La mythologie par Luc Ferry

Ferry (L.) et Duffaut (N.), Ulysse ou l’Homme au mille ruses. – Paris: Glénat, collection La sagesse des mythes, 2019. – 64p. – ISBN : 9782344033487

Ferry (L.) et Duffaut (N.), Thésée ou la Loi du courage. – Paris: Glénat, collection La sagesse des mythes, 2019. – 64p. – ISBN : 9782344033470

Crédit image. Première de couverture – Glénat

Crédit image. Première de couverture – Glénat

Bienvenue dans le « Luc Ferry mythologic universe » : Après des livres grand public, cd de conférences, jeux de sociétés sous forme de quizz, bande-dessinées, voici les derniers nés de l’entreprise louable de vulgarisation de ce grand philosophe : des ouvrages pour enfants d’une cinquantaine de pages centrés sur des héros des mythes grecs. Le philosophe réussit-il alors son pari de rentre accessible philosophie et mythologie pour un jeune lectorat ?

Les deux ouvrages se présentent sous la forme de chapitres de plusieurs pages de (6 à 10) entrecoupés d’illustrations de Nicolas Duffaut. A la fin, l’auteur revient sur certaines expressions ou noms spécifiques issus de ces mythes pour les expliciter comme : une peur « panique » ou un « dédale » administratif. Il décrit plus précisément le mythe ou en apporte un éclairage philosophique comme les idées du savant Théodore Adorno sur le lit de Procuste, personnage vaincu par Thésée dans sa prime jeunesse.

Les livres apportent des approfondissements bienvenus sur les mythes, surtout dans le livre sur Thésée, connu principalement pour son combat contre le minotaure. L’auteur rappelle à juste titre ses liens avec Héraclès et notamment toute la série d’épreuves qui le menèrent à Athènes retrouver son père.

Avant d’aller plus loin, nous pouvons déjà nous demander à qui ces ouvrages sont destinés ? Luc Ferry semble s’adresser clairement aux jeunes enfants. C’est lui, l’auteur, qui dans les ouvrages raconte l’histoire en tutoyant son lecteur. Son langage est souvent fluide, les chapitres assez courts et les mots complexes comme « hybris », expliqués. On note cependant ici et là des mots un peu trop familiers, ainsi en parlant de Dédale qui « peut être génial et être un salaud ». Si l’histoire de Thésée est assez claire, on va de sa naissance à sa mort, celle d’Ulysse est plus complexe pour un jeune lectorat. L’auteur se perd un peu dans toutes ces histoires et veut trop en dire : il fait un chapitre entier sur « le jugement de Pâris » (épisode fondateur de la guerre de Troie qui n’est que rapidement abordé dans l’Odyssée et auquel Ulysse ne participe pas), ne traite l’épisode du cheval de bois qu’en deux phrases et finit son récit après l’épisode des vaches d’Hélios en faisant la publicité pour son prochain tome sur le sujet (comme à plusieurs autres moments dans le texte).

Certains paragraphes sur la portée philosophique des mythes sont parfois très bien amenés, parfois assez complexes. Et s’ils sont très intéressants pour nous adultes, nous semblent assez difficiles à saisir pour les enfants.

Le site de l‘éditeur ne prend d’ailleurs pas de risques en ne donnant pas un âge minimal pour la lecture de ces ouvrages, quand le site Amazon les juge, « à partir de 6 ans » et la Fnac « à partir de 9 ans ». Selon nous, le curseur va plutôt vers 12 ans, pour des enfants ayant déjà eu une première approche des mythes en 6eme ou dans le cadre familial et voulant ainsi avoir des approfondissements.

On sent ainsi souvent un décalage entre l’auteur/conteur et le savant/philosophe. Si au début de chacun des deux livres, Luc Ferry a raison de rappeler que les mythes sont inspirés de héros qui n’ont sans doute jamais existés, certains passages se contredisent par la suite. Il utilise ainsi une note de bas de page dans le texte sur Ulysse (la seule des deux ouvrages) pour affirmer que le site archéologique d’Hissarlik en Turquie n’est absolument pas la Troie mythique, l’Odyssée n’étant pas « un livre d’histoire et de géographie ». Or, à la fin de l’ouvrage, il cite le détroit de Messine en Sicile pour localiser les sirènes ! Certains passages sont remplis de dialogues inventés très vivants comme ceux entre Thésée et sa mère alors que d’autres chapitres sont surtout très descriptifs avec beaucoup d’analyses.

Concernant les focus de fin d’ouvrages, là aussi nous les trouvons d’intérêt et de niveaux de langages variables. Celui sur le « fil d’Ariane » est ainsi superflu. L’auteur y affirme : « je me contenterai de résumer l’histoire que je viens de te raconter, ce qui te permettra d’en saisir l’essentiel », s’en suit une nouvelle narration du mythe puis même une troisième répétition finale avec un extrait du philosophe Phérécyde qui résume donc le résumé de Luc Ferry. Concernant l’ouvrage d’Ulysse, pourquoi faire un éclairage sur le terme de « peur panique » avec un mythe sans rapport avec le sujet ? Le seul lien, non cité, aurait pu être une version du mythe qui explique que Pan serait le fils d’Hermès et Pénélope, femme d’Ulysse.

Quant aux illustrations, elles collent plutôt bien au texte. On peut noter juste deux erreurs dans l’ouvrage sur Ulysse : les sirènes semblent terrifier notre héros quand il entend leur chant (alors qu’il devrait plutôt être charmé et tenter de les rejoindre) puis Scylla ressemble à l’hydre de l’Herne avec des têtes de dragons alors que le texte précise bien que ce sont des têtes de chiens féroces.

En conclusion, nous sommes plutôt dubitatifs sur l’intérêt de ces deux ouvrages. Si nous avions personnellement adoré le premier livre de Luc Ferry sur le sujet (Apprendre à vivre : tome 2, La sagesse des mythes, Plon, 2008) qui donnait à voir les mythes gréco-romains sous l’angle très enrichissant de la philosophie, nous trouvons son adaptation pour les enfants assez inégale. L’auteur semble constamment hésiter dans son écriture entre un conte bien écrit et vivant à destination du plus grand nombre, et des références plus poussées et assez maladroitement amenées, comme s’il voulait tout et trop en dire sur cette si riche thématique.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie – Université de Lille

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, La mythologie par Luc Ferry, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/09/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17858.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.