Et si vous lisiez Isocrate!

Isocrate, 446-338, Athènes

Le nom d’Isocrate est associé à la grande rhétorique classique. Il est l’un des dix orateurs attiques, même si, faute d’une voix suffisante, il n’a jamais pris la parole à une tribune. Et quand on considère sa production rhétorique, on pense en premier lieu à son discours achevé en 380, le Panégyrique, un long texte tout à la gloire d’Athènes et en appelant à une expédition commune avec Sparte contre l’ennemi irréductible que sont les Perses. Enfin l’évocation de son nom rappelle les rapports qu’il a pu entretenir avec des dynastes et rois étrangers, surtout avec Philippe II de Macédoine, futur vainqueur des Grecs en 338, des rapports que l’historiographie a, peut-être trop rapidement, condamnés.

Certes, mais la vie et l’œuvre d’Isocrate ne se résument pas à ces éléments, même majeurs. C’est un homme qui a traversé le siècle. Né en 446 et mort en 338, il a vécu à un moment particulier du destin d’Athènes. Au comble de son prestige culturel autant que politique avant la guerre du Péloponnèse, la cité connaît ensuite deux révolutions, oligarchique en 411, tyrannique en 403, qui, toutes deux, ébranlent, voire renversent au moins pour un temps la démocratie péricléenne. Le pouvoir du peuple à peine restauré ou réformé, Athènes doit au début du IVe s. se battre pour tâcher de renouer avec une forme d’hégémonie, face à des rivales historiques comme Sparte, puis Thèbes. Ensuite, après la création de la Seconde confédération maritime, en 377, et son échec marqué en 355, Athènes affronte les ambitions, puis les attaques du nouveau roi de Macédoine, Philippe II. Ce Philippe, à qui Isocrate s’est adressé au moins trois fois, deviendra en 337 le commandant en chef des troupes grecques, en vue d’une expédition tournée contre les Perses et qu’Isocrate ne cessait d’appeler de ses vœux depuis près de cinquante ans. D’une manière intéressante, l’époque est paradoxale : ce IVe siècle voit les aspirations à la paix se multiplier, les traités conclus pour des durées toujours plus longues, un culte de la paix célébré à Athènes, au moment même où les guerres, loin de cesser, finissent par embraser des horizons inconnus jusqu’alors. Les Grecs se battent entre eux, au grand désespoir d’Isocrate, qui rêve d’une réconciliation des grandes cités. C’est la guerre de Corinthe, puis celle des Alliés. Puis, quatre ans après la disparition d’Isocrate, Alexandre le grand allait mettre en œuvre les plans militaires de son père Philippe et conduire les troupes gréco-macédoniennes en Asie, en Égypte, en Inde, pour dessiner un vaste monde, le monde « hellénistique ». Marqués au coin de la géostratégie et de la définition de l’autre (du barbare), les grands discours d’Isocrate peuvent bien se situer à la frontière de ces deux mondes : ancrés dans la pensée classique qui défend le modèle de la cité grecque, et en même temps anticipant la formation d’un espace politique et culturel différent, autrement plus vaste et confié à un roi.

La parole d’Isocrate est volontiers falsificatrice, elle procède par des raccourcis historiques et des hyperboles et autres figures rhétoriques ; mais elle est celle d’un homme qui, avec les seules armes dont il disposait, le logos, a tenté de s’engager à sa manière dans les affaires grecques et athéniennes en particulier. Sans se vautrer dans la boue de la tribune, il réfléchit en conseiller politique, et il écrit en maître de la rhétorique. La pensée et le verbe sont indissociables, et l’on aurait sans doute tort de prétendre que l’un ou l’une est au service de l’autre. Sa rhétorique est philosophique, tournée vers la formation et l’action. Le mot ne sonne jamais creux, l’idée est toujours parée d’une figure de style. Si Platon, puis Aristote, avec leurs exigences respectives, ont fondé leur propre école, l’Académie et le Lycée, Isocrate aussi a installé la sienne à Athènes dans les années 380. Son programme, son fonctionnement et ses ambitions se lisent ici et là dans les discours. Il y a formé quantité de disciples à la technique des figures rhétoriques et du rythme de la prose. Les échos, les antonomases, les gradations se multiplient dans ses grands discours, du Panégyrique au Panathénaïque, en passant par le Sur l’échange (plaidoyer pro domo) et le Philippe. C’est vrai, mais son souci premier est d’éduquer. Héritier de la tradition des sophistes (comme Gorgias ou Antiphon), dont il s’est assez vite démarqué, Isocrate reprend à son compte le débat récurrent nature/culture, pour considérer que l’éducation est ce qui détermine avant tout un individu. À tel point que, lui le héros de l’identité grecque opposée aux barbares, écrit pourtant en 380 qu’Athènes « a fait que le nom de Grecs ne semble plus attaché au sang, mais à la pensée, et que l’on désigne comme Grecs ceux qui partagent notre éducation plutôt que notre origine ». C’est tout un monde fondé sur la culture et la prééminence athénienne en Grèce et face à l’Asie que le lecteur d’aujourd’hui voit se dessiner dans ses discours, un monde rassurant pour les possédants, mais également préoccupé par la situation socio-économique des plus pauvres, et qui ne sera apaisé que grâce à la réconciliation des grandes cités entre elles.

Les 21 discours et 9 lettres du corpus isocratique nous éclairent avec brio, de façon engagée, donc partisane, sur des questions fondamentales, qui touchent aussi bien à l’individu et à sa formation qu’à la cité et à son régime politique, voire à la Grèce tout entière et à son destin sur la scène internationale.

Quelques lectures supplémentaires.

Édition française :

Isocrate en 4 vol., G. Mathieu & É; Brémond éd., Les Belles Lettres, CUF, 1929-1962

Études récentes:

Noël, Marie-Pierre, Isocrate. Sept discours, in Silves grecques 2008-2009, Atlande, Clefs concours, 2008

Bouchet, Christian, Isocrate, Philippe, Les Belles Lettres, Commentario, 2019

Bouchet, Christian & Giovannelli-Jouanna, Pascale (dir.), Isocrate, entre jeu rhétorique et enjeux politiques, colloque de Lyon 2013, HiSoMA, De Boccard, 2015

Papillon, Terry, Isocrates II, Univ. of Texas, Austin, 2004

Vallozza, Maddalena (dir.), Isocrate, per una nuova edizione critica, Florence, Olschki, 2017

Too, Yun Lee, The Rhetoric of Identity in Isocrates. Text, Power, Pedagogy, Cambridge Univ. Pr., 1995.

Christian Bouchet,

Professeur d’Histoire grecque – Université Lyon III

Citer cet article comme : Christian Bouchet, Et si vous lisiez Isocrate!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18763.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search