Apprendre à philosopher avec Aristote

BONAN (R.), Apprendre à philosopher avec Aristote. – Paris : ellipses, 2018. – 223p. – ISBN : 9782340-027732

Crédit image. Première de couverture – Ellipses

Apprendre à philosopher avec Aristote de Ronald Bonan annonce un ouvrage aux perspectives audacieuses. La ligne éditoriale d’Ellipses qui propose d’apprendre à philosopher avec bon nombre de philosophes, choisit ici d’aborder la philosophie avec Aristote, dont Ronald Bonan dit qu’il a « incarné, pendant des siècles et des siècles, une autorité absolue en matière de science ». La figure philosophique magistrale d’Aristote est d’abord tout à fait reconnue par l’auteur. Certes, R.B ne nie pas l’excellence du Stagirite, qui longtemps après sa mort, était celui auquel on se référait pour trancher un débat, avec l’expression Magister dixit (le maître a dit)[1]. Mais l’auteur prend le parti de révéler davantage l’apprenti philosophe de sorte que les lecteurs, novices, puissent être au plus près de lui pour s’instruire pas-à-pas. Enfin, R.B confie dans cette phase introductive, qu’à travers cet ouvrage il est aussi possible d’accéder à la façon dont Aristote lui-même apprenait en philosophant[2]. Cette première partie du livre, nécessaire, restitue avec pédagogie l’évolution d’un élève prometteur au cœur de son apprentissage et, somme toute, constitue une préparation de l’esprit aux textes de cet antique.

La dimension historique, en introduction, est exploitée pour appréhender ce qui est propre à Aristote et ce qui fait de lui un néophyte distingué. Le premier point porte ainsi sur son milieu socio-familial avec un paragraphe intitulé Une éducation de prince[3]. Ronald Bonan pose immédiatement le cadre culturel d’Aristote et nous donne accès à son environnement privilégié. Il est présenté comme « le prototype du chercheur. Sans doute héritier de la curiosité paternelle… »[4] avec un « habitus de scientifique… »[5]. En outre, l’auteur nous place in situ, dans une certaine privauté. L’œuvre est ainsi faite, nous apprenons d’abord à connaître Aristote comme pour mieux philosopher avec lui, dans une forme d’intimité, sinon de camaraderie. Le ton employé n’est pas semblable à celui d’une biographie classique relatant dates et faits. Le Stagirite est ici apprécié au cœur d’un parcours initiatique, avec la découverte d’Un premier séjour à Athènes, un point sur Ses premières publications, ou encore son Désaccord avec Platon. R.B est loin de l’inventaire. Il donne chair à l’histoire du jeune étudiant en envisageant notamment ce que ses découvertes pouvaient lui procurer. À propos de l’enseignement de Platon, l’auteur dit que l’« On imagine assez bien le jeune homme excité par l’intensité de la vie culturelle d’Athènes s’orienter vers l’institution la plus centrale »[6]. Les faits sont ainsi entrecoupés d’anecdotes et de vives observations à l’égard de l’apprenti philosophe. Le ton est souvent empreint d’empathie et favorise en introduction une identification assez naturelle, à l’exemple de ce qu’il pouvait ressentir face à l’enseignement d’Isocrate : « Aristote trouve sans doute assez superficiel de ce souci de persuader qui, somme toute, tourne le dos à la vérité[7] ». Aussi, en dehors des éléments qui dessinent doucement les idées et la figure du « maître » en devenir, R.B. décrit avec acribie l’ambiance qui siégeait à l’Académie de Platon, ainsi que ses spécificités. L’auteur donne l’opportunité aux lecteurs d’y prendre place auprès des élèves et de connaître les us et coutumes de l’institution : « Le fond documentaire de l’Académie devait être très riche et diversifié (…) les étudiants peuvent y effectuer les recherches qu’ils désirent mener à bien sans avoir l’obligation d’adhérer à la doctrine de Platon »[8], « on sait aussi que la fréquentation de l’Académie n’avait pour finalité que le perfectionnement de la culture des inscrits (…) »[9]. R.B dépeint cette école rendant compte à la fois des exigences de l’acquisition des savoirs, mais aussi de la haute liberté réservée aux étudiants. À cet égard, Aristote avait l’occasion de beaucoup voyager, d’ouvrir son esprit, en plus du riche enseignement reçu à l’Académie. Si l’auteur parvient aisément à nous situer dans la vie du jeune philosophe, les éléments historiques qui ont leur importance dans les différentes prises de fonction d’Aristote ne sont pour autant pas éludées. Le contexte historico-politique énoncé dans cette introduction montre que les aléas politiques ont souvent une incidence décisive sur les choix de vie d’Aristote. Le roi de Macédoine, Philippe, lui confie son fils Alexandre et quand il accède au trône, la pagaille qu’il occasionne l’oblige à retourner habiter Athènes, là où il fondera le lycée.

