Les neuf noms du soleil

Cavalier (P.), Les neuf noms du soleil. Paris: Anne Carrière Editions, 2019. – 900p. ISBN:  9782843377129

Une nouvelle « Xénophonpédie »

Crédit image. Première de couverture – Anne Carrière Editions

La vie de Xénophon est en elle-même un roman plein de bruit et de fureur qui a déjà inspiré un certain nombre d’auteurs contemporains, parmi lesquels on peut citer dans les vingt dernières années Takis Theodoropoulos, auteur du Roman de Xénophon, et Rainer Nickel, récent auteur de Der Verbannte Stratege, livre qui alterne éléments de biographie historique et de fiction et qui est centré sur la relation entre Xénophon et Thucydide. Des trois récits, celui de Philippe Cavalier, que le nom ou pseudonyme prédestinait à parler de Xénophon, est de loin le plus long, peut-être pas celui que nous préférons, même si l’on doit reconnaître à son auteur un talent certain de feuilletoniste. Le roman ne couvre pas la vie entière de Xénophon : il reconstitue sa jeunesse et est entièrement construit sur l’expédition des Dix-Mille, pour l’essentiel jusqu’à leur arrivée à Trapézonte. Il se clot sur un retour imaginé de Xénophon à Athènes en 399 et une ouverture sur l’éducation du petit Alexandre par Aristote. Il prend donc la tournure d’un roman initiatique, d’une « Xénophonpédie » à tous les points de vue (rôle des parents et des pères spirituels, épreuves à franchir, accession au pouvoir et à ses vicissitudes, etc.). Le découpage du roman est habile et s’appuie sur la partie la plus documentée de l’existence de Xénophon. Il laisse de côté sa participation à l’expédition asiatique d’Agésilas et les péripéties de son exil.

L’élément éditorial le plus trompeur est sans doute la couverture du livre et sa quatrième, qui assènent une promesse qui n’est pas tenue : « ceci est son histoire », « rien n’est plus fascinant qu’une histoire vraie ». En réalité, il y a plus de faux que de vrai dans le roman ; ces arrangements avec le réel transmis sont pleinement assumés dans un avertissement au lecteur au nom du « pur divertissement romanesque » et parfois rectifiés dans la rubrique « glossaire et mélanges » destinée aux lecteurs soucieux d’aller plus loin. L’une de ces modifications substantielles n’est cependant pas indiquée, et c’est fort dommage, car la version des faits transmise par Xénophon lui-même dans l’Anabase, même si elle est énigmatique, éclaire les relations qu’il a pu nouer avec Socrate ; en effet, à la demande de ce dernier, il va consulter l’oracle de Delphes avant de partir aux côtés de Cyrus, mais il pose une question biaisée que Socrate lui reproche à son retour. Philippe Cavalier choisit pour des raisons qui nous échappent de modifier à la fois le récit de la consultation et le contenu des paroles mêmes de la Pythie ; il passe sous silence les remontrances de Socrate : sa version est par suite plus fade que celle de l’Anabase. Sur ce point, le « divertissement romanesque » n’aurait pas pâti d’une plus grande fidélité au peu de ce que Xénophon nous dit de lui-même, quitte à enjoliver ce que dit la Pythie pour préserver l’idée romanesque qui donne son titre au roman et que nous ne divulguerons pas. Il en va de même pour le célèbre songe du Zapatas, qui suit le massacre des stratèges (p. 526), où l’auteur préfère imaginer une vision d’aigle et de moineaux, moins puissante, nous semble-t-il, voire plus arrogante que le songe originel de la maison paternelle foudroyée qui réveille le futur stratège et le convaint d’haranguer ses compagnons… Il y a un côté paradoxal dans l’entreprise : l’auteur reste fidèle à la trame globale de l’Anabase, mais ne ne se contente pas d’en combler les béances narratives; il n’hésite pas à modifier les péripéties de la retraite (la mort de Chirisophe, le rôle de Néon, etc.), voire l’histoire grecque en faisant survivre Cléon, par exemple, jusqu’à l’expédition de Sicile.

Ce n’est pas bien grave puisque l’on est averti : l’objectif est le dépaysement de la « couleur locale » plus qu’un souci d’exactitude historique. Même si le livre de Michael Flower sur l’Anabase aurait pu lui être utile1, Philippe Cavalier s’est de toute évidence largement documenté pour composer une fiction historique : ces lectures nourrissent le roman et le connaisseur peut identifier au passage la description de la peste par Thucydide, des passages d’Hérodote, de Ctésias, quelques dialogues de Platon (Euthyphron, Gorgias, Ménon entre autres), voire des passages des Mémorables transposés, parfois avec des changements d’interlocuteurs, dans des scènes athéniennes assez réussies. De la même façon, sa réécriture de la retraite de Délion, la peinture des relations mouvementées entre Alcibiade, Xénophon et son père Gryllos éleveur de chevaux ne sont pas dénués d’intérêt romanesque ; la scène d’assemblée où Cléon fait voter l’expropriation des terres du père de Xénophon est même saisissante et l’idée de faire de Philésia, la future épouse de Xénophon, une Grecque de Byzance qu’Alcibiade en fuite en Asie mineure prend sous sa protection est en soi plaisante.

