Pompéi

Demaegd (A.) et Boccador (S.), Pompéi. – Paris: Fleurus, 2019. – 28p. – ISBN : 9782215169093

 

Crédit image. Première de couverture – Fleurus

Il s’agit d’un livre pour la jeunesse, de vingt-huit pages, en grand format (24 x 30 cm), dans un style de bandes dessinées, très coloré, mélangeant de vrais clichés et des restitutions en couleur. Dix petits chapitres traitent des thèmes différents, de deux à trois pages, avec un découpage des textes placés chacun à côté d’une image.

Chapitre I. Cité romaine (p. 6-7)

Des cartes de l’Italie et de l’empire romain donnent une idée de l’importance de l’emprise du monde romain débordant de l’Europe jusqu’aux bords de l’Asie et de l’Afrique. Toutefois, il est écrit que les conquêtes romaines se sont achevées en 50 av. J.-C., ce qui est vrai pour la Gaule mais pas pour une province comme la (Grande) Bretagne, objet des campagnes militaires de l’empereur Claude, en 43 ap. J.-C., qui aboutira à la création de la province de Britannia. Autre erreur, « le 24 août 79 ap. J.-C. (jour présumé de l’éruption du Vésuve) l’empereur Vespasien meurt ». Outre le fait que la date de l’éruption est discutée tout au long de l’ouvrage, Vespasien est mort le 23 juin et son fils Titus qui lui succède émet les premières monnaies à son nom dès le mois de juillet, dont l’une d’elle a été trouvée à Pompéi, dans la maison du Bracelet d’Or1. Autre question, est-il vrai que Pline l’Ancien, dont on sait qu’il est mort lors de cette éruption, s’est entretenu avec l’empereur Vespasien ?

Chapitre II. Les habitants de Pompéi (p. 8-9)

Les illustrations sont uniquement des restitutions pour montrer la vie quotidienne, dont certains vêtements semblent bien modernes ! Il y a cette scène de deux jeunes esclaves portant une amphore qui serait pleine d’eau, là où on s’attendrait à ce que ce soit du vin. En fait, il s’agit de la reproduction d’une aquarelle des Niccolini, republiée en 1997, ce que les crédits photographiques à la fin du livre n’indiquent pas, où les deux jeunes gens torse nu, semblent porter des shorts en jeans2. C’est là, à mon avis, un problème récurrent, on ne connaît pas toujours l’origine précise de l’image proposée ni son degré de restitution imaginaire.

Chapitre III. La catastrophe de l’an 79 (p. 10-13)

Le tremblement de terre annonciateur de l’année 62 est bien rappelé, puis les différentes phases de l’éruption sont décrites en privilégiant la vieille hypothèse du 24 août, sans utiliser pleinement le témoignage de Pline le Jeune et sa lettre à Tacite qui raconte la mort de son oncle Pline l’Ancien, parti en bateau pour tenter de sauver des amis. Or nous savons qu’il y a eu plusieurs copies de cette lettre, si l’une donne : « le neuvième jour avant les calendes de septembre », une autre donne : « le neuvième jour avant les calendes de novembre » ce qui place l’éruption le 24 octobre3. De surcroît, nous apprenons que Pline l’Ancien, en raison des vents contraires et de l’état de la mer ne pourra aborder qu’à Stabies, de l’autre côté de la baie de Naples, où son ami Pomponianus l’héberge une partie de la nuit, avant que tout le monde parte et que Pline l’Ancien meurt sur la plage, abandonné par ses esclaves terrorisés, et dont le corps sera récupéré, « intact » nous précise la lettre, par la suite. Il est donc certain que Stabies n’a pas été détruite durant cette première nuit, comme il est affirmé.

Chapitre IV. Les fouilles de Pompéi (p. 14-15)

Enfin nous avons de vraies photos qui montrent les archéologues en action, et les différentes phases des fouilles, depuis la recherche des trésors au XVIIIe siècle, jusqu’à une connaissance plus scientifique de la cité. Il y a la découverte des cadavres qui seront moulés, dont celle très émouvante du chien attaché à la chaîne qui n’a pu se sauver. Il est question des touristes, dont le nombre n’est plus de deux millions mais de quatre millions enregistrés pour 2018 et qui posent le problème de ce qu’un de nos collègues a appelé « l’érosion touristique ». Les auteurs reviennent sur la date de l’éruption en concédant qu’elle pourrait être en octobre, voire même en novembre, citant l’inscription au charbon de bois (appelé à tort de graffiti) qui vient d’être trouvée dans les nouvelles fouilles, et datable du 17 octobre, mais dont l’année n’est pas précisée4. Il pourrait s’agir d’une inscription plus ancienne, d’une année antérieure, car on connaît des cas de dessins au charbon de bois dont la durée de vie pouvait être très longue, comme ces bateaux dessinés sous la terrasse de la villa d’Ariane à Stabies qui ont survécu5, ou ceux, très nombreux, mêlant graffitis et inscriptions au crayon noir ou rouge de l’agora de Smyrne6. D’autres preuves, celles là incontestables pour une date automnale, peuvent être avancées, comme la présence de très nombreux fruits d’automne, le fait que les vendanges étaient terminées à en juger par les dolia dans les celliers de plusieurs villas. En revanche, d’autres arguments, comme celui de l’inscription au charbon de bois, sont plausibles mais non décisifs comme la présence de braseros qui sont cités, et qui servaient non seulement à se chauffer lors des saisons froides, mais aussi pour faire la cuisine dans les maisons qui étaient dépourvues d’installations idoines, et donc quelle que soit la saison.

