Le geste & la pensée. Artistes contre artisans de l’Antiquité à nos jours

Laurent (S.), Le geste & la pensée. Artistes contre artisans de l’Antiquité à nos jours. Paris, CNRS Editions, 2019. -416p. – ISBN: 9782271119001

Crédit image. Première de couverture – CNRS Editions

Le titre de l’ouvrage est peu attirant ; avec l’emploi du mot « contre », il ouvre d’emblée une guerre bien stérile au moins pour ce qui est des sociétés anciennes. L’auteur, que l’on peut supposer être spécialiste de l’histoire de l’art de l’Europe occidentale à partir de la Renaissance, s’est cru obligé d’écrire trois chapitres sur les sociétés plus anciennes ; le résultat est calamiteux.

Quelques citations démontreront rapidement cela. L’auteur écrit (p. 26) « […] pour terminer cette approche sur les cultures anciennes et premières, l’art celte, qui prend ses racines dans le premier âge du fer (800-480 av. J.-C.), est un art tribal issu de l’art étrusque […] » puis (p. 29) « On peut en dire de même pour les objets des arts premiers ou celtes, notamment le carnyx, la fameuse trompette de guerre gauloise […] ». Bien qu’il évoque les peintures pariétales du Paléolithique supérieur, il n’y a pour l’auteur – et c’est pour lui une certitude – rien en Europe occidentale avant ceux qu’il désigne par les ‘celtes’ (qui d’ailleurs auraient copié les Étrusque !) : les millénaires du Néolithique et de l’âge du Bronze n’ont absolument rien produit ! Ces affirmations sont assénées sans aucune référence bibliographique. Il en est de même pour le discours sur l’Antiquité gréco-romaine ; dans la mode des chiffrages vides de sens, il est déclaré (p. 30), sans aucune référence aux spécialistes de l’économie antique, que « Le Parthénon […] a coûté un milliard d’euros […] ». Le discours porte ensuite sur la Chine, car la prétention est de dresser le tableau d’un modèle mondialement applicable.

Ce modèle, qui revient sans cesse, consiste en une compétition entre celui qui fait, l’acteur du geste, et celui qui « pense » ; le dernier cherchant toujours – semble-t-il – à dominer le premier. La prééminence de l’artiste créateur sur le technicien exécutant, déjà fort contestable de Leonardo à Rodin, est certainement un anachronisme effroyable pour l’Antiquité (au sens large) et même pour la période médiévale. Par exemple, des travaux récents montrent que les techniques très complexes de fabrication de carnyx – évoqués si imprudemment – s’ancrent dans des savoir-faire mis en œuvre plus d’un millénaire plus tôt, mais que nous ignorons tout des ateliers producteurs ainsi que des relations entre les commanditaires et les fabricants. Qui choisit les éléments symboliques portés par un tel objet fonctionnel ? Nous n’en savons rien ! Contrairement à la rigueur de la science historique, les citations des textes antiques (par exemple de Lucien, p. 43) sont données sans que soit indiquée la référence de la traduction transcrite.

Les distinctions entre art « servile », « tribal », « premier », « décoratif », « somptuaire », « visuel », « libéral », « mécanique », « majeur », etc., ne sont jamais clairement expliquées – le lecteur doit savoir ! – et ces termes – de même que celui d’artiste et d’artiste-artisan – sont utilisés comme s’ils avaient un sens universel, applicable dans tous les contextes chrono-culturels. Vouloir répondre à la question – un carnyx (ou encore le cratère de Vix, que chacun connait…) est-il un objet (artisanal) ou une œuvre (d’artiste) ? – relève du non-sens.

Parmi les références citées, se trouve (p. 41 et 376) le très intéressant livre du sociologue Richard SENNETT intitulé « Ce que sait la main. La culture de l’artisanat » (traduction de P.-E. DAUZAT, 2010) ; le lecteur intéressé par les sociétés anciennes y trouvera un contenu élaboré et rigoureux qui lui évitera de perdre du temps avec les premiers chapitres du livre de Stéphane LAURENT. Il est regrettable que CNRS-éditions fasse paraître des ouvrages comportant une importante partie remplie d’approximations absolument anti-scientifiques.

Michel Pernot,

chercheur associé IRAMAT UMR 5060

Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Michel Pernot, Le geste & la pensée. Artistes contre artisans de l’Antiquité à nos jours, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/10/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17945.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. magnaudet dit :

    Bonjour,
    Cette critique, c’est n’importe quoi. Elle est vraiment malhonnête pour un bouquin qui est riche, très documenté et utile. Franchement, j’ai relu les passages attaqués par ce monsieur et je dois dire que comme dans tout le livre l’auteur s’appuie sur des sources indiscutables, même dans les chapitres sur l’Antiquité, les Celtes, les conversions monétaires, etc. Mais c’est sûr que pour un spécialiste ce n’est pas facile d’accepter une thèse transversale et qu’il se moque du monde en citant Senett. Donc soit cet antiquisant a de grosses oeillères qui l’empêchent de comprendre de quoi il s’agit, soit il est carrément méchant et jaloux d’un travail qu’il est incapable de faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.