Cétéki Jules César

Lamoureux (S.), Muzo, Jouan (F.), Jules César : 50 drôles de questions pour le découvrir. – Paris : Éditions Tallandier, 2019.- 128 p. – ISBN : 9791021034242

Crédit image. Première de couverture – Tallandier

En septembre 2018, paraissaient les premiers titres de la première collection destinée à la jeunesse chez les Éditions Tallandier, Cétéki – Cétékoi1. S’inspirant de la réussite éditoriale de la collection 100 questions, les Éditions Tallandier proposent ici de transposer la démarche pour un public cible de 9 – 12 ans, et de traiter des questions historiques de manière abordable, légère et amusante. Pour ce faire, l’éditeur parle d’un choix assumé de ne pas engager d’historien à la rédaction de ces ouvrages, mais de plutôt donner les clefs de l’entreprise à des auteurs jeunesse, telle que Sophie Lamoureux qui a écrit cet ouvrage2, et à des illustrateurs venant enrichir le texte, ici Muzo. Conçus par des passionnés d’Histoire, les contenus de cette collection ont tout de même été conseillés et relus par Fabien Jouan, professeur agrégé d’histoire-géographie. L’une des ambitions de la collection Cétéki – Cétékoi étant d’être au plus proche des préoccupations de ces lecteurs, cette dernière éclaire et précise notamment les thèmes pouvant servir à mettre en perspective le programme d’histoire-géographie de sixième et de cinquième3, ou ceux ayant un lien avec l’actualité4.

A la suite d’une courte introduction qui présente rapidement Jules César (p.4-5), le lecteur est plongé au cœur d’une succession de cinquante questions tentant de brosser un portrait le plus large possible du personnage et de comprendre son action sur l’histoire de son temps (p.6-115). Pour mieux se repérer dans la succession des événements contés, le lecteur trouvera une chronologie sommaire en fin d’ouvrage (p.116-117) ainsi qu’un glossaire qui définira les mots de vocabulaire propres à la période (p.118-120). Il trouvera aussi un quiz (p.124-125), ainsi qu’un index (p.121-123) et la table des matières (p.126-127). L’ouvrage brosse ainsi un portrait complet de Jules César, en débutant par son enfance et sur des considérations à propos de sa famille, en montrant ensuite son ascension politique, en expliquant ses conquêtes militaires et ses aventures en Égypte, et en exposant comment César a déstabilisé la République jusqu’à sa propre chute. Ce récit chronologique est agrémenté d’explications plus générales concernant la société romaine. L’ouvrage surprend ainsi par la richesse des informations présentes et par leur excellent traitement.

La collection Cétéki a pour ambition de dépoussiérer la transmission des savoirs historiques à destination des enfants. Ce choix assumé par la lignée éditoriale et les auteurs, conduit à l’élaboration d’un texte très riche en connaissances et réflexions mais qui est véhiculé d’une manière fluide, drôle et légère. Ainsi, la quatrième de couverture annonce la couleur : ce sont « 50 questions sérieuses, drôles ou insolites » que le petit lecteur à loisir de découvrir.

Si l’intention est louable et bien comprise par le lecteur adulte qui a plaisir de lire des éléments historiques précis présentés de manière légère, la question se pose de la réception du texte par les enfants et donc, de son intelligibilité. En d’autres termes, le vocabulaire et le registre de langue usités, associés à une écriture fine emplie d’ironie et à un décalage humoristique, semblent rendre plus complexe la compréhension d’un sujet qui l’est déjà. De nombreuses études ont montré à quel point la non-compréhension d’un terme de vocabulaire inhibe la compréhension de l’ensemble d’une consigne ou d’un document. Si dans un cadre scolaire l’enfant est soumis à une injonction du comprendre et s’accrochera tant qu’il pourra à la résolution d’une tâche, il est beaucoup moins probable qu’il ne lise de son propre chef un ouvrage dont le vocabulaire lui est, en partie, inaccessible. On peut alors imaginer la difficulté d’un enfant à comprendre des concepts et notions historiques complexes s’il est seul à lire un ouvrage si riche.

