Et si vous lisiez Hérodote!

Cher lecteur,

Il est peu probable, si vous avez fait la démarche de consulter ce calendrier de l’Avent, que vous n’ayez jamais entendu parler d’Hérodote, l’un des auteurs grecs les plus étudiés, aussi bien dans les programmes de premier cycle universitaire que par les antiquisants ! Les raisons en sont multiples. Essayons d’en présenter les principales, en espérant qu’elles vous donneront envie de le lire ou de le relire !

Hérodote, un homme de son temps

Né vers 485/4 avant J.-C., Hérodote est originaire d’Halicarnasse, en Asie Mineure (actuelle Bodrum en Turquie). Il meurt à une date discutée, mais forcément après le début de la Guerre du Péloponnèse, soit après 430 avant J.-C. Il a passé une grande partie de sa vie à voyager à travers l’œkoumène, peut-être en raison de la participation de sa famille – voire de lui-même – aux luttes pour renverser le tyran de sa cité inféodé aux Perses, Lygdamis. Il a, en particulier, séjourné à Athènes, à l’époque de Périclès, et a pris part au projet de ce dernier concernant la fondation d’une nouvelle cité, Thourioi, dans le sud de l’Italie.

Hérodote, « Père de l’histoire », mais aussi géographe et ethnologue

Hérodote est l’auteur des Histoires (historiè, traduit aussi par l’Enquête), une œuvre en neuf livres dont le but est de conserver à la postérité « les grands exploits accomplis tant par les Grecs, que par les Barbares ». Désignant, au départ, celui qui ne parle pas grec, le mot “Barbare” a pris une connotation péjorative lors du conflit qui a opposé, dans le premier quart du Ve siècle av. J. C., une partie du monde grec à l’empire perse, conflit dont Hérodote s’attache à retrouver les causes, ce qui explique qu’il se soit autant intéressé aux autres peuples et qu’il ait cherché à comprendre leurs différences. Si Hérodote s’inscrit dans un courant intellectuel, développé en Ionie dès le siècle précédent, il est novateur en ce qu’il cite ses sources, les confronte entre elles ou avec ses propres observations. En cela, il mérite bien le surnom de « Père de l’histoire », que lui donnera plus tard le romain Cicéron (106-43 avant J.-C.). Mais l’histoire n’est pas le seul champ pour lequel il est considéré comme fondateur : aujourd’hui, géographes et ethnologues le reconnaissent généralement aussi comme l’un des leurs. Qu’il écrive sur la nature, les hommes ou leur passé, la démarche est sensiblement la même : il s’agit d’enquêter en privilégiant l’ouïe (l’akoé, c’est-à-dire ce qu’il a entendu) et la vue (l’autopsie), cette dernière l’emportant sur la première, et de passer au filtre du jugement critique les informations recueillies.

Hérodote, l’historien des Guerres Médiques

Les premières lignes de l’Enquête présentent de manière claire le but de l’œuvre : « Ceci est l’exposé [apodéxis] de l’enquête [historiè] d’Hérodote d’Halicarnasse pour que les événements [ta génoména] advenus du fait des hommes ne s’effacent pas avec le temps et pour que les grandes et merveilleuses actions [ta erga magala té kai thômasta ] accomplies tant par les Grecs que par les Barbares ne restent pas sans renommée [akléa] et, en particulier, pour quelle raison [aitiè] ils se firent la guerre ». La compréhension des raisons pour lesquelles les Grecs et les Barbares, menés par les Perses, se sont affrontés lors des fameuses Guerres Médiques (492-478) est donc au cœur du récit hérodotéen, surtout dans sa deuxième partie. Les livres V et VI abordent les préliminaires du conflit (révolte des Grecs d’Ionie, expulsion de Miltiade de la Chersonèse) et la Première Guerre médique, alors que les livres VII à IX sont consacrés à la Deuxième Guerre médique. Pour quiconque s’intéresse à l’histoire du monde grec à cette période, Hérodote est donc une source incontournable et sans équivalent. Son témoignage est d’autant plus précieux que c’est un contemporain des Guerres Médiques, tout au moins de la Deuxième, et qu’ayant beaucoup voyagé il a recueilli des témoignages divers, qu’il tente de croiser.

