Les nocturnes du plan de Rome

Date. A partir du Mercredi 2 Octobre 2019 de 18h30 à 19h30

Lieu. Université de Caen Normandie, Campus 1

PROGRAMME :

  • 2 oct. 2019 : L’amour à Rome
    Le temple de Vénus et de Rome était le plus grand temple de la Rome antique et cela n’a rien d’étonnant quand on connaît les liens qui unissent la déesse de l’amour et la ville éternelle. Ce sont d’abord des liens mythologiques puisqu’Énée, le chef troyen à l’origine de la légende fondatrice de Rome, est lui-même fils de la déesse Aphrodite (assimilée plus tard à Vénus par les Romains) et du mortel Anchise. La famille des Iulii, à laquelle appartiennent notamment César et Auguste, prétendait descendre de Iule (ou Ascagne), le fils d’Énée. La Nocturne présentera les temples à Vénus et aux divinités secondaires de l’amour, les représentations des couples mariés en peinture et en sculpture. Il sera aussi question des « amours libres » en suivant Ovide dans les lieux de séduction et en visitant la restitution virtuelle d’un lupanar.
  • 6 nov. 2019 : Le culte de Mithra
    Mithra est une divinité indo-iranienne, arrivée tard dans le monde romain, probablement par l’intermédiaire des armées, dans lesquelles ce culte était particulièrement populaire. La première attestation date du Ier siècle ap. J.-C., mais, jusqu’au IVe siècle ap. J.-C., ce culte va connaître un extraordinaire développement, surtout dans la partie occidentale de l’Empire. A Rome, plus de quarante sanctuaires à Mithra (Mithraeum) ont été repérés, dix-huit à Ostie. Leur nombre devait être en réalité beaucoup plus important. Le culte de Mithra restera toujours un « culte à mystères », un culte secret, celui de petites communautés, qui sans être pour autant clandestines, se dissimulent aux regards (les Mithraea ressemblent à des grottes). La Nocturne expliquera le rituel des cérémonies, montrera les restes archéologiques de Mithraea dans divers lieux de l’empire et permettra de visiter virtuellement un Mithraeum de Rome.
  • 5 fév. 2020 : Un exploit technique sous le règne de Constance II : l’installation d’un deuxième obélisque dans le Grand Cirque
    Les obélisques égyptiens de Rome ont une fonction symbolique qui sera développée au cours de la Nocturne, mais leur démontage en Egypte, leur transport et leur érection à Rome représentent aussi un exploit technique qui témoigne de la puissance romaine. Sur la spina (l’arrête centrale autour de laquelle tournent les chars) du Grand Cirque de Rome, il y avait deux obélisques, l’un provenant d’Héliopolis (obélisque de Ramsès II) et érigé par Auguste, aujourd’hui piazza del Popolo à Rome, l’autre provenant de Karnak (obélisque de Toutmosis III), érigé par Constance II (le fils de Constantin), aujourd’hui piazza San Giovanni in Laterano. Les opérations concernant ce deuxième obélisque dont la Nocturne proposera une restitution virtuelle sont connues à la fois par les fouilles archéologiques à Karnak et par le récit d’Ammien Marcellin.
  • 4 mars 2020 : Nocturne Invité : C. Salles. Pompéi
    Titre précis et résumé à venir.
  • 1 avril 2020 : Les marchés de Trajan : un ensemble complexe aux fonctions multiples
    L’ensemble étonnamment bien conservé appelé « Les marchés de Trajan » est en fait d’abord un immense dispositif d’étaiement de la colline du Quirinal réalisé après l’entaille effectuée pour dégager le futur espace du forum de Trajan. La zone, débarrassée des constructions modernes dans les années 30, n’a fait l’objet d’études scientifiques approfondies qu’à partir des années 80 et une récente publication vient de les synthétiser. La Nocturne présentera une restitution appuyée sur ces travaux. Nous évoquerons les hypothèses d’utilisation des espaces, en lien avec les activités du forum de Trajan lui-même : activités judiciaires, administratives, bancaires, commerciales (au sens de contrats commerciaux et de vente de certains produits de luxe). La restitution virtuelle montrera aussi que l’ensemble, si visible aujourd’hui, était en fait complètement occulté par le mur périphérique du forum de Trajan.

CONTACT :
Sophie MADELEINE, Ingénieur de recherche en analyse de sources anciennes
02 31 56 62 38
sophie.madeleine@unicaen.fr

Source. Université de Caen


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search