De prime abord, la segmentation de l’ouvrage par questions permet de répondre à cette difficulté : diviser la complexité pour la rendre plus appréhendable pourrait être le leitmotiv de la collection. Si l’enfant bloque sur une question, il peut très bien passer à une autre question qui, peut-être, éclairera d’un autre angle la première. De fait, l’entrée par questions permet, cette fois-ci, de développer l’autonomie du petit lecteur qui navigue de question en question, au gré de son envie et de sa curiosité. Ainsi, la position de la table des matières est sujette à interrogation : pourquoi ne pas l’avoir placée au début de l’ouvrage, l’objectif de la collection étant de ne pas avoir une lecture linéaire du livre, mais plutôt que l’enfant « pioche » dedans pour répondre aux questions qu’il peut lui aussi se poser ? Par ailleurs, cette apparente liberté est entravée par la question de savoir quels sont les prérequis pour qu’un enfant (comme un adulte) formule un questionnement sur un sujet qu’il ne connaît pas, du moins ne maîtrise pas dans sa globalité. Reformulons : doit-on connaître César avant de pouvoir poser des questions sur César ? De fait, les questions posées dans l’ouvrage sont des guides, des perches tendues à l’enfant, qui font émerger un questionnement. Le livre est d’ailleurs rédigé d’une telle façon qu’une question posée, et « résolue », permet de faire émerger un autre questionnement et donc de développer la curiosité. Néanmoins, ce mode de raisonnement entraîne une réflexion linéaire qui va alors à l’encontre de l’entrée par questions. En effet, certaines questions ne peuvent être comprises sans avoir lu des questions précédentes5, ce qui ne facilite pas la compréhension et pourrait en décourager certains. Évidemment, nous soulevons ici un problème dont la résolution est complexe : comment transmettre un contenu conséquent et détaillé tout en assurant sa compréhension par le maximum d’individus ? Il est évident que l’ouvrage prend le parti de décrire d’une manière prolixe les aspects de la vie de César, et prend le pari de transposer un savoir académique (encyclopédique?) aux enfants. Il est assuré qu’une lecture accompagnée d’un adulte saura instruire tout en s’amusant ces derniers.

Il nous était impossible de clore ce compte rendu sans dire un mot de la dimension biographique qui a été choisie ici. Si le genre a perdu de sa splendeur dans la discipline historique, il permet d’être un point d’appui intéressant pour aborder une période historique avec les enfants. Il faut souligner que l’ouvrage évite avec brio de commettre l’impair d’une étude pseudo-psychologique du personnage, aucune question n’étant vraiment axée sur le « caractère » de Jules César, et chacune des réponses cherchant à expliquer avec des éléments sociaux et contextuels. De fait, « Jules César » sert parfois de prétexte pour explorer certains aspects de la société romaine du Ier siècle a.C6. L’un des principaux écueils qu’entraînent le traitement biographique est de verser dans la glorification du personnage étudié. Si l’ouvrage tente d’expliquer comment l’image de César est une construction élaborée par lui-même à des fins de propagande7 et qu’il faut donc prendre de la distance avec ces éléments, il n’évite pas cependant, de parfois manquer de critiques suffisantes pour faire le portrait du personnage8. Néanmoins, l’ouvrage reste nuancé et fidèle à la critique historique. Le traitement biographique amène ainsi un certain nombre de questions pour la suite de l’aventure éditoriale : que faire des personnages moins « consensuels » ? peut-on imaginer un même ouvrage sur un personnage qui n’est pas un « grand personnage » ?…etc.

En somme, l’ouvrage est de qualité, riche en informations et saura contenter les enfants passionnés. Il ne serait pas rare de le voir, lui et les autres titres de la collection, s’implanter dans une majorité de bibliothèques et de centre de documentation et d’information. Nos remarques viennent seulement étayer une réflexion pour rendre encore plus accessible les nouvelles démarches historiennes et le savoir académique à un public non initié. Vaste question aux réponses toujours insatisfaisantes.

Yannick Sancher

1Pour son lancement, la collection fit paraître quatre titres : Laffon C., Jeanne d’Arc : 50 drôles de questions pour la découvrir, Tallandier jeunesse, 2018 ; Laffon M., Louis XIV : 50 drôles de questions pour le découvrir, Tallandier jeunesse, 2018 ; Lamoureux S., La Première Guerre mondiale : 50 drôles de questions pour la découvrir, Tallandier jeunesse, 2018 ; Terral A., Cléopâtre : 50 drôles de questions pour la découvrir, Tallandier jeunesse, 2018.

