Les Grands mythes – L’analyse

          La chaîne Arte a récemment publié la deuxième saison « Les Grands Mythes », tous les dimanches pendant quelques semaines, axée sur l’œuvre d’Homère à l’aide d’animation ; la série retrace le récit de l’Iliade. Ce poème est à l’origine une tradition orale mise par écrit à partir du VIIIe siècle a.C. Tout comme l’Odyssée, il est attribué poète Homère1.

La série documentaire de François Busnel retrace cette longue tradition, connue encore aujourd’hui. Celle-ci a pour origine un texte poétique grec qui a donné lieu à de très nombreuses traductions2.

          Cette série explique clairement les causes et les conséquences de la guerre de Troie à l’aide d’animations et de schémas. Tout commence avec l’intervention des divinités. La pomme de discorde est attribuée à Aphrodite par Pâris3 qui de ce fait délaisse les déesses Héra et Athéna les rendant furieuses. De cette action découle alors un plus grand conflit, dépassant le conflit divin, et se transforme en un conflit humain par l’action d’une guerre entre deux camps, les Achéens d’un côté (représentant Ménélas) et les Troyens (représentant Pâris). Au point de départ de cet affrontement guerrier, se trouve Hélène et Ménélas. Hélène est ensorcelée par Aphrodite qui paie sa dette à l’égard de Pâris. Ce dernier l’enlève à son mari, Ménélas4. Le roi de Sparte se lance alors dans une guerre contre Troie en vue de demander réparation, avec l’aide de son frère Agamemnon, sous l’influence d’Athéna. Telle est la situation avant l’Iliade. Le récit d’Homère débute juste avant le conflit entre Achille et Agamemnon. Au cœur du récit, se trouve la figure d’Achille, roi de Phthie, situé en Thessalie, et chef des Myrmidons5. Il est un personnage important dans cette guerre. L’histoire s’enclenche lorsqu’Agamemnon, obligé de rendre la fille du prêtre dont il s’était emparé, prend la captive d’Achille qui décide de se retirer de la guerre6.

Les divinités interviennent. Zeus refuse la victoire aux Achéens tant qu’Achille n’a pas obtenu réparation. Les autres divinités interviennent de manière récurrente dans le conflit. Ils et elles sont à la fois sur l’Olympe et aussi dans le monde mortel guidant les actes guerriers ou réflexions des héros7.

Entrons maintenant dans le vif du sujet : la série et ces petites failles. Cette série documentaire est une histoire retraçant l’Iliade dans ses grandes lignes. Ce n’est pas une série qui a pour but de raconter tout le récit. J’entends par là qu’elle s’adresse à un public divers et varié, y compris des personnes ayant peu de connaissance de la mythologie grecque. L’histoire est correctement racontée et compréhensible. Le narrateur revient régulièrement sur les liens de parenté et l’histoire des personnages permettant de voir les enjeux de cette guerre.

La série est composée de 10 épisodes dont le premier est une introduction et le dernier une conclusion. Or, le récit d’Homère proprement dit commence réellement à partir de l’épisode 2, ce qui pour moi constitue un manque de précision. Il est alors possible pour de nombreuses personnes de penser que le célèbre cheval de Troie8 est réellement présent dans l’Iliade, alors que ce n’est pas le cas. Cette histoire est en effet connue par d’autres récits. La série comporte de nombreux raccourcis. Ainsi, la présence de la déesse Iris, dans son rôle d’intermédiaire, disparaît totalement. Même si cette déesse apparaît comme une déesse secondaire, c’est-à-dire qu’elle n’est pas une déesse indispensable à l’action qui se déroule, Iris dans le récit est bien présente et est celle qui fait la liaison entre Zeus et les autres divinités 9 comme lors dans la restitution du corps de Hector à Priam10 . Mais elle intervient aussi auprès des humains lorsque Zeus l’envoie vers Priam11. J’aimerais souligner aussi que la série ne fait apparaître qu’une seule version des mythes alors que plusieurs existaient. Par exemple, la naissance d’Aphrodite (présence de deux légendes)12.

Une autre adaptation concerne le fils d’Hector et Andromaque. Ce dernier, Astyanax apparaît dans la dernier épisode de la série juste pour parler de sa mort. Dans l’Iliade, il n’y figure pas au sens propre. Sa mort n’est pas racontée dans le récit mais ce sont les monologues de sa mère, Andromaque, qui laisse présager le pire pour l’enfant, un fait que la série ne peut mettre en avant vu qu’elle ne s’attarde que très peu sur ce passage13.

Enfin, certaines erreurs et maladresses sont à noter. Dans l’épisode 6, le narrateur parle de la volonté d’Hector de construire un temple à Athéna pour attirer ses faveurs dans la guerre. Cependant, ce temple existe déjà, c’est le Palladion14. En effet, les Troyens ont pour déesse protectrice Athéna. D’ailleurs, Hector envoie bien une prêtresse d’Athéna lui offrir des offrandes, dans le but de l’apaiser. Autre imprécision, l’engagement d’Arès auprès des combattants : il semble avoir été dans le camp des Achéens alors qu’il est un soutien des Troyens.

