Et si vous lisiez Sophocle!

            Il est de tradition de placer le nom de Sophocle entre ceux d’Eschyle et Euripide, lui assignant ainsi une position médiane justifiée aussi bien par la chronologie que par les caractéristiques volontiers attribuées à leurs œuvres respectives : Eschyle, le grand ancien dont la poésie est empreinte de solennité, Euripide, le moderne dont l’univers est marqué par une forme de trivialité qui le rendrait plus accessible, et Sophocle entre les deux. Toute commode qu’elle soit, cette classification ne saurait rendre compte de la richesse des tragédies conservées de Sophocle, de leur diversité, de la puissance des émotions qu’elles recèlent, et suscitent.

            Les tragédies de Sophocle sont, avec celles d’Eschyle et Euripide, les seules que nous puissions lire dans leur intégralité. Il ne subsiste que des traces ou des fragments de l’œuvre de leurs rivaux et de leurs successeurs. Leur production n’a pas été épargnée par les vicissitudes – sept tragédies intégralement conservées sur environ quatre-vingts pour Eschyle, sept sur plus d’une centaine pour Sophocle, dix-huit sur les quatre-vingts d’Euripide. Pourtant, ils étaient considérés dès le IVe siècle av. J.-C. comme les plus grands des Tragiques, au point que le peuple d’Athènes décida de dresser leurs statues dans l’enceinte du théâtre de Dionysos et qu’il fut décrété qu’une de leurs pièces serait rejouée lors du festival des Grandes Dionysies. Notre connaissance de la tragédie grecque ne peut être que bien incomplète, et ses vestiges n’en sont que plus précieux.

            La vie de Sophocle (496/5-406/405) se superpose à l’apogée de la cité d’Athènes : né quelques années avant la bataille de Marathon (490), il mourut l’année qui précéda la défaite athénienne dans la guerre du Péloponnèse en 404. Sophocle ne chanta pas à Salamine avant la bataille, contrairement à ce que le poème de Victor Hugo dans La Légende des siècles met en scène, avec « La chanson de Sophocle à Salamine », mais la Vie de Sophocle rédigée au Ier siècle av. J.-C. le décrit, bel éphèbe, « le corps nu, oint d’huile[1] », chantant et dansant parmi les Athéniens rassemblés autour du trophée pour célébrer la victoire qui mettait fin à la menace perse, en 480. Poète prolifique aimé de ses concitoyens, comme en témoignent les dix-huit couronnes qu’il remporta dans les concours de tragédies, il fut un véritable citoyen dans la cité, exerçant à plusieurs reprises des fonctions officielles, dont la stratégie, la plus importante magistature élective. Dans une certaine mesure, son théâtre reflète les préoccupations proprement politiques du poète athénien qu’était Sophocle.

            Plus jeune qu’Eschyle, plus âgé qu’Euripide, il concourut contre l’un et l’autre, et sa carrière de poète commença par une victoire remportée sur son prestigieux aîné, en 468. C’est à lui que sont attribuées des innovations qui donnèrent aux tragédies anciennes leur physionomie définitive : il fit passer le nombre des acteurs de deux à trois, le nombre des choreutes de douze à quinze et fit peindre des décors sur le bâtiment de scène. L’augmentation du nombre d’acteurs permettait d’augmenter le nombre de personnages et d’accroître la part dévolue au dialogue parlé, tandis que les trois choreutes supplémentaires donnaient davantage d’ampleur aux chorégraphies et au chant. L’apport de Sophocle dans l’évolution de la tragédie va dans le sens d’un développement et d’une complexification aussi bien de l’intrigue et de ses caractères que du spectacle.

            Sophocle ne composa pas de trilogie liée : ses tragédies sont concentrées sur un moment précis vécu par le héros tragique dont le destin n’est pas nécessairement lié à la lignée dans laquelle il s’inscrit. Six des sept tragédies conservées portent le nom de leur héros ou de leur héroïne – seules Les Trachiniennes doivent leur nom au chœur, ce qui, d’ailleurs, donne lieu à des interrogations sur l’identité du héros, Déjanire ou Héraclès. Le héros sophocléen affronte la « crise ultime de son existence[2] » dans une pièce mettant en évidence son incapacité à trahir la « nature » dont le poète l’a doté. L’obstination, l’inflexibilité dans la souffrance, sont autant de points communs à Ajax, Antigone, Électre, Œdipe, Philoctète, Héraclès, dans des tragédies qui ne mettent pas toutes en scène la destruction des héros mais les amènent, tous, à un point de rupture.

