Pax Romana : d’Auguste à Attila

Pichon (B.) et Pourquié (J.), Pax Romana : d’Auguste à Attila. – Paris: La Découverte (collection Histoire dessinée de la France), 2018. – 21p. – ISBN: 9791092530421

Crédit image. Première de couverture – La Découverte

La série « l’Histoire dessinée de la France » publiée aux éditions La Découverte propose de revisiter l’histoire de France de façon à la fois ludique et sérieuse. L’esprit de cette collection est de chasser les idées reçues et les récupérations politiques possibles, problème auquel n’échappe pas l’Antiquité. Chaque volume de la série est conçu par un dessinateur et un historien. Après un volume sur la période gauloise, auquel a collaboré Jean-Louis Brunaux, celui sur la Paix romaine entend explorer le monde gallo-romain de la période augustéenne à la fin de l’Empire.

Chaque scène de l’histoire de cette bande-dessinée est l’occasion d’évoquer un aspect du monde gallo-romain. De nombreux pans de la civilisation romaine sont ainsi abordés, qu’il s’agisse du quotidien ou bien des aspects plus institutionnels ou événementiels. Ce foisonnement peut toutefois ôter de la fluidité et de la clarté au fil directeur de l’histoire. Les connaissances apportées sont présentées de façon exacte et précise, peut-être parfois au risque d’une certaine complexité pour le lecteur néophyte. Néanmoins, une telle collection convient parfaitement à un large public, notamment à des élèves de lycée ou à des enseignants désireux d’actualiser leurs connaissances.

L’intérêt de cette collection est surtout de vulgariser un savoir mis à jour et tenant compte des apports récents de l’historiographie, des découvertes archéologiques et de l’analyse des sources. Pour mieux rendre compte de l’importance de ces dernières, certains auteurs antiques sont insérés dans la bande-dessinée et rencontrent les protagonistes de l’histoire, tels Tacite et Suétone. De même, les débats historiographiques sont présentés de façon vivante puisque l’on peut ainsi voir les héros de l’histoire débattre avec Camille Jullian ou Edward Gibbon. Les auteurs parviennent avec succès à présenter de façon accessible l’évolution des connaissances et de notre appréhension de la Gaule romaine. En outre, l’ouvrage est ponctué de plusieurs fiches au fil du récit qui apportent une mise au point sur certains sujets tels les dieux, les amphores ou l’administration de l’Empire.

Ce volume s’ouvre sur un discours diffusé à la télévision de Nicolas Sarkozy prononcé en 2016 invoquant « nos ancêtres les Gaulois ». En sortant du café où il se trouvait, l’historien protagoniste de cette histoire, Blaise Pichon, se trouve propulsé à Lugdunum durant l’époque romaine. La première partie est centrée avant tout sur la religion, puisque certaines divinités gauloises comme Lug ou Épona accompagnent le héros. D’emblée les enjeux historiographiques sont soulevés, en particulier au sujet du phénomène de l’interpretatio, qui consiste en l’adaptation du panthéon romain au panthéon gaulois. Le christianisme n’est pas en reste puisque les martyrs de Lyon de 177 jouent un rôle important dans l’histoire de la bande-dessinée. Le culte impérial fait aussi l’objet d’un développement lorsque les personnages se rendent au sanctuaire des Trois Gaules à Condate.

L’urbanisme et le fonctionnement des cités sont ensuite évoqués lorsque depuis Lyon les personnages voyagent vers Vienne. Cela permet aux auteurs d’exposer les rouages de l’administration provinciale et civique mais aussi le modèle de la ville romaine au gré de leurs péripéties. Une place importante est accordée à l’économie, aux productions et à l’alimentation, notamment à la boisson, plongeant ainsi le lecteur dans le quotidien et la culture matérielle de l’époque. Le passage des protagonistes sur les terres d’une villa fournit l’occasion de mentionner les productions et les échanges, mais aussi le raffinement des élites provinciales et leur volonté d’imiter Rome, par exemple avec les thermes.

Tout au long de la bande-dessinée, par intermittence, des épisodes importants de l’histoire de la Gaule romaine sont présentés en respectant la chronologie, d’Auguste au Ve siècle. Il s’agit par exemple des révoltes de Julius et Sacrovir, de Vindex, de l’Année des quatre empereurs, du règne de Julien ou encore de la bataille des Champs Catalauniques. Le récit de ces événements aide à comprendre comment le destin des Gaules fut lié à celui de Rome et de l’Empire en général. Une place importante est accordée à l’époque tardive et à la fin de l’Empire, l’insertion de la figure d’Edward Gibbon permet de faire état des débats sur la chute de Rome et de la réalité de la pénétration des Barbares dans l’Empire, par exemple avec Attila. Les problèmes posés par les sources, notamment leurs limites, aident à rendre compte de la façon dont l’histoire antique s’écrit, des méthodes et des difficultés auxquelles est confronté l’historien moderne.

L’histoire de la bande-dessinée se termine par le retour du protagoniste à notre époque, où de façon ironique celui-ci remarque à la télévision un extrait de la campagne électorale d’Emmanuel Macron se voulant un président « jupitérien », signe du poids des références au monde antique dans la culture politique contemporaine.

Chaque volume ne se limite pas à la bande-dessinée, mais il est accompagné d’un dossier approfondi et pédagogique sur chacun des points évoqués dans l’histoire. Les différents chapitres de cette partie ne se veulent pas un simple résumé mais propose de mieux comprendre les avancées historiographiques et renouvellent le regard posé sur la période. Le premier d’entre eux revient sur la notion de gallo-romain et démontre que la Gaule doit être considérée comme un ensemble de provinces similaires aux autres de l’Empire. Ainsi, la notion de civilisation gallo-romaine se trouve remise en cause lorsque sont rappelés les utilisations idéologiques dont elle a fait l’objet par exemple sous la IIIe République ou sous le régime de Vichy.

D’une manière générale, les auteurs parviennent avec succès à souligner les phénomènes d’acculturation et les raisons de la réussite de la domination romaine entre la fin de la République et le Haut-Empire en Gaule. Le chapitre au titre provocateur « Les Gaulois : résistants ou collabos ? » explique comment les élites gauloises ont finalement trouvé un intérêt à imiter et à se mettre au service de Rome, bien que certaines révoltes, d’origine souvent fiscale, aient pu émailler l’histoire de la conquête. Les chapitres suivants sont consacrés aux cités, à la religion et à l’économie, avant de développer de façon approfondie l’historiographie de la fin de l’Empire romain. L’ouvrage se conclut par une série de biographies des différents personnages historiques faisant leur apparition dans le volume ainsi que par une chronologie sommaire.

Ce troisième tome de la collection remplit donc les objectifs annoncés, proposer une histoire de France accessible, loin du roman national ou de certains poncifs. Les premiers concernant la période médiévale sont déjà parus, avec la collaboration d’historiens de renom, tandis que vingt sont prévus au total. L’originalité de la formule et la pertinence des connaissances apportées laissent donc présager une collection de qualité.

Dimitri Tilloi-d’Ambrosi,

Docteur en Histoire romaine – Université Lyon III

Citer cet article comme : Dimitri Tilloi d'Ambrosi, Pax Romana : d’Auguste à Attila, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 14/10/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17953.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.