Et si vous lisiez la Constitution des Athéniens ?

La Constitution des Athéniens, voilà bien un titre absolument sans charme, qui fait croire à un traité juridico-politique. Si l’on ajoute que l’auteur en est le « Pseudo-Xénophon », on achève de renoncer à toute séduction : l’auteur n’est pas connu, l’ouvrage, transmis parmi les œuvres de Xénophon, est en fait anonyme, ce qui prive les commentateurs d’une dimension biographique dont ils sont généralement friands, parce qu’elle donne de la chair aux livres. On aurait pourtant tort de passer son chemin : sous ce titre se cache un petit écrit sans grande technicité, un petit ouvrage aux thèses lumineuses, un pamphlet écrit à la première personne pour dénoncer la démocratie athénienne de son temps – à l’époque où, précisément, fut prononcé par Périclès un discours qui faisait au contraire l’éloge du régime, de la politeia de sa cité, de sa « constitution », c’est-à-dire de son régime politique et du mode de vie de ses citoyens (Thucydide, II, 37-41). Nous sommes dans les débuts de la guerre du Péloponnèse, dans les années 431-424 avant notre ère. Mais que dénonce au juste ce pamphlet ? L’auteur, un membre de l’élite sociale, accuse le régime démocratique de donner la parole aux pauvres et même de leur accorder la suprématie : la dèmokratia, c’est assurément la domination du « peuple », du dèmos, mais l’auteur entend ce terme en son sens social de « classe populaire » et non – comme le faisaient les démocrates – au sens politique de « corps civique ». Ainsi, à l’en croire, ce peuple opprimerait les riches sur le plan politique, en imposant des choix qui lui sont favorables, mais aussi sur le plan économique, en leur faisant financer des services publics dont profitent les pauvres – des accusations qui préfigurent à certains égards des polémiques plus récentes sur la pression fiscale, le « parasitisme » et « l’assistanat ». À vrai dire, et l’angle d’attaque est original, le pamphlétaire ne se contente pas de conspuer l’adversaire de manière directe : il affecte d’admirer son intelligence et prétend démontrer la cohérence du système démocratique. À l’en croire, derrière chaque singularité athénienne se cache une motivation consciente visant à favoriser les intérêts des pauvres, y compris les plus matériels. Mais en même temps son admiration est toute relative, car à ses yeux les pauvres sont des « fripons », les riches des « honnêtes gens », si bien que la domination des premiers sur les seconds est proprement immorale : c’est le monde à l’envers !

Cette mise en avant de l’intérêt a conduit certains Modernes à qualifier ce tableau de « réaliste » et l’on y trouve effectivement toutes sortes de détails concrets qui nourrissent les analyses des historiens d’aujourd’hui. Mais, s’il est vrai que le discours de Périclès idéalise le régime et la société athénienne en les peignant comme excessivement harmonieux, il serait naïf d’adhérer sans réserve au propos inverse du « Pseudo-Xénophon » : la manière dont il représente la société athénienne comme scindée en deux groupes ennemis relève de l’imaginaire politique et l’on sait que, dans la démocratie, les élites ont parfaitement su tirer leur épingle du jeu. Caricature, manipulations et distorsions traversent l’ensemble du pamphlet, qui témoigne cependant de l’idéologie oligarchique, concurrente directe de l’idéologie démocratique à cette époque – celle d’hommes pour qui citoyenneté et pouvoir devaient être l’apanage des riches. Pour les Modernes habitués aux nombreux ouvrages qui célèbrent, ouvertement ou non, la démocratie athénienne, voici, malgré tout, une lecture rafraîchissante, qui nous replonge dans une société grouillante, dynamique et conflictuelle.

Pour aller plus loin.

Cinzia Bearzot, Franca Landucci, Luisa Prandi (a cura di), L’Athenaion politeia rivisitata, Milan, 2011.

Dominique Lenfant, « Intégrés ou dénoncés : la place faite aux pauvres dans les discours grecs sur la démocratie », Ktèma 38, 2013, p. 37-51.

Dominique Lenfant, Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens, texte établi, traduit et commenté, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 2017.

JL. Marr, PJ. Rhodes, The ‘Old Oligarch’: The Constitution of the Athenians attributed to Xenophon, edited with an Introduction, Translation and Commentary, Oxford, Aris and Phillips, 2008.

Dominique Lenfant,

Professeure d’histoire grecque – Université de Strasbourg

Citer cet article comme : Dominique Lenfant, à propos de Et si vous lisiez la Constitution des Athéniens ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18919.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search