Recherches : compte rendu de la table ronde “Les finances des cités grecques”

Date / lieu : 28 mars 2015 / Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Véronique Chankowski (Professeure d’histoire égéenne et d’économie antique, Université Lyon 2, laboratoire HiSoMA) et Denis Rousset (Directeur d’études en Sciences historiques et Philologiques, École Pratique des Hautes Études-Paris, laboratoire AnHiMA) ont organisé une table ronde autour du livre publié par Léopold Migeotte (Professeur émérite à l’université Laval), Les finances des cités grecques aux périodes classique et hellénistique, Paris, les Belles Lettres, 2014. Les organisateurs avaient convié un panel de chercheurs internationaux, spécialistes des questions financières et économiques, afin de porter un regard critique sur la synthèse  de L. Migeotte, en soulignant à la fois ses apports et ses limites, qu’il convenait alors de compléter, et en dessinant les pistes de recherche ouvertes par cet ouvrage. L’auteur a bénéficié d’un temps de parole à la fin de chaque session pour répondre aux remarques de ses collègues.

Les intervenants ont d’abord tous salué une synthèse magistrale (778 p.) qui vient pallier un manque historiographique – la dernière synthèse datant de 1933[1]– sur un sujet crucial de l’histoire des institutions et de l’économie antiques. Elle constitue désormais un incontournable et un riche outil de travail pour la réflexion des historiens. Certains partis pris méthodologiques de l’auteur ont été critiqués, par exemple celui de s’intéresser uniquement à l’aspect institutionnel des finances, sans traiter leurs aspects économiques. L. Migeotte assume ce choix, notamment celui d’une méthode inductive plaçant les sources au premier plan et écartant les modèles théoriques à la mode dans l’historiographie de l’histoire économique antique ces dernières années. Il rappelle sa volonté de décrire ce qu’il appelle “le système financier” des cités grecques, peut-être déjà un modèle en soi. Il rappelle aussi que le projet devait trouver des limites pour être réalisable. Les débats ont aussi porté sur des points techniques, de vocabulaire notamment. L. Migeotte a pris le soin de rappeler la difficulté méthodologique, mais inévitable, que représente le recours à des concepts modernes pour décrire des réalités antiques. Il en appelle toutefois à un peu de distance et à beaucoup de prudence par rapport aux notions modernes.

Les communications étaient riches et je ne rapporterai ici que quelques éléments de chacune. John K. Davies (Université de Liverpool) s’est, entre autres, interrogé sur l’uniformité du modèle proposé par L. Migeotte, reflétant essentiellement la Grèce continentale et démocratique. Elle s’explique en partie par les sources disponibles, mais aussi par le choix de se concentrer sur les cités petites et moyennes, en écartant de fait les cités à caractère hégémonique ou multiple, comme l’Amphictionie de Delphes ou les fédérations de cités (type koina). Leur étude aurait pu pointer les limites et nuancer le modèle d’organisation financière de la cité “unitaire”. Il questionne également le l’impression statique qui se dégage du modèle proposé. Sur ces aspects d’évolution et d’uniformisation des pratiques financières, il pense que le recours aux modèles économiques peut être éclairant.

Olivier Picard (Paris IV-Sorbonne, Institut de France) a retracé rapidement l’évolution de l’usage de la monnaie dans les cités et ses conséquences sur les pratiques financières. À partir de l’exemple de Thasos, il soutient que l’emploi de la monnaie ne cesse de peser sur les institutions et leur évolution. Par conséquent, il lui apparaît difficile d’étudier les institutions financières sans étudier la monnaie, ce que le livre de L. Migeotte permet désormais.

Denis Rousset a choisi de s’arrêter sur la division entre finances sacrées et finances publiques et pose la question de l’indépendance des unes par rapport aux autres. Il doute notamment du fait que les sanctuaires aient pu être des agents économiques à part entière. Il réfléchit sur la catégorie juridique des “biens sacrés” et remet en cause la claire distinction que Migeotte fait entre cette dernière et les “biens publics”. Il questionne également la notion de propriété.

