Et si vous lisiez Virgile!

Et si, aujourd’hui, vous lisiez du Virgile ?

Évidemment, conseiller de jeter un œil dans les œuvres de ce poète latin du Ier siècle avant notre ère, c’est un peu enfoncer une porte ouverte ! Tant il est devenu un monument de la littérature universelle ! Et cela a commencé de son vivant ; à preuve Properce1, son quasi contemporain, qui en fait un éloge dithyrambique. Peu de temps après son décès, il est déjà « au programme des écoliers romains ». Au fil des siècles, sa célébrité et l’amour qu’on lui voue ne font que croître et embellir. Ceux qui le lisent sentent en lui le souffle d’un chantre inspiré, de sorte que, quelquefois sciemment, la plupart du temps inconsciemment, ils lui attribuent des liens avec le surnaturel. On pratiquait les « sortes vergilianae » qui consistaient à ouvrir au hasard une de ses œuvres et à tirer des présages du premier mot de la page sur laquelle on tombait. Les chrétiens, d’après leurs interprétations, ont vu en lui un prophète de l’Incarnation. D’autres l’ont considéré comme un magicien peut-être en raison du nom de sa mère. On vénérait son tombeau près de Naples et on lui attribua des miracles. Au cours de l’Antiquité tardive, du Moyen-Âge, de la Renaissance, de la période classique, du Romantisme, ses textes n’ont cessé d’être copiés dans les scriptoria, lus, traduits en prose ou en vers (blancs ou rimés)2, cités, imités, parfois parodiés ; on jouait avec eux en fabriquant, juste en accolant des morceaux de vers pris çà et là, des poèmes sur les sujets les plus saugrenus, parfois érotiques comme le centon nuptial dû à Ausone. Ils ont inspiré toutes sortes d’artistes, écrivains, peintres, sculpteurs, cinéastes, à la télévision, en BD, etc. Bref, une grande partie de la littérature occidentale, de l’art occidental, et indirectement par voie de conséquence de la mentalité des occidentaux, est imprégnée de lui. C’est déjà une bonne raison de le lire.

D’autant plus que ses œuvres, « incontournables » donc, ne sont pas très nombreuses (pour éviter d’entrer ici dans de fastidieuses discussions, je laisse de côté celles pour lesquelles l’attribution à Virgile n’est pas assurée). Par ordre chronologique, il y a les Bucoliques, (qu’on appelle aussi Églogues), un recueil de dix poèmes censés être des conversations entre bergers contemporains de l’écrivain qui parlent à l’occasion de personnages et d’événements de l’époque (certaines se présentent toutefois plutôt comme des monologues). Il y a les quatre Géorgiques, ouvrage didactique destiné à donner des conseils aux paysans (en gros, la première traite de l’agriculture, la deuxième de l’arboriculture, la troisième de l’élevage et la quatrième de l’apiculture). Elles sont, elles aussi, ancrées dans la réalité du Ier siècle avant notre ère par les allusions qu’elles contiennent. Enfin, il y a l’Énéide, une épopée en douze chants qui raconte les aventures d’Énée, prince troyen sauvé sur intervention divine lors de la destruction de sa cité par les Grecs (à la suite du fameux conflit dû à l’enlèvement d’Hélène) et conduit, surnaturellement mais non sans encombre, avec quelques-uns de ses compagnons, jusqu’en Italie où il est destiné, après bien des péripéties, à fonder une nouvelle nation d’où seront issus Rome et son empire. Ce récit, entremêlant narration et visions de ce qui est l’avenir par rapport à son protagoniste mais le passé pour les contemporains de son auteur, donne un aperçu de toute l’histoire de la Ville jusqu’à la date de sa composition.

Et c’est tout ! Virgile n’a pas été très prolifique. La question qui se pose alors est : pourquoi ces productions ont-elles toujours exercé une telle fascination ? Et partant, pourquoi vaut-il la peine que nous les lisions encore ?

En premier lieu, on répondra : à cause de leur charme. Virgile est un poète savant ; il connaissait très bien les Alexandrins et il a su, à leur suite, fabriquer de véritables œuvres d’art où le travail sur la forme, bien réel3, se dissimule sous une apparente facilité qui en rend la lecture aussi enchanteresse que difficile à interrompre quand on l’a commencée. Certes, lecteurs du XXIe siècle, nous avons plus de mal à apprécier la perfection de ses vers latins ou l’agencement subtil de leurs sonorités — encore que, lorsqu’on les lit à haute voix, on peut être sensible à leur musique, même sans comprendre. Quelle douceur à la fin de la première Bucolique dans cette évocation du soir qui descend !

Et iam summa procul uillarum culmina fumant,

Maioresque cadunt altis de montibus umbrae

« Déjà fument au loin les faîtes des maisons,

Des ombres plus grandes tombent du haut des monts »4.

En latin, le timbre étouffé des u (prononcés [ou]) convient tout à fait à ce tableau champêtre de l’obscurité qui gagne et du repos qui vient après les soucis de la journée, soucis dont le poème s’est fait l’écho. Si l’ouïe est sollicitée, l’imagination visuelle ne l’est pas moins par ce cadre qui est sans doute un souvenir d’enfance du poète né dans la région de Mantoue. Des tableaux, il y en a des milliers dans les vers de Virgile, et de toutes sortes, familiers ou grandioses (ainsi, dans certains passages de l’Énéide).

