, Brill, pp. 81-95, ce droit existait mais sa portée était surtout symbolique.

5 Roman D. et Y., Rome : de la République à l’Empire, IIIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C., Paris, 2006.

6 Bayet, J., Littérature Latine, Paris, 1965.

7 Les quelques remarques qui s’en rapprocheraient se trouve en introduction quand l’auteur évoque la violence présente dans les mythes fondateurs de la cité, mais de manière elliptique. Il aurait par exemple pu s’appuyer sur les travaux de Jean-Louis Voisin sur le sens de la pratique de la décapitation chez les Romains : Voisin J. L. 1984, « Les Romains, chasseurs de têtes », dans Du châtiment dans la cité. Supplices corporels et peine de mort dans le monde antique. Table ronde de Rome (9-11 novembre 1982), pp. 241-293.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.