Lucullus, général et gastronome

Le Bohec (Y.), Lucullus, général et gastronome. – Paris : Tallandier, 2019. – 301 p. – ISBN : 9791021031524

Crédit image. Première de couverture – Tallandier

Épigraphiste et historien de la civilisation romaine, Yann Le Bohec, professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne est un spécialiste reconnu de l’histoire militaire de Rome. Son oeuvre abondante est constituée de nombreux livres à succès parmi lesquels : Histoire romaine (1991), Naissance, vie et mort de l’Empire romain (2012), César, chef de guerre (2001, réédition 2015), Spartacus, chef de guerre (2016), Histoire des guerres romaines (2017).

Dans ce nouvel ouvrage, Yann Le Bohec (YLB) dresse le portrait, plus complexe qu’il n’y paraît, du célèbre romain Lucullus, plus connu pour le commun des mortels par le faste de son train de vie et de sa table que par sa brillante carrière politique et militaire. En effet, cet illustre général, vainqueur de Mithridate, est passé à la postérité davantage pour sa fameuse réplique à son maître d’hôtel qui avait omis, en l’absence d’invités, de lui préparer un repas sortant de l’ordinaire « Ne savais-tu pas que ce soir Lucullus dîne avec Lucullus ? », que pour ses hauts faits d’armes.

YLB s’attache à faire découvrir avec clarté, méthode et précision, au fil des 301 pages de cet ouvrage, les différentes facettes de la riche personnalité de Lucullus qui, bien que célèbre, reste cependant fort méconnu. Certes, le personnage de Lucullus n’a pas laissé indifférents les auteurs antiques, très largement favorables, comme l’attestent les propos de son admirateur Plutarque dans Vie des hommes illustres, de son ami Cicéron qui lui a consacré un traité peu connu Lucullus, ou des propos plus contrastés de la part d’Appien. Quant aux études des historiens modernes (M. Gelzer, 1926 ; J. Van Ooteghem, 1959 ; A. Keaveney, 1992), plus réservées sur le personnage, elles sont anciennes et désormais un peu dépassées, d’après YLB. Dans l’introduction, YLB souligne les difficultés de l’exercice biographique et la nécessité de confronter avec rigueur et distanciation les différentes sources dont certaines, jusqu’à présent, avaient été négligées (p. 14-16).

Cet ouvrage est composé de quatre parties, structurées chronologiquement autour de la vie de Lucullus (né en 118, mort en 56 avant J.-C.)  : l’inconnu, le militaire (2 parties) et le civil (partie à laquelle se rajoute un appendice sur la nourriture à l’époque romaine). Cette biographie bien documentée, écrite dans un style clair, précis et alerte, est agréable à lire, à tel point que certains commentateurs ont pu dire « se lit comme un roman ». À mon avis, cette remarque, un peu exagérée, a le mérite de souligner le talent pédagogique d’YLB qui sait transmettre sa grande érudition à la fois à des spécialistes et à un public plus large. Le lecteur pressé appréciera le résumé qui conclue chacune des parties, ainsi qu’en conclusion, la synthèse récapitulative du portrait et de l’oeuvre de ce grand personnage de l’histoire romaine.

La première partie est consacrée aux vingt premières années du jeune « inconnu » Lucius Licinius Lucullus, né dans une famille aristocratique et riche lui permettant d’acquérir une vaste culture (arbre généalogique p. 23). Noble, fortuné, doué d’une personnalité intelligente, il a su tirer profit de ses privilèges et les faire fructifier tout au long de sa brillante carrière militaire et politique, pratiquant au plus haut point la virtus, le service de l’Etat, en exerçant des charges civiles et militaires (chronologie, p. 9-12). Des choix personnels politiques ont également orienté très vite sa carrière : son engagement auprès de Sylla et des optimates, les aristocrates les plus conservateurs. YLB décrit, dans le chapitre II (p. 28-54), le contexte civil et militaire, en détaillant la structuration des institutions et de la société romaines, dans lesquelles Lucullus a pu s’imposer. Le chapitre III (p. 55-81) centré sur le portrait de Lucullus est, probablement, la partie la plus attrayante de l’ouvrage pour comprendre la personnalité de cet homme exceptionnel, sa vie et son oeuvre. Le trait fondamental du personnage est bien son appartenance à l’aristocratie qui lui a permis, avec le soutien de Sylla et des optimates, d’accéder à toutes les magistratures du « cursus honorum » (questeur puis proquesteur, édile curule, préteur puis propréteur, consul puis proconsul), et de devenir un brillant général, compté au nombre des grands militaires par son ennemi politique César. Excellent juriste, il a même contribué à enrichir le droit romain. Reconnu parmi les intellectuels les plus brillants de son temps, et « figure éminente des optimates aux côtés de Cicéron et Caton », Lucullus, parfaitement bilingue, s’est illustré en particulier dans la philosophie, capable de débattre de sujets ardus, tel la connaissance, dans la lignée de Platon.