En outre, si tant de gens ont aimé Virgile et si nous pouvons le lire encore, c’est qu’il touche ses lecteurs par la peinture délicate de sentiments éprouvés en tout temps et par tous les humains. On s’en rend compte dans les vers ci-dessus ; ils ne sont pas une exception, c’est, au contraire, une constante de ses écrits. Qu’il s’agisse d’amour, de tendresse paternelle, d’affection filiale, d’autres émotions encore, tout ce que nous ressentons est ressenti par des personnages du poète (pensons à Didon et à sa passion pour Énée au chant 4 de l’Énéide qui rivaliserait avec bien des romans de nos jours ; pensons à la peinture du paysan donnant des baisers à ses enfants dans les Géorgiques5). Il n’est pas jusqu’au désarroi des gens chassés de chez eux par la guerre qui ne soit décrit d’une façon poignante6 :

Nos patriae finis et dulcia linquimus arua ;

Nos patriam fugimus !

« Le sol de la patrie et nos guérets chéris,

Nous, nous les laissons ; nous, nous fuyons la patrie ! »

Virgile n’a pas eu besoin d’un article du code civil7 pour manifester que les animaux sont des êtres sensibles, quand il note la tristesse du bœuf dont le compagnon de labour est mort (Georg. 3, 518) ou montre que amor omnibus idem, « l’amour est le même pour tous », hommes, bêtes sauvages, faune marine, troupeaux et oiseaux (Georg. 3, 242-283).

Ce n’est pas tout : Virgile nous instruit. Il est très utile aux historiens qui en tirent beaucoup d’informations, sur les us et coutumes des Romains dans divers domaines, sur la façon dont ses contemporains vivaient les événements de l’époque, etc. N’oublions pas qu’il a connu les guerres civiles et qu’il a été témoin de la façon dont Octavien–Auguste y a mis fin. Toutes ses œuvres y font référence clairement ou non. Des gouvernants de l’époque y sont nommément cités et leurs actes évoqués. À qui les étudie, elles révèlent la réaction des Romains face à ces crises et les raisons de leur attitude vis-à-vis de leur chef. Le poète, quant à lui, a choisi le camp de l’homme qui rétablissait la paix. Son œuvre est subtilement construite et paraît développer implicitement l’éloge du princeps. C’est une mine d’or pour les spécialistes de ces questions. Cependant, si l’on n’est pas historien, on peut tout de même tirer bénéfice de cette lecture. Nombre de problèmes qui se posaient alors sont aujourd’hui les nôtres. C’est la marque du génie que de fournir une réponse appropriée à chacun quel qu’il soit ! Le poète, par exemple, fait allusion au regard porté sur l’apparence physique (Buc. 10, 38-39)

Quid tum si fuscus Amyntas ?

Et nigrae uiolae sunt et uaccinia nigra !

« Et quoi, si Amyntas est basané à voir ?

Et noire est la violette et le vaciet est noir ! ».

Certains de ses personnages sont des réfugiés. Énée est un migrant. La leçon de l’Énéide est qu’il faut savoir vivre ensemble. Lorsque le héros et ses hommes arrivent dans le Latium, il y en a qui le rejettent pour diverses raisons plus ou moins valables ; c’est la guerre et ce sont les malheurs. Le roi du pays, Latinus, plein de sagesse, sur l’avertissement des dieux, lui donne sa fille en mariage ; cet hymen est le symbole de l’union des deux peuples qui n’en feront désormais plus qu’un et ce dernier, à travers les siècles, deviendra le peuple romain destiné à dominer le monde.

Nous qui commençons à avoir des inquiétudes quant à l’avenir de notre planète, nous aurions le plus grand avantage à relire ces œuvres où il chante le bonheur de l’existence au sein de la nature et en communion avec elle (comme les Bucoliques) et où il enseigne la façon de la traiter avec respect (comme les Géorgiques) — en vérité ces réflexions parsèment toute sa production !

C’est pourquoi je vous suggère, aujourd’hui, après avoir ouvert ce volet du calendrier de l’Avent, un « Virgile en 3 minutes » : relisez pour cela les 83 vers de la première Bucolique, un condensé de charme, émotion et informations.

Qui plus est, Virgile exercera aussi votre sagacité. Car des investigateurs curieux se sont aperçu qu’il n’était peut-être pas le fidèle ami d’Auguste et l’homme sérieux que véhicule l’image dessinée au cours du temps. Des lecteurs ont pensé découvrir dans certains passages une critique cryptée du princeps. D’autres ont cru mettre au jour un double sens grivois pour certaines phrases. À chacun de voir !

Mais j’ai suffisamment parlé !

Claudite iam riuos, pueri, sat prata biberunt !

« Fermez l’irrigation maintenant, les garçons,

Les prés ont assez bu ! »

risquez-vous de me dire pour mettre fin à ces quelques lignes en citant le dernier vers de la troisième Bucolique (v. 111) devenu locution proverbiale comme tant d’autres de Virgile (sans qu’on le sache toujours !).

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

1 Properce, 2, 34, 61-80.

2 Il existe de nombreuses traductions imprimées, anciennes et modernes, en éditions de luxe ou en éditions bon marché ; on trouve aussi des traductions sur internet.

3 De très nombreuses études ont été consacrées aux figures de style et autres caractéristiques formelles du poète.

4 Toutes les traductions données ici sont personnelles.

5 Georg. 2, 523.

6 Buc. 1, 4-5.

7 Code civil, nouvel article 515-14.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Et si vous lisiez Virgile!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18711.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.