            « Chéri des dieux comme aucun autre[3] », Sophocle était renommé pour sa piété – peut-être même fut-il héroïsé, après sa mort, sous le nom de Dexion, pour avoir contribué à l’introduction du culte d’Asclépios à Athènes. Cependant, si le destin de ses héros se forge sous le regard des dieux, qui peuvent intervenir dans l’action, comme dans Ajax et Philoctète, être invoqués par les personnages, transmettre leurs ordres sous la forme d’oracles ou de rêves dont l’interprétation est toujours à faire, il est forgé par eux seuls.

            Comme ses rivaux, Sophocle puisait la matière de ses pièces dans les mythes pour ciseler des figures singulières. Certaines nous sont plus familières que d’autres parce que leurs mythes ont donné lieu à de multiples écritures et réécritures mais il vaut la peine de revenir à Œdipe roi, Antigone, Électre, de redécouvrir le grand Ajax au moment de son suicide, de s’interroger en même temps que Philoctète quand il doit choisir entre rester seul et blessé sur une île déserte ou guérir et gagner la gloire en oubliant l’offense dont il a été victime. Il vaut la peine de parcourir le chemin que ces héros empruntent : celui d’Œdipe qui va à la découverte de ses origines et qui ne serait pas Œdipe s’il ne s’obstinait pas à faire éclater l’effroyable vérité de l’inceste et du parricide, victime de sa soif de connaissance, de vérité, plus que d’une malédiction ; celui d’Électre, la fille pétrie de haine qui assassine sa mère sans l’ombre d’une hésitation, qui résiste à toutes les brimades, mais dont la voix se brise en sanglots quand elle croit tenir entre ses mains l’urne funéraire de son frère. Les mots de Sophocle continuent de nous parler parce qu’il pose des questions qui nous touchent par la bouche de figures formidables et trop humaines. Le meilleur des Achéens après Achille, Ajax, qui veut venger son honneur bafoué, décide de tuer les chefs de l’armée grecque mais la folie dont le frappe Athéna fait échouer son projet et il se rend ridicule en massacrant un troupeau de bœufs. Quand Ajax est-il fou ? quand il confond ses ennemis avec des bœufs ou quand il décide de tuer les généraux ? Quand est-il grand ? quand il part seul en guerre contre toute une armée, ou quand il se jette sur son épée pour échapper à la honte d’avoir échoué ? Quel personnage est plus éloigné d’Ajax que Déjanire, silencieuse et apeurée, délaissée par son époux et déterminée à regagner son cœur en lui offrant une tunique enduite de ce qu’elle croit être un philtre d’amour ? La fragile épouse vieillissante assassine involontairement le plus grand héros tueur de monstres et se suicide tandis qu’Héraclès, torturé par la tunique de Nessos, est encore assez redoutable pour disposer de la vie de son fils et organiser sa propre mort. Aux côtés de ces héros splendides gravitent des figures modestes d’hommes et de femmes du peuple, qui ont aussi un rôle à jouer dans l’accomplissement de destins humains tragiquement héroïques.

            La dernière tragédie de Sophocle, représentée après sa mort, reprend les personnages thébains d’Œdipe, Antigone, Créon, et les inscrit dans le paysage de Colone, le dème athénien où Sophocle avait vu le jour. Œdipe disparaît pour rejoindre un séjour divin, à la fin d’Œdipe à Colone, et Antigone part pour Thèbes où doivent s’affronter ses deux frères. Il en faudrait bien peu pour se laisser aller à lire cette ultime tragédie comme un adieu de Sophocle dont les mots continuent de nous bouleverser. Œdipe et Sophocle ont beau avoir disparu, ils nous parlent encore.

Marie-Anne Sabiani,

Maître de conférences en langue et littérature grecques – Faculté des Lettres de Sorbonne Université

[1]   Vie de Sophocle 3.

[2]   Bernard Knox The Heroic Temper, Berkeley, 1966, p. 3.

[3]   Vie de Sophocle 12.

Citer cet article comme : Marie-Anne Sabiani, Et si vous lisiez Sophocle!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18815.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search