Les z ‘héros grecs

Beaupère (P.) et Ceulemans (E.), «Les z ‘héros grecs » : Les 13 travaux d’Héraclès. Paris: Fleurus, Collection « Premiers romans » 2019. – 120p. – ISBN: 9782215167433

Beaupère (P.) et Ceulemans (E.), «Les z ‘héros grecs » : Artémis vise dans le mille !. Paris: Fleurus, Collection « Premiers romans » 2019. -120p. -ISBN: 9782215167457

Crédit image. Première de couverture – Fleurus

         Les éditions Fleurus ont sorti en mai dernier les deux premiers tomes d’une collection de livres jeunesse mêlant aventure et humour dans le monde de la mythologie grecque : « Les z’héros grecs ». L’auteur et l’illustratrice sont les mêmes pour les deux ouvrages d’une centaine de pages chacun : Paul Beaupère, et Eglantine Ceulemans, tous deux spécialisés en littérature jeunesse.

Avant de nous attarder sur chacun des deux ouvrages, voyons tout d’abord les points communs. Chaque ouvrage est indépendant de l’autre et dédié à un personnage mythologique qui va vivre de nouvelles aventures. Le but est clair dès les premières pages tant dans le texte que dans les illustrations : actualiser les personnages antiques pour les rendre proches des lecteurs dans un langage accessible.

Cela passe par de nombreux procédés. Le principal étant les anachronismes, qui sont légions : Héraclès lit les journaux, Héphaïstos construit des barbecues, Artémis mange son goûter… C’est particulièrement frappant avec la déesse de la chasse qui est une jeune enfant et qui va donc à l’école, a un frère qui l’embête, cherche à se faire des amis… L’humour est de mise et joue justement sur le décalage entre le monde antique et des problématiques actuelles : le star-système avec Héraclès qui possède sa horde de fans et de paparazzis ou les familles recomposées avec les nombreux enfants de Zeus qui vivent chez lui. Ce décalage est aussi créé par la langue, Paul Beaupère hellénisant des mots communs avec des suffix en -os : postos, kokakolos, rubikos-kubos, caféos… Le trait d’Eglantine Ceulemans colle parfaitement à ces objectifs avec des personnages cartoonesques aux émotions visibles. Pour que les enfants puissent bien repérer les différents personnages, ceux-ci ont des traits moraux très marqués : Zeus est un papa-poule, Héra une méchante belle-mère, Eurysthée un peureux jaloux… Une liste des personnages principaux est présente au début de chaque tome pour permettre aux enfants de bien repérer qui est qui et se familiariser avec cette riche galerie de dieux et de héros.

Nous trouvons personnellement que cette volonté de simplifier et rendre actuelle la culture antique est parfois un peu trop forcée mais les deux ouvrages réussissent leur objectif : familiariser à l’Antiquité les jeunes lecteurs de 6 à 12 ans.

Crédit image. Première de couverture – Fleurus

Concernant les deux ouvrages séparément, nous pouvons avouer que nous sommes très divisés. L’histoire d’Artémis vise dans le mille est une agréable suite de petites aventures qui vont voir la rebelle et sauvage déesse s’affirmer aux yeux de sa famille et de ses amis alors qu’elle entame sa première rentrée scolaire. Les personnages sont décrits simplement et bien construis avec un beau message d’affirmation de soi, qui rappellerait presque sous certains aspects, les personnages et aventures des romans de la Comtesse de Ségur. Les références aux mythes sont assez bien trouvées et adaptées comme le passage avec les enfants de Niobé où leurs meurtres par Artémis et Apollon dans le mythe se transformant en une bagarre généralisée dans la cour de récréation.

A contrario, nous avons trouvé Les 13 travaux d’Héraclès assez mal construit et plutôt maladroit tant dans son déroulement que dans la référence à certains mythes. Le problème résidant justement dans ce fameux 13eme travail, qui bien qu’étant le titre du livre, n’arrive qu’à partir de la page 70. L’élément perturbateur est pourtant bien connu, Eurysthée se plaint auprès de Thémis qu’Héraclès a commis des irrégularités sur ses premiers travaux. Il est donc jugé chez les dieux. Les monstres morts ou blessés par Héraclès sortent des Enfers pour se plaindre. Certains passages sont assez dérangeants comme le lion de Némée qui est un « être à la maigreur fantastique […] trainant avec lui une suffocante odeur de mort » et qui réclame sa peau puisqu’il est bien sûr dépecé, ou encore l’hydre de Lerne qui est présente avec uniquement son corps et des moignons à la place de ses têtes. Même si le dessin d’Eglantine Ceulemans tente d’adoucir certaines scènes comme la mignonne biche de Cérynie avec sa flèche plantée dans sa fesse, nous trouvons ces 40 pages de procès (soit presque 1/3 de l’ouvrage) trop en décalage avec la tonalité plutôt drôle du début et de la fin de l’ouvrage. Alors même que l’illustration de la couverture montre…Héraclès assommer le lion de Némée ! Zeus décide devant les irrégularités connues déjà des mythographes antiques (Héraclès s’est fait aider par son neveu pour l’hydre et a demandé à être payé par Augias pour les écuries), de faire faire à son fils une fameuse 13e tâche qui est en fait dans la liste canonique la 12e : ramener Cerbère des Enfers ! La déception pour qui connait les mythes est alors certaine, car nous pouvions nous attendre à une quête inconnue, mystérieuse et inventée pour l’occasion. Reste que l’enfant ne connaissant pas le mythe pourra s’amuser devant cette aventure tardive (mais aussi parfois très sombre, notamment avec le passage des harpies), l’antagonisme entre Héraclès et Eurysthée permettant quelques passages assez drôles.

Aussi pour conclure, nous ne pouvons que saluer cette collection qui met à l’honneur et actualise les mythes antiques. Nous invitons cependant plutôt à la lecture du deuxième tome plus adapté et proche du quotidien des jeunes enfants tandis que le premier tome semble hésiter constamment entre l’humour et la violence des mythes.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, Les z ‘héros grecs, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18595.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Paul Beaupère dit :

    Merci pour ce commentaire, même si vos réserves sur l’un des deux titres m’attristent et m’obligent à me ruer sur un énorme morceau de chocolat pour y trouver une juste consolation, merci de votre lecture attentive et savante!

    • Ballaguy Cyrille dit :

      Merci pour votre commentaire.
      Après j’étais vraiment très embêté car j’ai vraiment adoré votre ouvrage sur Artémis, ma femme ayant fait une thèse sur la comtesse de Ségur, j’y ai vraiment retrouvé des éléments de robinsonnades ordinaires et pris du plaisir à le lire. Je vous tire mon chapeau pour être arrivé à moderniser la fureur d’Héra sur Léto ou les meurtres des Niobides. Pour celui sur Hercule, j’avoue que l’épisode du procès m’a un peu décontenancé mais après ce n’est qu’une question de goût. Je je suis sûr que de nombreux jeunes lecteurs ont et vont adorer découvrir ces terribles animaux dans un sale état.

      PS : Vive le chocolat !^^

  1. 03/12/2019

    […] voir ici ce que l’on dit de ma série « Les Z’héros […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.