Entretien au cœur de la 3D avec Archeovision

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, Archeovision ouvre ses portes au grand public. Ils nous reçoivent en avant première! Nous avons donc rendez-vous avec Caroline Delevoie, responsable de la gestion et de la communication et François Daniel, infographiste 3D. Merci à eux de nous recevoir et de prendre le temps de répondre à nos questions.

  • Aujourd’hui la 3D se développe un peu partout et dans de nombreux domaines mais comment expliquez vous la création d’Archeovision de façon si anticipée ?

Tout a commencé avec l’égyptologue Robert Vergnieux, qui, pendant des années a travaillé sur le site de Karnak en Egypte. C’est dans le cadre d’un mécénat technologique avec la société EDF, qui utilisait déjà la 3D pour la sécurité des centrales nucléaires, que le projet de modéliser les temples de Karnak a pris forme. Alors que personne n’avait conscience du besoin et de l’innovation que la 3D représentait pour le monde des Sciences Humaines et Sociales (SHS) comme on les appelle aujourd’hui, R. Vergnieux était un précurseur. A la fin des années 80 naissaient les premiers modèles 3D des temples de Karnak. En 1992, R. Vergnieux prend la responsabilité du service informatique du Centre Pierre Paris à Bordeaux et l’aventure se poursuit.

Première modélisation des temples de Karnak – Crédit image. Archeovision

Dernière modélisation en 2016 – Crédit image. Archeovision

 

  • Nous sommes aujourd’hui en 2019, comment se compose Archeovision et quelles ont été les évolutions de la structure ?

Depuis 2014, Archeovision est une UMS (Unité Mixte de Service) sous la tutelle du CNRS, de l’Université Bordeaux Montaigne (UBM) et de l’Université de Bordeaux (UB) à laquelle est adossée depuis 2005 une cellule de transfert Archeovision Production (ex Archéotransfert). L’UMS compte donc 4 agents CNRS et 3 membres salariés de l’ADERA. La direction de l’UMS est assurée par Rémy Chapoulie, professeur d’UBM et par Xavier Granier, membre associé, rattaché à l’institut d’optique, il est le directeur scientifique d’Archeovision. Cette double direction ouvre à de nouveaux projets.

Aujourd’hui, Archeovision en quelques chiffres c’est plus de 300 projets réalisés dans une vingtaine de pays et 176 000 ans d’histoire, de la préhistoire à aujourd’hui.

  • Quels sont vos domaines de compétences ?

C’est assez étendu mais nous pouvons dégager plusieurs blocs, enregistrer l’existant, restituer un état disparu, organiser, diffuser et conserver et enfin valoriser les résultats.

Pour cela, divers outils entrent en jeu. Pour l’acquisition, il y a entre autre la lasergrammétrie, la photogrammétrie, la vidéogrammétrie, l’acquisition sous marine ou aéroportée, il faut pouvoir s’adapter à tous les milieux et à toutes les dimensions selon les zones de prospection, cela pouvant aller de quelques centimètres à plusieurs hectares.

Acquisition par lasergrammétrie – Crédit image. Archeovision

Acquisition par photogrammétrie – Crédit image. Archeovision

Acquisition sous marine – Crédit image. Archeovision

Une fois les données récoltées, il y a l’étape de la création, de la mise en forme des hypothèses de restitution. Pour cette étape, toutes les sources de documentation sont utilisées. Bien sûr les données récupérées sur site mais aussi les photos, la documentation, les textes, relevés, plans, coupes et on peut aussi reprendre les restitutions 3D existantes. Une première maquette 3D est réalisée, ce qui permet à l’équipe de recherche initiatrice du projet et au comité scientifique pluridisciplinaire de centrer leurs discussions autour d’un même objet en 3 dimensions. La maquette va ensuite connaître des modifications suivant les résultats des rencontres et des discussions entre les scientifiques afin d’arriver à la validation d’un modèle 3D restituant l’état de la recherche le plus avancée à un instant T.

