Corps, gestes et vêtements dans l’Antiquité. Les manifestations du politique

Bonnard (J.-B.) (dir.), Corps, gestes et vêtements dans l’Antiquité. Les manifestations du politique. -Caen, Presses Universitaire de Caen, 2019. -126p. -ISBN: 9782841339105

Crédit image. Première de couverture – Presses Universitaire de Caen

Aujourd’hui, hommes et femmes politiques sont sans cesse sous le feu des médias. Leurs vêtements, leurs artifices et leur gestuelle sont utilisés par les journalistes et leurs adversaires politiques, parfois aussi par eux-mêmes. De la robe à fleurs de la ministre du logement qui provoque les sifflets des députés de l’opposition à l’Assemblée nationale, à la lavallière et à l’araignée épinglée sur la veste d’un mathématicien député de l’Essonne, en passant par les costumes de luxe d’un ancien candidat à la présidentielle, les habits et les parures disent autant que des mots dans nos sociétés contemporaines. L’ouvrage Corps, gestes et vêtements dans l’Antiquité. Les manifestations du politique, issu de journées d’études tenues à Caen en 2013 explore les valeurs et la symbolique des vêtements, pointe les normes et leurs possibles transgressions. Inscrit résolument dans l’histoire du corps qui s’est développée en France depuis une quinzaine d’années, le livre poursuit la réflexion menée par l’équipe ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques, UMR 8210) autour du vêtement, des parures et de la gestuelle. De la Mésopotamie, à la Grèce, en passant par Rome, les auteurs proposent un parcours chronologique du Ier millénaire avant notre ère à la Tétrarchie, au IVe siècle de notre ère, montrant les ruptures mais surtout les continuités dans la façon dont la politique mais surtout le pouvoir sous toutes ses formes se met en scène par des pratiques vestimentaires fastueuses, des normes de comportements et d’apparence, par des scénographies en particulier dans la statuaire. Le lecteur est ainsi invité à suivre du regard, en parcourant les pages de l’ouvrage, l’art du paraître de Nimrud à Constantinople, en passant par Sparte et l’agora d’Athènes ou encore le forum à Rome. C’est alors tout un art de s’exposer en public ou au public, et une façon de se faire représenter qui prennent forme, se construisent et jouent de renvois et de mises en abyme.

Brigitte Lion, par l’exploration des vêtements brodés des rois d’Assyrie, met en évidence comment, par le biais de l’analyse des décors sculptés des palais royaux, le pouvoir se met en scène, dévoilant sur les bas reliefs des victoires militaires ou des chasses royales. Si, en sculpture, le vêtement luxueux est la marque claire du pouvoir, il peut être lui aussi porteur de scènes sculptées qui apparaissent alors comme des broderies et qui mettent en abyme le projet politique royal. Si certaines représentations sont de petite taille, par un jeu d’échelles et de démultiplications, le roi est partout en image dans son palais, comme son pouvoir est partout dans son royaume. Comme en écho à cette démonstration, l’article de Caroline Bloncé sur des groupes statuaires de tétrarques (fin IIIe siècle – début IVe siècle), en particulier de Venise et du Vatican, fait aussi comprendre comment le pouvoir expose sa propre politique, jouant sur l’apparence. Au-delà des questionnements sur la provenance et l’analyse stylistique des statues, un jeu maîtrisé sur la stature de chacun des tétrarques, sur leur gestuelle, leurs regards ou encore leur morphologie offre une image idéalisée du régime politique. Les vêtements (tenue militaire, couronnes…) ne disent pas toujours qui sont précisément les tétrarques représentés, sans doute n’est-ce pas l’essentiel. La proximité et la similitude des corps, renforcées par l’affection contenue dans les gestes, disent surtout la concordia, l’harmonie politique. C’est tout autant le régime politique que les individus eux-mêmes qui sont portés au regard de chacun.

Les deux articles sur la Grèce montrent des fonctionnements similaires pour des cités qui pourtant sont régulièrement opposées. Anton Powell parcourt ainsi la société spartiate et dévoile les normes qui contraignent toutes les catégories sociales, des Homoioi, les Semblables, aux hilotes, en passant par les catégories intermédiaires. Dans une société où le « voir » est plus important que l’« écouter », des règles strictes encadrent la vie de chacun, dans la manière de se vêtir (rôle des peaux animales pour les dépendants communautaires, contrôle de la pilosité pour les citoyens par exemple). Il ne s’agit pas seulement de règles de civilité qu’il serait de bon ton de suivre pour paraître à la mode ; au contraire, il s’agit d’un véritable contrôle social où le regard se fait scrutateur, ne devant permettre à personne de franchir les frontières de sa condition. Magistrats, lois et éventuelles mises à mort sont là pour contraindre les pratiques vestimentaires mais aussi les normes de comportement de chacun. Si la cité athénienne a longtemps été perçue comme strictement opposée à sa rivale spartiate, Jean-Noël Allard montre comment il est aussi difficile dans cette cité de se détacher des normes. Dans une culture où le corps est censé dire qui on est et comment on est, affichant à l’extérieur, un intérieur qui dévoile l’identité, mais aussi les pratiques bonnes ou mauvaises, est-il possible d’échapper à la contrainte et à sa condition ? Deux espaces et deux temps publics exposent particulièrement les corps à la lecture sociale : le tribunal et l’assemblée. Lieux essentiels de la citoyenneté et de la politique, ils laissent peu de place à la liberté et encore moins à la laideur du corps citoyen.

Deux autres réflexions se font également écho : l’une sur une statue équestre de Sylla sur le Forum à Rome (Catherine Bustany-Leca) et l’autre, par l’étude numismatique, sur la visite à Pergame de l’empereur Caracalla (Antony Hostein). De la République à l’Empire sont exposées les manières dont les hommes de pouvoir, ou plutôt leur entourage aime les représenter. Les vêtements, les armes, les gestes, les attitudes sont autant de façon de voiler ou de dévoiler des programmes politiques (la fidélité à la République par exemple pour Sylla ou des campagnes militaires pour Caracalla) et d’exposer des identités sur des supports qui pourtant n’ont rien en commun : une statue équestre de belle taille dans un des hauts lieux de la vie civique, des monnaies de taille bien plus restreinte mais de circulation aisée sont autant de supports visuels pour le pouvoir politique.

Florence Gherchanoc et Valérie Huet, dans leur rapide introduction, avaient bien mis en exergue les apports des recherches de ces dernières années ; pluridisciplinarité, diachronique, comparatisme sont les notions clés qui ont fait progresser grandement les recherches en histoire du corps dans l’Antiquité. L’ouvrage en est une belle illustration, et une étape qui en appelle d’autres.

Véronique Mehl,

MCF en Histoire ancienne – Université Bretagne Sud

Citer cet article comme : Véronique Mehl, Corps, gestes et vêtements dans l’Antiquité. Les manifestations du politique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/09/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17878.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.