Circé

Miller (M.), Circé. Paris, Edition Pocket, 2019. – 576p. – ISBN:  9782266278638

Crédit image. Première de couverture – Editions Pocket

Le second roman de l’auteur américaine Madeline Miller est arrivé en format poche. Cette professeure de grec et de latin s’est fait connaitre après avoir écrit un premier ouvrage sur l’histoire d’amour entre Achille et Patrocle (Le chant d’Achille, 2011). Ici c’est un personnage mythologique moins connu mais tout aussi passionnant qui est au centre de l’intrigue : la sorcière Circé, avec une écriture à la première personne du singulier.

En quoi ces mémoires sont-elles réussies ? Comment l’auteur arrive à transcender le mythe pour donner une lecture originale et contemporaine d’un personnage antique ? C’est ce que nous allons voir…

Il existe une longue tradition littéraire de l’écriture au « je » d’un personnage antique. Ces personnages ont pu exister comme les célèbres Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar (1951) ou Moi Hannibal de l’archéologue italien Giovanni Brizzi (2000) mais peuvent traités de personnages mythologiques. Ce n’est pas nouveau, l’académicien Maurice Druon a ainsi publié en 1963 et 1967 deux tomes sur les Mémoires de Zeus.

Ici, il s’agit donc de la magicienne Circé connue principalement pour un seul et unique épisode tiré de l’Odyssée (chant X) d’Homère : sa rencontre avec Ulysse qui accoste sur son île. Elle transforme alors son équipage en porcs avant d’affronter le héros, insensible à ses sorts grâce à Hermès. Circé et Ulysse deviennent ensuite amants pendant une période allant de six mois à un an. Puis le héros repart pour d’autres aventures, conseillé par sa maîtresse.

Or Circé est associée à de nombreux autres mythes et personnages déjà traités par les auteurs antiques mais jamais rassemblés en une geste. C’est ici tout le mérite de l’auteure de mettre bout à bout tous les épisodes épars du personnage. Madeline Miller part de la naissance de Circé, fille du titan Hélios et de l’océanide Perséis puis raconte l’ensemble de sa vie. Nous croiserons ainsi tour à tour Prométhée, Glaucus et Scylla, Hermès, Pasiphaé et Dédale, Jason et Médée, Pénélope et Télémaque sans oublier bien sûr Ulysse et le fils qu’elle a eu de lui : Télégonos.

Le roman ne donne pourtant en aucun cas l’impression d’assister à une accumulation d’épisodes séparés les uns des autres. L’auteure prend le temps dès les premières pages pour donner de la consistance à son personnage : une immortelle toujours en marge, incomprise de sa famille divine et en même temps éloignée des hommes desquels elle va pourtant peu à peu se rapprocher. On s’attache très vite au personnage et on suit ce cheminement avec plaisir. L’auteur prend son temps. Le style est alors très limpide, précis sans être ennuyeux, même s’il s’agit bien là d’un roman à conseiller plutôt à partir de 12 ou 13 ans. Le plaisir est en effet décuplé si on connait toutes les références et les personnages du roman.

Il nous semble pour nous qu’une adaptation est réussie quand l’auteur a dévoré et digéré les matériaux d’origine pour en donner une nouvelle lecture, originale et actuelle. C’est le cas ici. On sent bien que Madeline Miller a lu Homère, Hésiode et Ovide et sans doute aussi les mythographes puis leurs analyses par d’éminents latinistes et hellénistes. Tout en suivant des mythes assez connus, elle donne une véritable psychologie aux personnages avec des buts nouveaux et pourtant logiques : la sœur de Circé, Pasiphaé, est ainsi une reine crétoise tyrannique qui tient sous sa coupe l’architecte Dédale obligé de lui obéir pour protéger son fils. Sa relecture de l’Odyssée est aussi fascinante. Circé ne transforme pas les marins en cochons car c’est simplement une méchante sorcière, mais parce que la plupart des marins qu’elle a rencontré ont tentés de la violer, étant seule sur son île. Lien qui résonne étrangement avec l’actualité quand on pense au mouvement « Balance ton porc ». Souvent les femmes de la mythologie sont soit des prisonnières de leurs sort tragique (Andromaque, Phèdre), soit des personnages en marge, remplis de désirs et violence (Médée, les amazones). Ici c’est comme si l’auteure donnait une nouvelle importance aux femmes dans les mythes, place logique et salvatrice qui comble des trous (laissés à dessein ?) par les auteurs antiques. Circé mais aussi en fin d’ouvrage, Pénélope, prennent ainsi une consistance plus complexe et qui fait du bien à lire. Chez les hommes, Ulysse aussi en prend donc pour son grade. Si l’histoire entre lui et Circé est très belle dans le roman, l’auteure américaine pousse plus loin en imaginant un héros malheureux et tyrannique une fois rentré chez lui. Pourquoi ? Comme Circé sur son île, il s’ennuie et ne peut plus imaginer une vie sans actions, poussé par Athéna vers toujours plus de gloire. Si d’autres personnages de sexe masculin comme Hélios, Hermès ou Minos ont aussi un portrait peu flatteur, l’ouvrage ne bascule pas non plus dans une vision manichéenne où les hommes seraient les grands méchants. Les personnages de Télémaque et Télégonos sont ainsi traités avec beaucoup de finesse et questionnent le lecteur sur les thématiques de la filiation, de l’honneur et de l’immortalité de l’âme.

Des personnages à la psychologie riche et complexe, des aventures variées mêlant amour, trahisons et meurtres, un univers déjà connu dans l’inconscient collectif… Il n’en fallait pas plus pour que l’univers foisonnant des séries ne s’intéresse à cet ouvrage. La chaine HBO, productrice notamment de Game of Thrones, a ainsi prévu d’adapter le roman de Madeline Miller1 en mettant sur le coup les scénaristes de la dernière trilogie de la Planète des Singes et des suites d’Avatar. Espérons que les images seront à la hauteur des mots et que le scénario ne soit pas trop retouché pour montrer au plus grand nombre la richesse que renferme cette grande héroïne mythologique.

Cyrille Ballaguy

Docteur en muséologie, Université de Lille

1 http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18683258.html

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, Circé, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/11/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18011.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.