 

Ronald Bonan divise son ouvrage en onze volets. Il commence avec l’Exhortation à la philosophie, dans une logique d’introduction à la discipline. Pour ce faire, il aborde ce premier chapitre_ et procèdera de la sorte pour tous les autres_ sous forme de cours. Plus concrètement, avant de nous livrer un extrait classique d’Aristote, il situe le passage dans un contexte historique, et toujours relativement à la vie d’Aristote : en « devenant très vite l’étudiant le plus assidu de Platon, Aristote ne tarde pas à dispenser lui-même quelques enseignements préparatoires au sein de l’Académie. »[10] L’auteur limite, dans ce contexte toujours très circonstancié, la période de ses écrits, en l’occurrence celle du Protreptique qui sera étudié dans ce chapitre. Son cours, qui précède l’extrait étudié, donne également des précisions sur les considérations d’Aristote dans ses démarches pédagogiques. On apprend par exemple qu’Aristote a cherché à exhorter le roi de la cité de Chypre à la pratique de la philosophie sans pour autant verser dans une quelque forme d’aristocratie. Ici, le texte étudié a avant tout pour but de rendre compte du souverain bien, censé être « stable et durable »[11]. Le cours de Ronald Bonan contient à chaque chapitre plusieurs paragraphes. En ce qui concerne L’Exhortation à la philosophie, on en compte cinq. Ils vont, à la manière dont fonctionnerait Aristote, du plus simple au plus complexe. La pédagogie de l’auteur est en ce sens remarquablement bien menée puisqu’après avoir situé l’œuvre historiquement, et parfois contextuellement, la forme du texte est expliquée, à l’exemple de celle caractéristique et reconnaissable de Platon dans l’« héritage platonicien ». Cette analyse de l’auteur rend attentif au système de pensée aristotélicien, ce qui a aussi son importance dans la compréhension de ses écrits. D’autre part, l’auteur nous sensibilise aux influences d’Aristote ainsi qu’aux auteurs contemporains qui se signent et se distinguent formellement.

Enfin, le texte d’Aristote est soumis aux yeux du lecteur qui a préalablement acquis de remarquables outils de lectures. Mais comme tout novice de la philosophie aristotélicienne, il reste ardu d’appréhender toute l’étendue de sa pensée d’entrée de jeu. Une première lecture ne suffit pas non plus à saisir le lexique spécifique d’Aristote. C’est pourquoi, et c’est la troisième partie de chaque chapitre proposé par l’auteur, l’extrait s’ensuit d’un commentaire. Les commentaires sont clairs et tout à faits accessibles. La simplicité choisie pour reprendre les lignes du Stagirite ne compromettent pas la précision de l’exégèse.

L’auteur a pris le parti de commencer par une exhortation et d’achever son ouvrage avec un chapitre sur la plaisir. Cette décision invite à une philosophie qui promet d’être pratique et favorable à la vie bonne. Le chapitre central est intitulé l’Âme. Un choix intéressant que celui d’avoir placé ce qui est source de vie au cœur de la philosophie d’Aristote. Avant d’arriver à celle-ci, Ronald Bonan propose quatre étapes. Il fait glisser doucement L’ordre naturel, un chapitre qui rend compte des enjeux de l’observation de la nature vers un chapitre plus scientifique. Il est question de la fonction de nos sens, et plus largement de l’organisation naturelle du vivant. Cette étape est destinée à expliquer le finalisme chez Aristote. Le chapitre sur La Science vient ensuite, suivi assez naturellement de la Métaphysique. Puis est abordé de façon plus spécifique, le chapitre sur le Mouvement. Cette dernière triade s’inscrit dans une logique du plus simple au plus spécifique, remarquable dans la pensée d’Aristote. La Métaphysique est l’ouvrage d’Aristote au cœur duquel les notions de mouvement et d’âme sont interdépendantes, d’où cet encadrement judicieux. Après ce sommet métaphysique, retour aux choses mêmes avec Le Logos ou chaque chose trouve un sens pratique et ontologique par la définition même. Ce chapitre assez transitif est suivi d’une triade plus pratique, définitivement politique. La Cité, en effet, est le chapitre suivant, abordé assez largement, laissant place à une autre section plus spécifique, qui offre un point sur Les échanges, ceux qu’une organisation de cité suppose. Enfin, cet aménagement de la cité, interne et ordonné, implique que l’individu trouve une place et se situe vis-à-vis de ceux qui participent du bien social. L’homme social ou l’animal politique doit admettre une certaine Action Humaine favorable aux biens communs, avant d’atteindre sur le chemin de la vie organisée_ pratique_ Le Plaisir.

Dolly Tabourin,

Doctorante – Université Bordeaux Montaigne

[1]   Ronald Bonan, Apprendre à philosopher avec Aristote, Ellipses, p7

[2] Ronald Bonan, Apprendre à philosopher avec Aristote, Ellipses, p8

[3] Ibid, p8

[4] Ibid, p8

[5] Ibid, p8

[6] Ibid, p9

[7] Ibid, p10

[8] Ibid, p11

[9] Ibid, p11

[10] Ibid. p23

[11] Ibid, p24

Citer cet article comme : Dolly Tabourin, Apprendre à philosopher avec Aristote, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/10/2019, https://reainfo.hypotheses.org/17984.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.