OFFENBACH : LABEL HÉLÈNE

Les parodies littéraires et musicales antiquisantes remontent loin. En France, on se souvient de Scarron (1610-1660) avec Virgile travesti (1648-1652) et de Rameau (1683-1764), avec Platée (1745). Ils ne furent pas les seuls.

La légende d’Orphée avait déjà été parodiée (1711) avant Jacques Offenbach (1819- 1880). En 1858, le musicien fait représenter, aux Bouffes-Parisiens, dont il est le propriétaire depuis 1855, Orphée aux Enfers (transformé en 1874 en opéra-féerie), avec un livret d’Halévy et de Crémieux, En 1860, il y fait jouer Daphnis et Chloé, petite pièce en un acte, sur un livret de Clairville, dans la continuité de l’Orphée…

Avec La Belle Hélène, en 1864, il a, peut-être, voulu saluer ironiquement Berlioz dont Les Troyens était fini en 1855, même si seule la seconde partie, Les Troyens à Carthage, fut jouée en 1863. Mais Offenbach tombait mal, en pleine réaction néo-classique, dont les chantres étaient Gautier (Émaux et Camées, 1852), Leconte de Lisle (Poèmes antiques, 1852), Heredia (Les Trophées, à partir de 1859). Oser parodier l’Antiquité fut considéré comme un sacrilège. Le musicien et les paroliers, Meilhac et Halévy, furent vilipendés. À la fois par les défenseurs d’Homère, mais aussi par des spectateurs clairvoyants qui virent, sous la mythologie, une satire des mœurs du Second Empire ! N’empêche, le 17 décembre 1864, au Théâtre des Variétés, La Belle Hélène remporta un triomphe.

On voudrait, dans le cadre limité de cette rubrique, revenir sur un seul détail, la fameuse charade de la scène XI de l’acte I, charade qui joue sur un plaisant anachronisme. Elle est lue par Ménélas : « Mon premier se donne au malade ; // Mon deuxième, c’est vous ou moi. // Le troisième de ma charade// Convient aux gens de qui l’emploi// Est d’aller, quand la nuit arrive, // Partout ramasser les haillons, // Les chiffons. // Mon quatrième est une rive// Où manque l’air absolument.// Mon tout par les chemins va comme le vent. » Rappelons le fin mot de l’énigme : LOCOMOTIVE.

Or, si l’on peut assez aisément encore aujourd’hui comprendre le II (Vous ou moi = HOMME), le III (Les chiffonniers ont besoin d’une HOTTE), le IV (Rive sans air= rive sans R = IVE), le I risque de demeurer pour nos contemporains incompréhensible.

« Qui se donne au malade » ne peut être que LOCH : LOCH-HOMME-HOTTE-IVE=LOCOMOTIVE. Mais le « loch » est un terme de marine, c’est une corde à nœuds qui sert à mesurer la vitesse d’un navire. Quel rapport avec les malades ?

En fait, il s’agit ici d’un autre LOCH, mot emprunté à l’arabe, qui désigne à la fois des confiseries et qu’on retrouve dans : LOUKOUMS ; mais aussi une sorte de sirop épais que l’on boit à petite dose dans le cas d’affection des voies respiratoires. Ce mot, employé depuis le Moyen Âge, se trouvait encore au XIXème siècle dans les dictionnaires de médecine. Cette potion était toujours largement prescrite. On distinguait alors les lochs –remèdes (loch ingrata, désagréable) et les loch-confiserie (loch iucunda, agréable).

Tous les spectateurs de La Belle Hélène devaient donc fort bien comprendre la célèbre charade, dont le résultat renvoyait à une invention qui prenait de l’ampleur : le chemin de fer.

On sait par ailleurs que Jacques Offenbach, qu’on verra interpréter par Pierre Fresnay dans La Valse de Paris, le seul film de Marcel Achard, 1949, était un véritable érudit. Boute-en-train…

Claude Aziza,

Maître de conférence honoraire de langue et littérature latines – Sorbonne Nouvelle 

Citer cet article comme : Claude Aziza, OFFENBACH : LABEL HÉLÈNE, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/10/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17887.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.