Hérodote, un homme curieux et ouvert à l’Autre

Pour mieux comprendre comment on en est arrivé à la confrontation des Guerres Médiques, Hérodote s’est attaché à présenter l’ensemble des peuples concernés par cet affrontement. Les livres I à IV relatent non seulement la naissance et le développement de la puissance perse, mais s’attachent à l’histoire et aux coutumes des différents peuples conquis par les Perses ou, dans le cas des Scythes, en conflit avec eux. Grâce à cette première partie de l’Enquête, qu’on considère souvent comme plus ethnographique que la deuxième, nous disposons de récits, parfois uniques, sur l’histoire et les coutumes des nombreux peuples de l’œkoumène, qui s’insèrent généralement, par des digressions plus ou moins longues, dans un récit plus chronologique, organisé autour de la succession des souverains orientaux, lydien d’abord (Crésus), puis perses (Cyrus, Cambyse, Darius, Xerxès). Certaines de ces présentations, comme la partie consacrée à l’Égypte qui occupe tout le livre II, constituent des développements quasi-autonomes en soi. Comme l’a montré François Hartog, l’Autre est souvent perçu comme un contre-Grec, adoptant « presque en toutes choses des mœurs et des coutumes à l’inverse des autres hommes », entendons des Grecs. Ce procédé permet d’accentuer les différences entre monde grec et barbare. Mais le récit hérodotéen sur l’Autre n’est pas qu’un simple jeu de miroir car Hérodote n’hésite pas à donner la parole à ses informateurs, grecs comme barbares. Tout récit récolté, parce qu’il représente l’opinion d’un narrateur autorisé, est digne d’être rapporté. Et tant pis si l’anecdote est invraisemblable ! Ce qui, dès la fin du IVe siècle av. J.-C., lui sera reproché : le « Père de l’Histoire » ne serait, pour ses détracteurs (le plus connu étant Plutarque), qu’un muthologos, un « diseur de fables » !

Hérodote, source pour l’historien des représentations, des images et de l’imaginaire

C’est là qu’entre en jeu une autre manière d’aborder l’œuvre d’Hérodote. Si tous les propos rapportés par le Père de l’Histoire ne peuvent être tenus pour “véridiques”, ils n’en demeurent pas moins extrêmement intéressants, en cela qu’ils permettent d’appréhender les perceptions, les représentations et les imaginaires de ceux qui les ont conçus et transmis. La vaste question des sources d’Hérodote est essentielle et n’a pas fini de faire débat, mais quelle que soit la qualité de ses informateurs, l’historien d’Halicarnasse nous donne accès à des récits qui circulaient à son époque et qui sont autant de témoignages des mentalités antiques. Ainsi, par exemple, l’histoire égyptienne présentée dans la deuxième partie du livre II n’est pas tant le reflet d’événements qui se seraient réellement déroulés que de la manière dont les Grecs, en particulier ceux installés en Égypte à la Basse Époque, tout comme les Égyptiens eux-mêmes se représentaient celle-ci. De même, les nombreuses anecdotes, aux allures de contes fantaisistes, renseignent souvent sur le fond culturel local et, à défaut de rapporter des histoires véridiques, témoignent de l’imaginaire de leurs communautés créatrices. En cela, Hérodote reste une source inépuisable, même quand ses récits ne peuvent être considérés comme des testamonia des realia.

Le plaisir de lire les Histoires

« Père de l’Histoire », source historique, Hérodote est aussi un auteur en tant que tel, dont les qualités littéraires ne sont plus à démontrer. De nombreuses études ont prouvé l’extrême construction du récit hérodotéen et son caractère épique. Il y a un véritable plaisir à lire Hérodote, à se laisser porter par ses Histoires. Si les incessantes digressions et anecdotes peuvent sembler faire perdre au lecteur le fil directeur de l’œuvre, elles en constituent incontestablement le charme. Certaines d’entre elles sont de véritables petits contes en soi, à la morale parfois tragique, mais toujours rapportés par Hérodote avec une certaine ironie, pour ne pas dire une certaine espièglerie. Même les Grecs n’échapent pas aux commentaires sacarstiques de l’historien d’Halicarnasse qui est avant tout un conteur et, à ce titre, utilise tous les effets possibles pour capter l’attention de son public. Lire Hérodote c’est donc partir en voyage à travers les merveilles du monde antique, et ce en bonne compagnie !

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon voyage…

Pour aller plus loin :

Gondicas D. et Boëldieu-Trévet, Lire Hérodote, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2005.

Hartog F., Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1980.

Haziza T., Le Kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le livre II d’Hérodote, Paris, Les Belles Lettres (Études anciennes), 2009.

Typhaine Haziza,

MCF en Histoire ancienne – Université de Caen-Normandie

HisTeMé EA 7455

Citer cet article comme : Typhaine Haziza, Et si vous lisiez Hérodote!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18667.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.