Sa nature d’esthète et de gastronome, porté sur le goût du luxe à table comme dans ses somptueuses demeures, était, semble-t-il, conforme à la vie d’un aristocrate à la « richesse insolente ».

Dans les parties 2 et 3, intitulées le militaire (p. 85-214), YLB relate en détail l’histoire militaire de Rome durant les années 89 à 67 avant J.-C., marquées par les trois guerres provoquées par Mithridate VI, roi d’un petit pays, le Pont en Asie Mineure et lors de la guerre contre Tigrane, roi d’Arménie. En spécialiste éminent des guerres romaines et de la géopolitique antique, YLB décrit et analyse les différents épisodes de ces conflits dans lesquels Lucullus s’est illustré en brillant vainqueur de deux rois, même s’il n’a participé qu’à deux des trois guerres contre Mithridate. Lors de la première guerre (89-84 av. J.-C.), Lucullus devenu questeur, appelé par Sylla en 87, assuma avec efficacité les charges de financier, puis d’amiral et de général. Les succès de Sylla et Lucullus ont imposé à Mithridate, la paix de Dardanos. Dans la troisième guerre (74-63 av. J.-C.), Lucullus, devenu consul, fut chargé par le Sénat de faire la guerre. Il se révéla grand stratège et tacticien, capable de mener des combats, sur terre comme sur mer, et en tous lieux, comme le nécessita son objectif de détruire l’armée pontique et de regagner la confiance des Grecs, lesquels ont été souvent partagés entre Romains et Pontiques (quatre études de cas illustrent la diversité des comportements et des alliances, p. 134-142). L’action militaire de Lucullus a largement préparé la victoire finale de son ennemi Pompée.

La quatrième partie (p. 215-236) traite des années qui suivirent le retour de Lucullus à Rome en 66 où il fut accueilli avec éclat par le Sénat, mais il dut attendre l’année 63 pour recevoir les honneurs du triomphe. Si les sources antiques sont moins abondantes sur les dernières années de la vie de Lucullus (66-56), et laissent des incertitudes aux historiens, il apparaît que Lucullus est resté une figure éminente des optimates et a pesé encore sur l’histoire politique de Rome, en particulier dans les affaires de son temps (Catilina, La Bona Dea, Archias et les demandes de Pompée au Sénat).

Quant à sa vie privée, menée intensément avec luxe et démesure dans ses nombreuses demeures du Latium et de Campanie, elle reste marquée par son goût pour la bonne chère et l’organisation de banquets extraordinaires. Il ne fait pas de doute que sa qualité de noble lui imposait une table de noble, surtout au IIe siècle av. J.-C., période à laquelle les élites d’argent s’entichaient de gastronomie et d’exotisme culinaire (déjà !). Rappelons que Lucullus a ramené de ses conquêtes orientales, la cerise comestible. Si les moralistes ont stigmatisé son intempérance, d’autres contemporains ont loué ses qualités d’esthète et d’intellectuel aimant les oeuvres d’art et les bibliothèques, la gastronomie pouvant associer ces deux passions, raffinement et savoir.

En conclusion, YLB s’attache à rétablir avec méticulosité et un grand souci d’impartialité le portrait de Lucullus, injustement oublié et trop souvent caricaturé en gastronome. Ce personnage fascinant aux multiples talents, malgré quelques faiblesses, s’inscrit dans la liste des grands « imperatores » de Rome.

Marie-Thérèse Marty,

Laboratoire TRACES – CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès

Citer cet article comme : Marie-Thérese Marty, Lucullus, général et gastronome, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/09/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17784.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.