Et si vous lisiez Pindare!

Pindare, “serein, plein d’épiques rumeurs …”[1] 

Γένοι, οος σσ μαθών, Pythique II.72

Puisses-tu devenir celui qui tu es, l’ayant appris.

Repris par Nietzsche, dans Ecce Homo. Comment on devient ce qu’on est. Ou dans le “développement personnel” contemporain (“Deviens qui tu es!”).

 

Μή, φίλα ψυχά, βίον ἀθάνατον / σπεῦδε, τὰν δ᾽ ἔμπρακτον ἄντλει μαχανάν, Pythique III.61-62

Non, ma chère âme, à une vie éternelle / n’aspire pas, mais épuise les ressources praticables.

Cité, en exergue, par Valéry (Cimetière marin) et Camus (Le mythe de Sisyphe).

Ἐπάμεροι· τί δέ τις ; τί δ᾿ οὔ τις ; σκιᾶς ὄναρ / ἄνθρωπος, Pythique VIII.95-96

Êtres d’un jour : qu’est-on ? que n’est-on pas ? d’une ombre le rêve, / voilà l’homme.

Pindare, Copie romaine d’un buste grec du Ve s. AEC, Musée archéologique national, Naples

Henri-Pierre Picou, La naissance de Pindare, 1848, Musée d’Orsay, Paris

De tels aphorismes circulent en nombre, tirés des Pythiques et d’autres épinicies ou “chants de victoire” (Olympiques, Néméennes, Isthmiques), comme de fragments d’Éloges, Dithyrambes, Parthénées, Péans, (selon les genres alexandrins). Lyricorum longe princeps, “de loin le premier des lyriques” (Quintilien, Institution oratoire X.1.61), Pindare devient, dès l’Antiquité, une autorité en philosophie morale. Cette vénération peut s’illustrer par le buste ancien et le tableau moderne joints, évoquant sa place éminente dans la culture classique et sa figure idéalisée de poète / prophète.

L’excellence athlétique, poétique, politique

Mais cette poésie n’enchaîne pas des maximes universelles, ni n’exprime une extase, même si elle offre des images comme le char des Muses ou une dialectique sensorielle et cosmique des éléments, proche des philosophes-poètes Parménide ou Empédocle. Les épinicies relèvent d’un contexte culturel singulier, la première moitié du Ve siècle AEC : ce ne sont pas des poèmes “lyriques”, au sens moderne d’une expression de soi. On y rencontre : vainqueurs aux Jeux panhelléniques, en équitation, course à pied, lutte … ; tyrans de Sicile, éphèbes d’Égine, athlètes d’Athènes et Thèbes … ; divinités, Zeus, Apollon, Poséidon, Athéna, Muses, Charites, Thémis, Hêsychia … ; héros et héroïnes, Pélops, Achille, Ajax, Héraclès, Jason, Médée, Cyrène … ; lieux intenses, Alphée, Corinthe, Délos, l’Etna, l’Olympe, Pythô, Syracuse … Et l’on y célèbre rituellement toute forme d’excellence (ἀρετά, en dialecte dorien, terme apparenté à ἄριστος “le meilleur”) : exploits sportifs et mythiques, piété, richesse, bonheur, noblesse, ordre, hospitalité, paix, éclat lumineux et sonore. Tout en chantant, comme Eschyle, les limites de l’humaine condition.

D’autres notions tissent cette poésie tendue entre exaltation des meilleurs humains et célébration ardente des dieux, contre toute ὕβρις “démesure, transgression voire crime”: ἀγγελἰα, “l’annonce” de l’arbitre des Jeux, couronnant le vainqueur, puis gravée en épigramme au pied de statues, ou encore déployée dans l’épinicie pourvoyeuse de gloire (κλἐος, δόξα, κῦδος) ; φυά “croissance, talent inné”, reliant dédicataire et parents, ancêtres, cité, héros tutélaires ; d’autres images végétales, ἄνθος “fleur” (jeunesse, couronnes …), θάλλω “fleurir, verdir” (et la Muse Θαλία), ἄωτος “fine fleur, excellence” ; φίλος “ami”, suivant une connivence à la fois sociale et morale entre poète et commanditaire, surtout s’il s’agit d’un dynaste, et ξενία “hospitalité”, dans une logique du don/contre-don et une idéologie de l’ordre paisible louée et assurée par la poésie (δίκα, θέμις, κόσμος) ; φάος “éclat lumineux”, diurne, puissant, harmonieux, avec ses variantes ignées, solaires, lunaires, métalliques, minérales, et ses effets de regard et peau, ainsi que de clair-obscur et d’ombre (voir aussi φαίνω/φαίνομαι “(se) montrer, apparaître”, λάμπω “briller”, λιπαρός “luisant”, ἀγλαός “splendide”, ἀγλαία “la fête”, λευκός “blanc lumineux” …) ; χρυσός “l’or”, associé à l’immortalité, au talent, à la richesse sensorielle et économique (comme ποικίλος “bigarré, ciselé”) ; χάρις “grâce”, désignant un exploit et la gloire qu’il entraîne, la beauté persuasive du chant poétique, la gratitude du dédicataire et de sa cité à l’égard des dieux et de la fête épinicique, ou encore la faveur d’une divinité.

