Rome réinventée: l’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini

Castorio (J.-N.), Rome réinventée : l’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini. – Paris : Vendémiaire, 2019. – 437 p. – ISBN : 9782363583284

Crédit image. Première de couverture – Vendémiaire

Le titre et le sous-titre de l’ouvrage évoquent le survol d’un immense domaine : la réception de l’Antiquité dans l’imaginaire occidental depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. L’ouvrage il est vrai ne concerne que l’Antiquité Romaine mais il dépasse d’autre part la limite affichée puisqu’il envisage des films ou des séries télévisuelles postérieures à Fellini.

Le lecteur cependant s’alerte et se demande si un tel programme peut être aisément digéré. En réalité, l’ensemble ne demande pas d’effort particulier et se lit sans jamais lasser. Il ne s’adresse pas en priorité aux spécialistes du monde antique ; il leur sera cependant utile, en particulier du point de vue pédagogique, mais pas seulement. Après tout, historiens, latinistes et hellénistes, ne faisons pas nous-mêmes partie de la réception de l’Antiquité ?

Le plan choisi, très libre, explique en partie la réussite de l’ouvrage. Il s’agit en fait de onze études plus ou moins nettement centrées sur telle ou telle époque de l’histoire Romaine, dans un ordre globalement chronologique. On part du viol de Lucrèce pour aboutir à la « décadence », en passant par les guerres puniques, la révolte de Spartacus, l’assassinat de César etc. Chaque étude tourne autour d’une ou plusieurs œuvres : il s’agit tour à tour de littérature, de peinture, de sculpture, de cinéma ; mais, dans un souci de uariatio, l’étude peut commencer par le récit de l’épisode légendaire/historique ou par la présentation de l’œuvre, voire de son auteur, ou bien par une évocation historique du milieu social ou artistique qui l’a fait naître.

On ne peut ici examiner les onze chapitres. Je me contenterai donc de dire un mot de quelques-uns qui m’ont paru les plus riches ou les plus plaisants.

J’ai pris grand plaisir, par exemple, à lire à nouveaux frais le récit de l’élaboration du projet de Salammbô, d’autant que c’est l’occasion de retrouver la verve de Flaubert épistolier (p. 74) :

« Oui, on m’engueulera, tu peux y compter. Salammbô 1) embêtera les bourgeois, c’est-à-dire tout le monde 2) révoltera les nerfs et le cœur des personnes sensibles 3) irritera les archéologues 4) semblera inintelligible aux dames 5) me fera passer pour anthropophage et pédéraste. Espérons-le ! »

Pour cette seule citation je recommanderais ce livre, mais en voici une autre (p. 73) aussi délectable :

« J’arrive aux tons un peu foncés. On commence à marcher dans les tripes et à brûler les moutards. Baudelaire sera content. »

Spartacus occupe une place importante, parce que la réception de cette guerre servile – la « seule guerre juste » de l’histoire selon Voltaire – illustre en particulier les combats socio-politiques des XIXe et XXe siècles. D’où le mouvement des Spartakistes allemands et le fameux club de football de Moscou, le Spartak. L’analyse des films récents montre l’évolution puis la perte de cette dimension symbolique durant ces dernières décennies.

Le drame de la proscription organisée par les triumvirs en 43 av. J.-C. est l’occasion d’interroger l’énigme du fameux tableau d’Antoine Caron « Les massacres des triumvirs » (1566) qui semble prophétiser le terrible massacre de la Saint-Barthélémy (24 août 1572).

Le Satyricon de Fellini est au centre de l’ouvrage. C’est au grand maestro italien que l’auteur emprunte son idée principale : l’Antiquité n’existe pas, elle est inconnaissable, elle n’est qu’une matrice de nos rêves. L’évocation des choix techniques parfois étranges du fameux regista est passionnante. Je regrette personnellement que le film rival de Polidoro, persécuté par la censure italienne et par les producteurs de Fellini, n’ait pas été rapidement présenté : très inégal, il n’est pas sans mérite et la comparaison avec le chef d’œuvre de Fellini aurait été intéressante[1].

Les amours d’Hadrien et d’Antinoüs sont d’abord l’occasion d’évoquer la longue maturation du chef-d’œuvre de Marguerite Yourcenar. On s’intéresse ensuite non pas à l’histoire d’ Antinoüs lui-même – on ne sait presque rien de l’éphèbe bithynien, à part sa beauté, sa disparition mystérieuse dans le Nil et son élévation au rang de dieu – mais à sa destinée comme dieu et à sa réception dans l’historiographie antique, chez les Pères de l’église, puis aux époques moderne et contemporaine, où il finit par devenir un gay god.

L’érotique romaine emplit depuis quelques années les étagères des bibliothèques universitaires ; Castorio se devait d’apporter sa contribution, puisque la liberté sexuelle et les pratiques orgiaques jouent un rôle de premier plan dans l’image traditionnelle de Rome et de sa « décadence ». On peut suivre ainsi les aventures des postures acrobatiques que les artistes, les graveurs et les commentateurs ont attribuées aux dieux de la mythologie.

C’est un grand tableau « pompier », Les Romains de la décadence de Thomas Couture (tableau présenté au Salon de 1847) qui clôt l’ouvrage. L’auteur montre précisément les significations de cette peinture complexe, qui a pu avoir à son époque et dans la période suivante un sens politique, qui a pu être réinterprétée à la fin du siècle par l’esthétique « décadente », pour disparaître dans l’oubli, avant de revenir à la lumière de nos jours, dans la compagnie des tableaux de Léon Gérôme : ces œuvres ridiculisées par les tenants de la peinture moderne, surtout Zola, nous apparaissent désormais comme les intermédiaires entre la peinture d’histoire et le film historique à grand spectacle.

Chacun de ces chapitres est précisément documenté, à la fois riche de détails savoureux et de perspectives historiques larges et variées. Les âmes historiennes pourront vouloir discuter ce point de vue paradoxal selon lequel « l’Antiquité n’existe pas ». C’est vrai : le passé n’existe pas et personne ne peut le ressusciter, à plus forte raison un passé assez lointain. Mais la Rome du premier siècle de notre ère est-elle plus « inconnaissable » que telle ou telle période du moyen-âge par exemple ? Il me semble que l’auteur adopte, à des fins rhétoriques sans doute, le point de vue fellinien, qui est celui d’un artiste onirique et d’un puissant créateur. Mais si l’on est né comme moi entre Orange, le Pont du Gard, Glanum et Vaison la Romaine, si l’on se plaît à lire dans le texte Martial et Pétrone, si l’on arpente les rues de Pompéi, on ne peut pas dire : « l’Antiquité n’existe pas ».

Le vrai jeu scientifique consiste à la retrouver sous les cendres, les herbes folles, les jugements moraux, les conceptions de l’archéologie et de l’histoire, les idées toutes faites et les interprétations créatives. Le beau livre de J.-N. Castorio, en fait, y invite un large public.

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite, Université Paul Valéry

[1] Après de graves coupures, il a fini par sortir sur quelques écrans sous le titre absurde Les dégénérés.

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, Rome réinventée: l’Antiquité dans l’imaginaire occidental de Titien à Fellini, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/09/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17812.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.