2Sophie Lamoureux est l’auteure de nombreux ouvrages traitant d’Histoire à destination d’un public jeune : Les Gaulois, ill. Alban Marilleau, Toma Danton, Milan Jeunesse, 2010 ; Comment parler de la Grande Guerre aux enfants, Éditions Le Baron Perché, 2013…etc.

3L’Antiquité est ainsi bien représentée, pour l’instant, avec les titres : Terral A., Cléopâtre : 50 drôles de questions pour la découvrir, Tallandier jeunesse, 2018 ; Lamoureux S., Jules César : 50 drôles de questions pour le découvrir, Tallandier jeunesse, 2019 (soit un tiers des titres parus). Néanmoins, indiquons que Jules César n’est plus un point de passage obligatoire dans le traitement du programme de sixième. D’après le Bulletin Officiel spécial du 26 novembre 2015, les élèves doivent en effet découvrir les premiers temps de Rome au travers d’une discussion entre mythes et découvertes archéologiques et enchaîner ensuite sur les conquêtes et la romanisation dans l’Empire romain. César n’a donc pour obligation d’être abordée que lors de la première année du cycle 3.

4En l’occurrence, il s’agissait de faire écho aux cérémonies du centenaire de la Première Guerre mondiale et à l’exposition consacrée à Toutankhamon, « Le trésor du pharaon », se tenant dans la Grande Halle de la Villette, du 23 mars 2019 au 15 septembre 2019.

5Prenons un seul exemple ici. Au début de la question 18 (« Qui devient consul à la place du consul ? »), on peut en effet lire : « Les optimates n’ont cependant pas dit leur dernier mot et réussissent à faire élire l’un des leurs comme deuxième consul à la tête de la République.». La question présuppose déjà de connaître ce qu’est un consul, ce qui ne pose relativement pas problème puisque ce terme est explicité dans le lexique et à la question 5. Le terme « optimates » est beaucoup plus problématique puisqu’il n’apparaît pas dans le lexique, ni dans aucun des intitulés des questions. Il faut se référer à la question 8 (« César a-t-il une enfance heureuse ? ») pour que l’enfant y trouve des réponses. Le terme est présent dans l’index, dont l’utilisation par un enfant de sixième nous semble compliquée. Cet exemple montre bien qu’il est difficile de se détacher d’une quelconque linéarité dans la lecture de l’ouvrage.

6Aspects politiques lorsque l’ouvrage interroge par exemple « Le consul, à Rome, c’est comme le président de la République ? » (5) ; aspects militaires lorsque l’auteur explore la formation des légions romaines (26, 27, 28) ; aspects sociaux lorsque sont expliqués les pratiques de commensalité (19), les codes vestimentaires (21) ou l’utilisation des thermes (42).

7Cela est tout à fait prégnant pour la question 30 (« Pourquoi César écrit-il un livre sur ses batailles en Gaule ? ») dans laquelle l’auteur démontre que les éléments que l’on peut lire dans les Commentaires sur la guerre des Gaules sont à prendre avec précaution et qu’ils servent surtout à « faire la promotion » (p.73) de son auteur.

8La question 10 (« Pourquoi les pirates auraient-ils mieux fait de ne pas se frotter à lui ? ») présente Jules César d’une manière assez flatteuse. Suivant notamment le texte de Plutarque, l’attitude de César est décrite comme dédaigneuse presque hautaine vis-à-vis de ses ravisseurs, montrant un personnage sûr de lui et conscient de sa puissance. Cette dernière ce manifeste pleinement lorsque Jules César mène un expédition punitive contre les pirates. La présentation montre donc la grandeur de l’action de César et fait fi de l’aspect propagandiste de l’épisode. A ce sujet, voir Denis Álvarez Pérez-Sostoa, « Prisioneros de los piratas: política y propaganda en la captura de Julio César y Clodio », Veleia 28, 2011, 69-81.

Citer cet article comme : Yannick Sancher, Cétéki Jules César, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/08/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17656.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.