Décadrachme de Syracuse, frappé vers 400 AEC, argent, Coll. Giraud, Musée des Beaux Arts, Lyon

La valeur du dédicataire, tel Hiéron de Syracuse (Olympique I, Pythiques I, II, III), dépend de la poésie qui la chante. L’éloge du pouvoir en place s’allie à la célébration de valeurs panhelléniques. Un poème pindarique est comparable à la monnaie ci-jointe, avec la nymphe Aréthuse (dont les aventures avec le dieu/fleuve Alphée relient sa cité sicilienne à Olympie) et, sur l’autre face, le quadrige dont le cocher se voit couronné par la déesse ailée Nikê, au nom à notre époque exploité commercialement.

L’harmonie austère et la mousikê

 Ces textes sont les traces de performances spectaculaires, où musique instrumentale, danse et chant choral, indissociables dans la mousikê au sens grec, fondent une pragmatique de l’éloge plus efficace que l’art du sculpteur, de l’architecte, du graveur de monnaies. On parlera plutôt de poésie “mélique” (melos “chant”) que “lyrique”, du fait des usages modernes de ce terme. Comme dans la cinquième Néméenne, v. 1-6, où, en l’honneur d’un kouros, la performance poétique surpasse la statuaire :

Je ne suis pas fabricant de statues (οὐκ ἀνδριαντοποιός εἰμ᾽) : je ne produis pas des sculptures (ἀγάλματ᾽) qui restent immobiles sur leur socle > dressées. Au contraire, sur tout vaisseau de transport ou barque, doux chant, / pars d’Égine pour faire savoir que / le fils de Lampon, Pythéas à la vaste force, / a gagné, aux jeux Néméens, la couronne du pancrace, / alors que sur ses joues il ne montrait pas encore / la tendre saison du raisin, mère du duvet. 

Diadymène (“ceint d’un bandeau”), copie romaine d’une statue de Polyclète (Ve s. AEC), Musée national archéologique, Athènes

Le public ancien et moderne a été frappé par la vigueur du style pindarique, à la fois “splendide” et “obscur”, voire rude, qu’il s’agisse d’effets rythmiques ou de l’entrelacs des images. Denys d’Halicarnasse (Ier s. AEC, La composition, VI.21-24) y voyait une “harmonie austère” (αὐστηρά ἁρμονία). À partir de la poésie hellénistique et latine, Pindare est un modèle de sublime, comme Démosthène pour l’art oratoire, et un horizon inaccessible, énigmatique et brûlant. Ainsi l’entend Horace, Odes IV.2 v.1-3 :

Monte decurrens uelut amnis, imbres / quem super notas aluere ripas, / feruet immensusque ruit profundo / Pindarus ore, / laurea donandus Apollinari …

Comme de la montagne se précipite un torrent, que des pluies par dessus ses rives connues ont nourri, de même bouillonne et, immense, s’élance Pindare à la profonde bouche, qu’on doit gratifier du laurier d’Apollon …

Pour prolonger …

Pour lire Pindare en grec et en français récent, avec une bibliographie et des commentaires actualisés :

  1. Briand (intr., trad., comm.), Pindare. Olympiques, Les Belles Lettres, 2014
  2. Liberman (intr., éd., trad.), Pindare. Pythiques, Calepinus, 2004

On tirera aussi profit d’autres traductions :

– prosaïque, classique, précise : A. Puech, Pindare, I. Olympiques, II. Pythiques, III. Néméennes. IV. Isthmiques et fragments, Les Belles Lettres, 1922-1923

– énigmatique : J.-P. Savignac, Pindare. Œuvres complètes, La Différence, 1990

– de référence, en anglais : W. H. Race, Pindar. I. Olympian Odes. Pythian Odes. II. Nemean Odes. Isthmian Odes. Fragments, Loeb Classical Library, 1997

L’Année Philologique recense, chaque année, plusieurs ouvrages et de nombreux articles, en diverses langues, consacrés spécifiquement au poète de Thèbes. On ne peut en mentionner ici même les plus importants : ce dynamisme correspond au rôle crucial de Pindare pour notre compréhension de la littérature et de l’histoire grecques et des références modernes à l’Antiquité. Et en accord avec le plaisir et les émotions proprement poétiques qu’on peut éprouver à le lire et relire. Comme il le proclame à la fin de la quatorzième Olympique, v. 20-24, après un hymne aux Charites, l’écho de sa parole triomphe un temps de la mort, entre gloire splendide et mélancolie, par l’éclat du chœur en mouvement :

Μελαντειχέα νῦν δόμον / Φερσεφόνας ἔλθ᾿, Ἀχοῖ, πατρὶ κλυτὰν φέροισ γγελίαν, Κλεόδαμον ὄφρ᾿ ἰδοῖσ᾿ υἱὸν εἴπῃς ὅτι οἱ νέαν / κόλποις παρ᾿ εὐδόξοις Πίσας, ἐστεφάνωσε κυδίμων  έθλων πτεροῖσι χαίταν

Maintenant, vers la maison aux murs noirs / de Perséphone, va-t-en, Écho, à son père porter la fameuse annonce, pour que voyant Kléodamos, de son fils tu puisses dire que / dans les glorieux vallons de Pise / il a couronné des ailes des jeux illustres sa chevelure.

Michel Briand,

professeur de langue et littérature grecques – Université de Poitiers

[1] Victor Hugo, Les Contemplations I.13.84.

Citer cet article comme : Michel Briand, Et si vous lisiez Pindare!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18779.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.