Il serait certes facile de faire par cuistrerie une liste des erreurs : par exemple, Ctésias est bien de Cnide, mais Cnide n’est pas en Macédoine (p. 512) ; Aristote n’a pas écrit les Lois (n. 1 p. 721) ; il est agaçant pour un helléniste de lire à longueur de pages que Xénophon est un hippeis et non un hippeus ; la division en cinq parties utilise des termes grecs (προοίμιον, παράβασις, ἀγών, ἀνάβασις, ἐπίλογος) mal accentués, dont on se serait bien passé, car, outre le fait qu’on peut douter qu’ils soient pleinement compris par le lecteur, ils créent une confusion par rapport à l’œuvre de Xénophon – le terme d’ἀνάβασις qui donne son nom au récit renvoie en fait uniquement au premier livre de l’Anabase, c’est-à-dire à la progression de Sardes aux environs de Babylone, faits que Philippe Cavalier a relatés dans sa partie intitulée παράβασις.

Mais, toutes proportions gardées, on ne peut exiger de Philippe Cavalier ce que l’on n’exige pas de Walter Scott, d’Alexandre Dumas, du Flaubert de Salammbô, voire du Crébillon des Lettres athéniennes extraites du portefeuille d’Alcibiade, ou de Xénophon lui-même qui a composé la Cyropédie en romançant largement la vie du roi perse en fonction de ses intentions idéologiques. À tout prendre, on préfère largement cette nouvelle appropriation romanesque de Xénophon à celle de Sparte et Léonidas dans ce curieux objet filmique qu’est 300. Du reste, l’auteur a donné à l’Athénien un caractère et des vertus assez proches de l’image qui ressort de ses propres écrits, tout en retenue, simplicité et hauteur de vues.

Il ne faut sans doute pas vouloir aller chercher plus loin que le pur divertissement dans les intentions de Philippe Cavalier. Le style échevelé est celui du roman de cape et d’épée, genre dans lequel l’auteur s’est illustré il y a quelques années ; on y retrouvera des récits violents de combats, un grand nombre de personnages secondaires parfois attachants, des péripéties incessantes, des intrigues sentimentales, par la place centrale (et parfois pesante) qu’occupe Philèsia, l’épouse de Xénophon. On doit reconnaître l’effort louable de construction narrative entre les différents théâtres d’action, notamment entre les scènes de cour achéménide et les scènes de bataille. La volonté de captiver le lecteur ne va pas sans une surenchère d’effets qui frise parfois à nos yeux le mauvais goût, comme en témoigne un certain penchant morbide pour la description circonstanciée des cadavres, des mutilations, des démembrements et des tortures, dont le point culminant est un épisode fantasmagorique en fin de roman chez les Colques où l’on trouve des phrases de ce genre-ci : « possédés par l’esprit mauvais des dieux obscurs, ces gens souffraient d’une inextinguible soif de sang » (p. 783). L’auteur s’abrite certes derrière la caution de Ctésias pour certaines des scènes de cour qui se déroulent à la cour achéménide, mais aucun élément dans l’Anabase ou ailleurs ne justifiait par exemple le traitement réservé par son mari à Épyaxa, la reine de Cilicie, devenue nymphomane martyre dans le roman.

Ce n’est donc pas un livre ennuyeux qui tombe des mains ; il peut tenir en haleine. C’est une question de goût : si l’on est personnellement agacé par l’emphase stylistique ou par des clichés orientalistes, et parfois fatigué par les excès en tous genres du récit comme on l’est devant un peplum à grand spectacle ou face à la débauche d’effets spéciaux d’un blockbuster, le divertissement fonctionne suffisamment bien pour que l’on passe outre et poursuive la lecture par curiosité ; on peut même être amusé par les réemplois de lectures classiques ou par des trouvailles romanesques telles que l’origine des différents chevaux montés par Xénophon au cours de l’expédition. Ce roman témoigne en tout cas du regain d’intérêt incontestable que l’auteur de l’Anabase a connu ces dernières années dans la sphère universitaire et au-delà, depuis qu’il n’est plus une simple lecture obligée d’apprentis hellénistes. Si l’on s’interroge plus largement sur la réception de son œuvre, faut-il y voir un signe des temps et une concordance des thèmes abordés par Xénophon avec les préoccupations de nos contemporains ? Quoi qu’il en soit, en dépit de nos réserves esthétiques, si Les neuf noms du soleil, par les qualités qui lui sont propres, peuvent trouver un autre public plus large et servir de passerelle pour une redécouverte de l’original, de toute évidence plus sobre, nous ne pouvons que nous en réjouir !

Pierre Pontier,

Editta, EA1491

1 Michael A. Flower, Xenophon’s Anabasis or the Expedition of Cyrus, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Citer cet article comme : Pierre Pontier, Les neuf noms du soleil, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/11/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18018.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.