Relevé pierre par pierre – Crédit image. Archeovision

Etant donné que lorsqu’on crée un modèle 3D, on sait déjà que ce que nous fabriquons est désuet puisqu’il ne représente que l’état des connaissances à un moment précis qui évoluera par la suite. Et enfin, nous passons à l’étape de la valorisation des résultats. Cette dernière peut prendre des formes diverses puisque les projets initiaux ne vont pas tous dans le même sens. Il peut s’agir d’enregistrer l’état d’un monument à un instant, faire des plans afin d’aider au relevé archéologique d’un site (relevé pierre par pierre ou faire des études du bâti par exemple), simulation et restitution visuelle, réalisation de film, création d’interfaces interactives ou encore exploration de la réalité virtuelle et augmentée[1].

Restitution 3D du Palais Gallien à Bordeaux. Archeovision

Utilisation de la réalité augmentée sur le buste d’Akhenaton au Musée du Louvre – Archeovision-Holoforge

  • Dans le cadre de vos missions, vous évoquiez l’organisation et la conservation pouvez-vous nous en dire un peu plus.

Tout à fait. Depuis plusieurs années, l’outil 3D se développe de plus en plus au sein des laboratoires de recherche et parfois les équipes ne sont pas toujours bien formées notamment lorsqu’il s’agit de conservation et d’archivage. Depuis plus de 25 ans, nous travaillons dans ce domaine, au cours de notre histoire, nous avons été confrontés à diverses problématiques auxquelles nous avons répondu, dont l’organisation et la conservation des données. Ainsi pour répondre à ces questionnements, nous avons créée Archeogrid, une base de données où nous regroupons tout ce que nous possédons par site étudié (documentation, image, photo, texte, iconographie, relevés, plans et les reconstitutions existantes). Tout ceci est accessible aux équipes de recherche par un système de code confidentiel. Archeogrid nous permet donc d’organiser nos données et de les conserver dans de bonnes conditions.

Depuis quelques années, Archeovision remplit le rôle de Conservatoire national de données 3D c’est-à-dire que les équipes qui le souhaitent peuvent y verser leurs données 3D suivant un protocole établi et celles-ci sont sécurisées sur les serveurs d’Huma-Num. De plus, depuis 2014, avec le soutien d’Huma-Num (Très Grande Infrastructure de Recherche), Archeovision coordonne aussi le Consortium 3D en SHS qui regroupe une vingtaine de laboratoires. Ce consortium se propose de structurer sur le plan national les bons usages de la production de modèles 3D en diffusant les bonnes pratiques sous forme de publication de livres blancs. Cette labellisation a été renouvelée pour 4 ans en 2018. La mission n’est pas terminée puisque notre idéal serait de centraliser toutes les données afin de rendre compte de l’état de la recherche en terme de 3D ce qui permettrait de ne plus avoir à refaire les mêmes modélisations sous prétexte qu’elles ont été perdues ou mal conservées. Cette perte d’information est un véritable problème aussi bien scientifique que financière.

Enfin, en partenariat avec le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur), nous mettons en place un dispositif d’archivage pérenne sur le plan national. Le CINES garantit le stockage sur des plateformes sécurisées mais surtout garantit l’ouverture et la lecture des fichiers. Dès lors, Archeovision a mis en place un protocole et développer une interface qui permettent d’assurer ce transfert.

  • Pour terminer, vous participez aux Journées Européennes du Patrimoine, quelles seront vos activités et/ou vos projets pour cet événement ?

Nous participons à ces évènements car il nous semble important et normal de sensibiliser le public à nos activités. Dans le cadre de cette journée, nous proposerons une présentation de nos activités et quelques exercices de valorisation avec des casques de réalité virtuelle. Ainsi, le public pourra suivre des chasseurs du temps de l’homme de Néanderthal, faire une immersion dans un monument funéraire néolithique ou plonger au sein du triclinium de la maison de Neptune et Amphitrite d’Herculanum.

Alors, n’hésitez pas à nous rendre visite lors de cette occasion, nous vous attendons.

 

[1]Lors d’une expérience en réalité virtuelle, l’utilisateur est complètement extrait de son environnement puisque tout se passe dans le casque qu’il porte et ne voit rien autour alors que dans l’utilisation de la réalité augmentée, la personne voit son environnement et les informations viennent se poser sur l’objet qu’il voit. Le matériel utilisé est d’ailleurs différent puisque pour la réalité augmentée, le casque est transparent afin de laisser apparaître l’objet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.