Et si vous lisiez César!

Tout le monde connaît César, le conquérant de la Gaule, le vainqueur de la guerre civile qui l’opposa à Pompée, et qui sur les ruines de la République bâtit un régime autocratique préfigurant l’Empire. Et il y a des raisons très raisonnables de lire ses « Commentaires », la Guerre des Gaules et la Guerre civile, récits irremplaçables de ces événements par celui qui en fut l’acteur principal. Car combien de conquérants et de dictateurs ont décrit avec autant de précision les péripéties de leurs succès ? Quels autres grands hommes de la Rome antique ont vu leurs écrits traverser les siècles, épargnés par le naufrage où a sombré la plus grande partie de littérature antique ?

Mais ces écrits peuvent-ils encore parler au lecteur du XXIème siècle ? La distance temporelle et culturelle ne les rend-elle pas poussiéreux ou obscurs ? La Guerre des Gaules peut-elle être autre chose qu’un réservoir de versions latines, comme elle le fut autrefois pour des générations de lycéens, ou, pour les plus jeunes, une suite monotone de récits de batailles, au mieux un répertoire de tactiques de combat tournées en dérision dans Astérix ? La Guerre civile peut-elle se lire comme un texte polémique, ce qu’elle est assurément, quand on ne connaît plus les codes de la communication politique des Romains ?

Oui, pourtant : ces écrits, même s’il faut accepter le dépaysement, et peut-être justement pour cette raison, peuvent nous captiver. D’abord par la variété de leur contenu : des récits de bataille, en effet, mais émaillés de réflexions stratégiques qui donnent l’impression de partager la tente du général. Des descriptions d’ouvrages d’art et de techniques de siège qui font pâlir les notices d’Ikéa. Des aperçus ethnographiques et environnementaux qui nous donnent accès à l’imaginaire romain du monde sauvage aux confins des terres alors connues, de l’autre côté du Rhin et de la Manche.

On y trouve aussi de magnifiques morceaux de littérature, dialogues acerbes entre César et le roi germain Arioviste nullement décidé à regagner son pays, vibrants discours de Vercingétorix aux chefs gaulois qu’il faut convaincre de choisir une cruelle tactique de la terre brûlée, perfides propos d’Ambiorix pour attirer les Romains dans un piège mortel, paroles électrisantes de Curion à ses soldats pour les entraîner dans une bataille pourtant bien risquée. Et surtout éloquentes défenses par César lui-même, dans la Guerre civile, de son prétendument juste combat, un tour de force quand il faut convaincre qu’il n’avait d’autre choix que de franchir le Rubicon et les limites de la légalité.

On peut aussi être captivé tout simplement par le style du récit, par ses qualités de limpidité, de sobriété, de vivacité que l’on a reconnues depuis longtemps mais qui valent la peine d’être éprouvées directement, tant elles collent au contenu du récit et le valorisent : péripéties multiples, retournements de situations, dénouements inattendus, défaites tragiques, tableaux dramatiques des combattants dont le danger décuple l’énergie, le lecteur est constamment tenu en haleine. Et l’humour n’est pas absent : Gaulois stupéfaits de voir les prouesses techniques des Romains, généraux ennemis insouciants et sûrs de la victoire qui préparent à l’avance le banquet et le partage des dépouilles.

Un texte vivant, qui dépayse aussi le lecteur en l’entraînant aux quatre coins de l’empire romain de l’époque : pas seulement la Gaule dans toute sa variété, de l’Aquitaine et de Marseille aux rives de la Mer du Nord en passant par le Bassin Parisien et les rudes terres du Massif Central, mais aussi la Péninsule Ibérique, l’Afrique du nord, les Balkans. Chercher à retrouver des lieux connus n’est d’ailleurs pas l’un des moindres défis que pose ce texte, et bien des identifications, qui ont donné lieu à des querelles picrocholines parfois séculaires, mettent à l’épreuve la sagacité du lecteur actuel, et sans doute futur !

N’oublions pas non plus quelle place la conquête de la Gaule par les Romains occupe dans notre imaginaire national : ressentir l’intensité dramatique du duel entre Vercingétorix et César tel que le décrit le dernier livre de la Guerre des Gaules permet assurément de mieux comprendre cette mémoire collective.

Lectures supplémentaires.

Un nouvelle traduction française de la Guerre des Gaules et de la Guerre civile, réalisée par une équipe universitaire d’historiens et de latinistes, et accompagnée d’une introduction, de notes explicatives et de nombreuses cartes, paraîtra prochainement aux éditions Les Belles Lettres (collection Editio Minor), sous le titre “César, Guerres. La Guerre des Gaules et la Guerre civile, sous la direction de Jean-Pierre De Giorgio”.
Pour ceux qui souhaitent aller plus loin et s’informer sur la manière dont ces œuvres de César sont appréciées par la recherche contemporaine, voir l’article “Se représenter par l’histoire: les Commentaires de César”, par Olivier Devillers, paru dans Écrire l’histoire, n°5, printemps 2010, p. 123-132
Marianne Coudry,
Professeur émérite d’histoire romaine à l’université de Haute-Alsace
Citer cet article comme : Marie-Anne Coudry, Et si vous lisiez César!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18651.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.