Le Colisée. L’histoire et le mythe

Hopkins (K.) et Beard (M.), Le Colisée. L’histoire et le mythe. – Paris: Tallandier, 2019. – 270 p. ISBN: 9791021033757

Crédit image. Première de couverture – Tallandier

L’ouvrage commence par un tableau de la perception du Colisée par les touristes aisés du 19ème siècle, entre archétype de la ruine romantique et lieu de mort. Les auteurs utilisent pour cela une série d’anecdotes dont la succession suit un plan thématique, évoquant d’abord l’admiration suscitée par le monument, puis les réserves que son passé sanglant pouvait faire naître. Revenant aux 20ème et 21ème siècles, le second chapitre expose les changements qu’a subi le monument, désormais site archéologique, mais aussi son public, grâce à l’avènement du tourisme de masse, et souligne l’ambivalence qui reste la sienne dans la culture populaire. Les auteurs retracent ensuite les origines de la construction du Colisée par Vespasien et Titus, qui rendirent ainsi au peuple des espaces accaparés par Néron dans le centre de Rome. Pour rendre compte de l’important décalage temporel entre la naissance du régime impérial, avec sa confrontation périodique entre l’empereur et son peuple lors des spectacles, et la construction du Colisée, les auteurs reviennent ensuite sur les réticences des élites républicaines face à la construction d’édifices de spectacles en dur, phénomène qui n’explique que très partiellement l’apparition tardive du Colisée, et tend à brouiller la chronologie pour un lecteur peu familier avec l’histoire de Rome. Quant au chapitre suivant, évoquant les spectacles donnés par Titus lors de l’inauguration du Colisée, puis par ses successeurs, il présente certaines inexactitudes. Par exemple, la possible présence de naumachies dans le monument est mise en doute comme reposant uniquement sur le témoignage de Dion Cassius à propos des jeux de Titus, alors que Suétone en mentionne une lui aussi pour l’époque de Domitien. De même, le Livre des spectacles de Martial est présenté comme spécifiquement écrit pour l’inauguration de l’amphithéâtre flavien, sans que soit mentionnée l’hypothèse très largement admise de K. Coleman, auteur d’une édition commentée du texte, selon laquelle certains poèmes du recueil évoqueraient des spectacles de Domitien. Enfin, après quelques spéculations sur leurs modalités éventuelles, la présence effective dans l’arène d’exécutions travesties en épisodes mythologiques semble elle aussi mise en doute comme reposant sur les seuls témoignages de Martial et du polémiste chrétien Tertullien, alors qu’il existe d’autres sources plus fiables sur la question. Concernant ensuite les combats de gladiateurs et les chasses, les auteurs reviennent sur différentes idées reçues, soulignant au passage très justement le caractère souvent incertain de nos connaissances effectives. Cependant, toujours sans doute dans un but de simplification à l’adresse du grand public, ils schématisent parfois à l’excès, comme par exemple lorsqu’ils affirment que les exécutions de l’arène sont toujours présentées par les spécialistes de la culture romaine comme placés à midi, alors qu’aussi bien le caractère composite et aléatoire du programme des meridiani que la diversité de nos sources sur le sujet ont déjà été soulignés par de nombreux chercheurs. En revanche, le tableau tracé de l’image ambivalente du gladiateur auprès de la population romaine est riche et plus nuancé. Grâce à divers documents épigraphiques, les auteurs se livrent ensuite à des estimations chiffrées assez convaincantes du nombre des gladiateurs dans tout l’empire au 2ème siècle p. C et de leur taux de mortalité. L’ouvrage évoque ensuite les chasses et leurs très nombreux animaux exotiques, dont la présence nous est attestée par diverses sources antiques, puis la répartition du public sur les gradins du Colisée. L’exposé sur ce point est parfaitement clair et facile à suivre, mais on peut s’étonner que l’origine de cette répartition hiérarchique des spectateurs soit présentée comme inconnue alors qu’un texte de Suétone évoque de manière très explicite l’intervention d’Auguste dans ce domaine. Les limites probables du respect d’une telle répartition sont soulignées de façon intéressante. En revanche, le passage consacré au comportement de l’empereur lors des spectacles tombe à nouveau dans un certain goût pour la généralisation excessive et le sensationnel en donnant l’impression que les « mauvais empereurs » n’hésitaient pas à « se transformer en gladiateur », alors qu’à notre connaissance seul Commode alla aussi loin. La fin du chapitre, abordant enfin la question des origines de la gladiature, remet en question l’hypothèse de leurs origines funéraires en la présentant comme reposant sur le seul témoignage de Tertullien. Or, si celui-ci est bien le premier à les assimiler à des sacrifices humains, bien d’autres textes évoquent le contexte funéraire des munera républicains. Quant à l’ambivalence de l’attitude de Marc-Aurèle face à ces spectacles, elle est présentée comme susceptible de relever d’un revirement personnel de l’empereur à ce sujet, faute de tout prise en considération d’un phénomène pourtant évoqué ailleurs : le lien, indissociable à cette époque, entre spectacles romains, idéologie impériale et exercice même du pouvoir. Le chapitre se termine en affirmant l’existence chez les spectateurs de doutes moraux sur les tueries de l’amphithéâtre sans que les pages qui précèdent aient apporté beaucoup d’éléments sur la question. Le chapitre suivant, après une évocation du caractère disparate du monument, fréquemment modifié et restauré au cours des siècles, en présente une description claire et concise qui permet de bien visualiser son agencement général. La question de la datation des structures souterraines situées sous l’arène est ensuite reprise de façon un peu trop schématique et sans toujours tenir compte de l’ensemble de la documentation et de la bibliographie disponible sur le sujet. En revanche, ce chapitre comme beaucoup d’autres fait un appel très efficace à l’imagination du lecteur pour qu’il se représente l’ampleur du travail demandé par la réalisation, avec les moyens techniques de l’époque, d’un monument d’une telle taille et d’une telle complexité. Le dernier chapitre revient sur la perception du Colisée, cette fois au Moyen Age, où il était apparemment identifié comme un temple, avant d’évoquer les raisons de la disparition des spectacles de l’arène plusieurs siècles plus tôt. Les vicissitudes du monument à travers les siècles (transformation partielle en étables ou en forteresse, réemploi de ses matériaux dans d’autres monuments de Rome, consécration en tant que haut lieu du culte des martyrs) font ensuite l’objet d’une reconstitution des plus vivantes, mais où un certain manque de respect de la chronologie entraîne parfois des redites. Le dernier chapitre est consacré à la progressive transformation du Colisée de site religieux en site archéologique, ce qui amène là encore un rappel des premières fouilles, déjà mentionnées auparavant. Le livre se termine de manière originale par l’évocation d’un aspect bien plus méconnu du monument : l’importance et la diversité de la flore qui s’y était développée avant que son nouveau statut de site archéologique et touristique ne la fasse irrémédiablement disparaître.

Cet ouvrage, d’un abord facile et d’une lecture agréable, peut certainement donner à un lecteur néophyte une vision d’ensemble du monument et surtout de la manière dont il fut perçu à travers les temps. On peut cependant regretter parfois le manque de rigueur chronologique et surtout la simplification de certaines problématiques, qui va parfois jusqu’à l’omission de plusieurs hypothèses importantes de la recherche contemporaine, voire même d’une partie de la documentation antique.

Anne Berlan-Bajard,

MCF, Université Bordeaux-Montaigne

Citer cet article comme : Anne Berlan-Bajard, Le Colisée. L’histoire et le mythe, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/08/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17699.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.