          La série est intéressante à suivre. Le concept et la narration permettent de continuer de capter l’attention des spectateurs.rices. Un public non initié peut suivre cette série sans problème et peut même apprendre le contenu de l’histoire racontée par Homère. La série peut aussi concerner ceux qui s’intéressent à la mythologie grecque mais qui n’ont jamais lu les poèmes homériques. Le documentaire peut permettre une première approche et l’acquisition de connaissances générales, notamment sur l’histoire et les personnages en eux-mêmes, avant la lecture des poèmes. Mais la série ne permet pas de se dispenser de la lecture des textes homériques.

Bénédicte Trouvé

Poèmes :

Backès, Jean-Louis [1975] (2013) : Homère : L’Iliade, Paris.

Jaccottet, P. (2017) : Homère, L’Odyssée, Paris.

Monsacré, H. (2019) : Tout Homère, Albin Michel – Belles Lettres.

Wacziarg Engel, A.-P. (2014) : Hésiode, La Théogonie, Paris.

Bibliographie :

Caccamo, J. (2011) : « Le mythe d’Aphrodite », Cahier de Gestalt-Thérapie, n°28, pages 27-29, en ligne (URL : https://www.cairn.info/revue-cahiers-de-gestalt-therapie-2011-2-page-27.htm)

Eissen, A. (1993) : Les Mythes Grecs, Paris.

De Roguin, C.-L. (2008) : « Quand le divin Achille se met à penser : colère, désespoir et pitié dans l’Iliade », Revue de l’histoire des religions, en ligne (DOI : 10.4000/rhr.6073).

Judet de La Combe, P. (2017) : Homère, Paris.

Lambin, G. (1998) : « Le Cheval de Troie », GAIA. Revue interdisciplinaire sur la Grèce ancienne, Grenoble, pages 97-108, en ligne (URL : https://www.persee.fr/doc/gaia_1287-3349_1998_num_3_1_1342?q=cheval+de+Troie).

Létoublon, F. (2009) : « Athéna et son double », Pallas, Revue d’études antiques, n°81, en ligne (URL : http://journals.openedition.org/pallas/6721).

Le Meur-Weismann, N. (2009) : « Astyanax. Les enfants et la guerre dans l’Iliade », GAIA. Revue interdisciplinaire sur la Grèce ancienne, Grenoble, pages 29-43, en ligne (URL : https://www.persee.fr/doc/gaia_1287-3349_2009_num_12_1_1525 ).

Pironti, G., Bonnet, C., dirs. (2017) : Les dieux d’Homère. Polythéisme et poésie en Grèce ancienne, Liège.

Rousseau, P. (1992) : « Remarques complémentaires sur la royauté de Ménélas », dans Woronoff, M., dir., Paris, pages 57-79.

Woronoff, M. (1992) : L’Univers épique : rencontres avec l’Antiquité classique. Tome II, Paris.

Sitographies :

https://www.histoiredumonde.net/

http://expositions.bnf.fr/homere/index.htm

https://www.persee.fr/

1Pour en savoir plus : Judet de La Combe, Pierre : Homère, Paris, Gallimard, 2017.

2Pour ma part, j’ai le plus utilisé la version ; Backès, Jean-Louis : Homère : L’Iliade, Paris, Gallimard, [1975] 2013.

3En savoir plus sur les mythes : Eissen, Ariane : Les mythes grecs, Paris, Belin,1993.

4Rousseau, Philippe : « Remarques complémentaires sur la royauté de Ménélas », Paris, Les Belles Lettres, 1992.

5Achille est le fils de Pélée, roi des Myrmidons et de Thétis une Néréide, c’est-à-dire une nymphe maritime. Pour en savoir plus : https://www.histoiredumonde.net/Achille.html, http://expositions.bnf.fr/homere/arret/091.htm,

6Pour en savoir plus sur la colère d’Achille : de Roguin, Claire-Françoise : « Quand le divin Achille se met à penser : colère, désespoir et pitié dans l’Iliade », Revue de l’histoire des religions, 2008.

7Pour ceux qui s’intéressent au côté divin dans les récits, je peux vous conseiller : Pironti Gabriella & Bonnet Corinne : Les dieux d’Homère. Polythéisme et poésie en Grèce ancienne, Liège, Université de Liège, 2019.

8En savoir plus sur le cheval de Troie : Lambin, Gérard : « Le Cheval de Troie », GAIA, Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble (ELLUG), 1998.

9Homère, Iliade chant XV vers 154-217, selon la traduction de Jean-Louis Backès.

10Homère, Iliade chant XXIV vers 77-87-88, selon la traduction de Jean-Louis Backès.

11Homère, Iliade chant XXIV vers 175-187, selon la traduction de Jean-Louis Backès.

12Hésiode, La Théogonie, traduction d’Aude Wacziarg Engel, Paris, Fayard, 2014 ; Caccamo, Joseph : « Le mythe d’Aphrodite », Cahiers de Gestalt-thérapie, 2011.

13Homère, Iliade chant XXIV vers 725-739, selon la traduction de Jean-Louis Backès. Pour poursuivre : Le Meur-Weismann Nadine : « Astyanax. Les enfants et la guerre dans l’Iliade », Grenoble,

Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble (ELLUG), 2009.

14Homère, Iliade chant VI vers 264-31, selon la traduction de Jean-Louis Backès. Pour en savoir plus sur Athéna et sa relation avec Troie : Létoublon, Françoise : « Athéna et son double », Pallas, Revue d’études antiques, 2009.

Citer cet article comme : Bénédicte Trouvé, Les Grands mythes – L’analyse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18579.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.