Chantier archéologique subaquatique

Date. Du Lundi 2 au Samedi 28 Septembre 2019

Lieu. Courbiac

Découvertes en 2008 dans le fleuve Charente, sur les communes de Saintes et Fontcouverte (Charente-Maritime, 17), lors d’une prospection-inventaire subaquatique sous la direction de Vincent Lebaron (ArepMaref), les deux épaves reposent à une profondeur moyenne de 7,50 m. Elles sont distantes de 100 m l’une de l’autre et nommées Ep1 Courbiac et Ep2 Courbiac(pour épave n°1 de Courbiac et épave n°2 de Courbiac). Ces deux épaves ont été datées au carbone 14: Ep1: 230 AD – 390 AD et Ep2: 250 AD – 400 AD.

L’étude de ce site a débuté en octobre 2015 sur l’épave n°2. Cette épave apparaît entre -4,60 m et -5,30 m de profondeur NGF. Elle est en position retournée et affleure au fond du fleuve. Seuls des sacs de sable permettent sa localisation. À la suite de sa découverte en 2008, ainsi que celle d’Ep1, il a été décidé de protéger les bois apparents des deux épaves en les recouvrant de géotextile et de sacs de sable, permettant ainsi de restreindre l’action d’érosion du fleuve sur les bois. Depuis 2015, nous étudions cette épave au rythme d’un mois par an. Trois sondages ont été réalisés: un à chaque extrémité, afin de pouvoir déterminer l’emprise totale de l’épave, un troisième au centre afin de déterminer sa largeur. Cela nous a également permis d’étudier architecturalement l’épave et d’apprécier la hauteur conservée de la coque. Ainsi, l’épave n°2 mesure environ 18 m de long pour 3,50 m de large. La hauteur de la coque observée est de 1,82 m à l’extrémité amont et 1,85 m à celle aval. Au centre, la hauteur est de 1,02 m côté rive droite et de 0,99 m côté rive gauche. Il est à noter qu’aucun élément architectural ne semble manquer. Du fait de sa position retournée et afin de maintenir ses éléments architecturaux en connexion, il n’est cependant pas possible de réaliser un sondage sous l’épave pour étudier les éléments internes de la coque.

Une première campagne de fouille a été menée sur l’épave n°1 en juin 2017, poursuivie en 2018. Elle apparaît très dégradée. Ses fonds semblent avoir disparu. En position retournée, elle a subi, elle aussi, l’action de l’érosion du fleuve. De nombreux éléments architecturaux ne sont plus en connexion. Néanmoins, les données qui commencent à être recueillies sur cette épave sont nombreuses. De plus, il sera possible, étant donné son état de conservation, de poursuivre les sondages à l’intérieur de la coque.

Prévisionnel de la campagne 2019 :
– poursuivre le sondage débuté en 2018 sur Ep1. Nous poursuivrons le démontage de chaque élément architectural afin de l’étudier en surface selon un protocole proposé au SRA et validé par la CTRA (le même que celui de 2018 pour celles et ceux qui le connaissent). Des relevés à terre, un enregistrement photogrammétrique de chaque élément, un relevé à l’échelle 1 et, je l’espère, un scan 3D sera réalisé ;

– dans la mesure du possible trouver l’extrémité de l’épave n°1 (extrémité amont). Ce sera le “bonus ++”. Mais je suis persuadé que si nous nous organisons bien et que nous travaillons aussi bien que les précédentes années ce sera du gâteau. Tout dépendra de la météo ;

– des passages au sondeur et au sonar seront réalisés ;

– enfin, un relevé de “points remarquables” inventoriés en 2018 sur et autour d’Ep2 sera réalisé afin de définir l’évolution sur ce site en terme de recouvrement sédimentaire et de mouvement structurel de l’épave.

Participation:
Si vous souhaitez participer à la campagne 2019 (ce chantier est ouvert à toutes et à tous, sans discrimination, alors profitez-en!), contactez-moi à cette adresse mail (jonathan.letuppe@eveha.fr) en m’indiquant:
– vos dates de venue;
– votre niveau de classement hyperbare (en envoyant la copie de votre CAH, recto et verso);
– votre certificat médical valable pour la durée de votre venue sur le chantier.

Source. Ausonius


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.