Peter J. Rhodes (Université de Durham) reprend l’évolution des institutions financières athéniennes et évoque notamment la question de l’époque archaïque à partir d’un livre récent d’H. Van Wees. Il présente ainsi la manière dont les évènements politiques ont bouleversé les institutions financières, par exemple pendant la guerre du Péloponnèse (ex. collège des colacrètes, des héllénotames et des apodectes). Il évoque ensuite la mise en place du système de répartition des ressources (merismos) et son évolution au IVe s. Il nuance l’idée d’une unité du trésor public athénien à cette période. Il aborde aussi les évolutions de l’administration du fonds des spectacles (theorikon) et du fonds militaire (stratiotikon). Les sources deviennent plus rares pour l’époque hellénistique et donc l’organisation est moins bien connue : plusieurs magistratures disparaissent (ex. les apodectes), de même que le merismos, remplacé par un système plus général (diataxis) au IIe s., mais dont on ne connaît pas le fonctionnement.

Andreas V. Walser (DAI, Münich) pose la question de l’unité et de la spécificité des finances dans les cités d’Asie Mineure. Il rappelle d’abord l’abondance des sources financières pour cette région, puis s’attache à relever les spécificités régionales qui pourraient avoir eu des conséquences en matière financière. L’Asie Mineure est d’abord un monde aux entités politiques diverses : des cités, mais aussi de nombreuses autres formes d’organisations politiques, avec une activité économique dynamique. C’est aussi un monde confronté continuellement à des autorités non civiques, auprès desquelles les cités devaient s’acquitter de taxes et de tributs. Il termine par une réflexion sur les possessions des temples et leurs aspects financiers. Il appelle ainsi de ses vœux une étude spécifique des finances micrasiatiques.

Véronique Chankowski s’interroge sur la continuité des pratiques financières mises en avant par L. Migeotte à l’époque impériale. Elle analyse particulièrement les critiques formulées par l’administration romaine à l’encontre des cités grecques et les interventions de réorganisation dans ses cités qui en découlent. Elles portent essentiellement sur les fonds sacrés. Elle conclut à une réelle différence de pratiques entre les administrations romaine et grecque, ce qui l’amène à nuancer les critiques formulées à l’encontre de cette dernière.

Le médiéviste Denis Menjot (Université Lyon II) propose de poursuivre la comparaison, amorcée par L. Migeotte dans son premier chapitre, avec une présentation des finances des villes médiévales. Il signale une domination des prélèvements indirects dans les finances des villes, largement contrôlées et exploitées à leur avantage par les élites urbaines. Un aspect essentiel de ces administrations est le recours à une dette publique consolidée, une différence importante avec les cités grecques. Cette dette pèse lourd dans les dépenses, comme le financement de la guerre.

Les discussions ont été riches, souvent sur des points techniques. À toutes ces remarques, L. Migeotte a répondu avec enthousiasme et précision pour défendre ses choix scientifiques. Il a tenu à signaler qu’il avait conçu cette synthèse comme un aboutissement de ses recherches et que seul l’avenir dirait s’il s’agit bien de la somme que de nombreux chercheurs attendaient.

La publication des actes de cette rencontre est annoncée pour la rentrée 2015 dans la revue Topoi. Orient-Occident (Lyon, MOM).

[1] Andreades 1933.

Programme de la table ronde.

Aurélie Carrara

Membre associée, Laboratoire Ausonius (UMR 5607), Université Bordeaux Montaigne

Page Academia d’Aurélie Carrara.

Citer cet article comme : Aurélie Carrara à propos de Recherches : compte rendu de la table ronde “Les finances des cités grecques”, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/01/2016, https://reainfo.hypotheses.org/185.

Crédits image : affiche de la table ronde, extraite du programme de la journée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search