Chapitre V. Pompéi retrouvée (p. 16-17)

Les différentes fonctions des pièces à vivre dans la maison sont parfaitement expliquées, mais là encore, sauf la photo du chien attaché à la chaîne d’une mosaïque réelle de la maison de l’Ours, et celle de la fontaine en mosaïque de la maison de la petite Fontaine, les illustrations sont des restitutions, certaines empruntées à des dessinateurs du XIXe siècle qui sont moins réalistes à notre avis. L’organisation de la maison nous est proposée par un grand dessin en éclaté, où s’affairent des personnages dans des pièces au mobilier parfois surprenant. Par exemple une vaste cuisine, à plaques de cuisson qui n’ont rien d’antique, donne directement sur l’atrium ; un esclave livre un gros paquet depuis la rue directement dans une … chambre à coucher où se trouve un lit ; enfin il manque des colonnes dans le péristyle et celles de l’atrium ont disparu. Il aurait mieux valu prendre une véritable maison de Pompéi pour tenter d’en retracer les différentes fonctions.

Chapitre VI. La vie sociale (p. 18-19)

Les différents lieux de la vie sociale, basilique, temples, marchés, sont bien illustrés avec une belle photo en couleur, sur deux pages, et les activités sont bien décrites.

Chapitre VII. La vie quotidienne (p. 20-21)

La vie quotidienne des habitants de Pompéi est rendue de façon bien réaliste par plusieurs clichés en couleur, montrant les passages piétons surélevés, les comptoirs des thermopolia, et quelques scènes de rue qui sont des restitutions, dont cette distribution de miches de pain, dont la peinture originale existe et qui aurait pu être mise en valeur. Une précision est à apporter concernant l’accès aux thermes, dont une partie est parfois réservée aux hommes et l’autre aux femmes, car pour les thermes sans zones différenciées, il y avait la possibilité d’horaires décalés pour chaque sexe.

Chapitre VIII. La vie culturelle (p. 22-23)

La vie culturelle et les différents lieux sont parfaitement identifiés et illustrés, que ce soit les spectacles au théâtre ou à l’odéon, de nature spécifique, ou les distractions sportives, d’un succès inégalé pour celui des gladiateurs. Peut-être aurait-il était intéressant de raconter la rixe de 59 ap. J.-C. dans l’amphithéâtre où des supporters se sont battus, et qui nous a valu une peinture–reportage de l’événement, entraînant la fermeture des lieux quelques temps, sur ordre de Néron. A noter que l’image restituée d’acteurs se préparant à entrer en scène ne reproduit pas du tout une mosaïque de Pompéi comme il est indiqué : c’est une interprétation très libre, qui n’a rien à voir avec la mosaïque à laquelle il est fait allusion.

Chapitre IX. Herculanum (p. 24-25)

Enfin les auteurs sortent de Pompéi pour nous offrir une vue rapide de la deuxième ville ensevelie par l’éruption et qui vaut la peine d’être montrée. Herculanum est plus retreinte mais, comme il est écrit, elle conservait des étages, des meubles et des objets en bois qui n’ont pu être conservés à Pompéi.

Chapitre X. Le Vésuve(p. 26-27)

Pour ce dernière chapitre, une vue du Vésuve nous est offerte avec quelques explications sur cette activité volcanique très particulière.

En résumé, il s’agit bien d’une grande imagerie, comme le titre de la collection l’indique, dont les jeunes enfants pourront s’initier à la connaissance de cette cité au tragique destin sans toujours pouvoir faire la part de la réalité archéologique de celle du récit fictionnel.

Alix Barbet,

Directrice de recherches honoraire, C.N.R.S.

1 Cf. Storie da un’eruzione, Pompei Ercolano Oplontis, catalogue de l’exposition à Naples, 20 mars-31 août 2003, Bruxelles 8 octobre 2003-8 février 2004, Milan, 2003, p. 420, après le Ier juillet 79.

2 F. et A. Niccolini, Maisons et monuments de Pompéi, Paris, 1997, p. 214, fig. 180.

3 A. Barbet, Commentaire du documentaire « un jour de 79 : la destruction de Pompéi (Arte) in actualités des études anciennes, ISSN format électronique :2492.864X, 12/04/2018 ; https://reainfo.hypotheses.org/11519

4Cf. W. Rowe-Pirra, Pompéi : la date de l’éruption du Vésuve remise en cause, La Recherche, décembre 2018, n° 542, p.14-17. Interview de Alix Barbet et de Nicolas Laubry qui insistent sur l’absence dans l’inscription de la mention des consuls en charge cette année-là.

5 Cf. A. Barbet, Conte-moi Stabies au temps de Pompéi, coll. Ausonius junior, Bordeaux 2016, fig. p. 15.

6 Cf. Bagnall, R.S., Casagande-Kim, R., Ersoy, A., Tanriver, C., contrib. Yolaçan, B., Graffiti from the Basilica in the Agora of Smyrna, New York, 2016.

Citer cet article comme : Alix Barbet, Pompéi, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/08/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17662.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.