Naissance de la Grèce – De Minos à Solon (3200-510 avant notre ère)

Le Guen (B.) (dir), D’Ercole (M.-C.), Zurbach (J.), Naissance de la Grèce. De Minos à Solon (3200-510 avant notre ère). Paris: Belin, 2019. – 688p. – ISBN: 978270116492 

Crédit image. Première de couverture – Belin

Les lecteurs francophones ont de la chance. La synthèse de l’histoire de la Grèce archaïque proposée par J. Zurbach et M.C. d’Ercole est certainement une des meilleures actuellement parmi les productions récentes, tant en qualité qu’en quantité. La richesse de l’information, l’ouverture vers les civilisations adjacentes, les perspectives thématiques qui accompagnent un plan à la chronologie claire en font un instrument didactique de premier ordre.

Le premier chapitre fait remonter l’histoire du monde égéen à la fin du quatrième millénaire, époque dite du Bronze ancien (3200-2200) selon la terminologie archéologique. Quelques sites méritent une attention particulière : celui de Troie, dont l’impressionnant trésor fut exhumé en 1873 par H.Schliemann, lequel était persuadé par ailleurs d’avoir mis la main sur la ville homérique de Priam (à plus ou moins deux millénaires près quand même) et deux autres heureusement fouillés plus récemment : la Maison des Tuiles de Lerne dans le Péloponnèse et surtout la bourgade fortifiée de Poliochni dans l’île de Lemnos, au début de la période (3200-2700). Ces trois sites, très différents, (rien à voir de premier abord entre la citadelle de Troie et une petite ville comme Poliochni) illustrent cependant une dimension nouvelle : l’affirmation d’une centralité politique liée à un niveau de prospérité économique jusque là inégalé. Curieusement il n’est fait qu’une vague allusion à l’arrivée des populations hellénophones dans le continent grec, entre 2200 et 2000 (une seule phrase p.49). On y reviendra.

Les Cyclades et la Crète montrent également un niveau de développement parallèle, avec l’apparition de « proto-Etats » selon la terminologie adoptée par l’auteur, qui en souligne toutefois la grande diversité. Les échanges réguliers à grande distance complètent le tableau, les liens sont étroits avec l’aire levantine et le reste de l’Egée, mais aussi de façon plus large avec l’aire italo-balkanique, de manière à se procurer les métaux essentiels à la fabrication du bronze (cuivre et étain, ce dernier totalement absent du bassin méditerranéen).

Le second millénaire (chapitres II, III, IV) voit s’épanouir deux grandes civilisations, celle des premiers palais « minoens » en Crète (1700-1450), et celle des palais dits « mycéniens » (1450-1180). L’exposé est clair et complet, sans s‘interdire de mettre l’accent sur de nombreux problèmes laissés pour l’instant sans réponse. Le rôle joué par l’écriture sur les tablettes de terre cuite, par exemple, dans une langue non déchiffrée pour les palais minoens (en syllabaire dit Linéaire A), en grec archaïque pour le monde mycénien (syllabaire dit linéaire B), continue d’interroger. Documents comptables temporaires pour la plupart, conservés car cuits accidentellement, ils laissent ouverte la question de savoir qui écrivait quoi dans ces sociétés, et si d’autres utilisations que les tâches administratives des palais peuvent avoir existé, même si un usage proprement littéraire parait inenvisageable. Autre question fondamentale, la structure de la société mycénienne. L’auteur envisage une organisation basée sur l’existence d’une « aristocratie de lignage » (p.148), au sommet de laquelle se trouve le roi, ou wanax, qui toutefois n’est jamais nommé par son patronyme dans les quelques textes que nous possédons, et souligne un rapprochement possible avec des aristocraties militaires du Proche-Orient, comme à Ugarit.

La vie économique et sociale du monde mycénien est mieux documentée tant par l’étude des tablettes que par l’archéologie. L’image qui émerge est celle d’une société strictement organisée et hiérarchisée, déjà extrêmement complexe, qui dépend certes des palais, mais qui voit aussi le développement de centres urbains denses, dont la connexion avec les palais est mal définie. Des sanctuaires semblent également jouir d’une grande autonomie. Il n’est pas indifférent que la terme de « damos » (le démos d’époque classique) fasse son apparition dans les tablettes de Pylos, pour désigner un dirigeant local – le da-mo-ko-ro – (on n’ose parler de fonctionnaire) en rapport avec le palais.

Les rapports (commerce, piraterie ou les deux en même temps) avec le reste du bassin méditerranéen font l’objet d’une analyse exhaustive au chapitre IV, en matière de structure des échanges. Le rôle essentiel de Chypre (dont le nom désigne le cuivre) est ici particulièrement souligné, mais l’étude se penche également sur des zones moins connues telles que l’aire balkanique ou l’Adriatique, et plus généralement la Méditerranée occidentale.

Le chapitre V sur l’effondrement des palais fait le point sur les dévastations survenues dans le bassin méditerranéen oriental entre la fin du XIIIème et le début du XIIème siècles. Il est maintenant acquis que la disparition du système palatial ne met pas fin à la culture mycénienne, qui se maintient pendant presque un siècle dans les noyaux urbains (ex.Tyrinthe) avec certaines innovations, en particulier dans l’iconographie céramique. Le chapitre fait le point sur les diverses hypothèses, par secteurs géographiques, toutefois la seconde moitié du XIIème et les débuts du XIème siècles en Grèce restent largement énigmatiques, faute de documentation suffisante.

Le chapitre VI sur l’Age du Fer reprend et discute des données largement connues, de l’apparition de l’usage du fer au changement radical des pratiques funéraires, de la naissance d’un nouveau style céramique, le Protogéométrique, à la disparition du système d’écriture syllabique. La richesse de certaines tombes – l’Herôon de Lefkandi, mais aussi des sépultures découvertes récemment à Cnossos ou à Chypre – laisse entrevoir l’existence de sociétés guerrières, entre le Xème et le IXème siècles, où la richesse en métal permet l’affichage d’un luxe effréné. La structure hiérarchique de ces sociétés ne fait guère de doute, mais comment caractériser leurs dirigeants, ces  basileis  dont nous parlent les poèmes homériques, et dont le nom même désigne dans le monde mycénien de petits notables locaux ? Le terme de « roi » est certainement inapproprié et d’ailleurs y avait-il seulement un roi dans les palais mycéniens, au sens que nous donnons maintenant à cette fonction ? La question est toujours d’actualité.

Avec le VIIIème siècle on retrouve la limite traditionnelle, et maintenant partiellement obsolète, entre les siècles dits « obscurs » et la naissance de la polis grecque. Le chapitre VII, qui fait l’inventaire des « Inventions et découvertes au VIIIème siècle » reprend bien sûr des analyses historiques antérieures, croissance démographique, premiers synoecismes, intensification des échanges en Méditerranée, nouveaux sanctuaires etc…, tout en s’opposant à l’idée d’une rupture nette avec les époques précédentes. L’écriture alphabétique ne nait pas au VIIIème siècle, mais au plus tard au IXème, la polis grecque n’apparaît pas brusquement ex nihilo, mais se présente plutôt comme la maturation lente d’un processus qui va de la petite structure familiale, l’oikos, à des formes plus complexes d’organisation territoriale. Le texte fait la part belle aux analyses de A. Mazarakis Ainian et fournit un tableau des fouilles récentes, en particulier sur les sanctuaires.

Le chapitre VIII se consacre aux « sociétés grecques vues par leurs poètes » (Homère, Hésiode). S’il expose avec clarté les éléments de la vieille querelle entre « analystes » et « unitariens » (en gros, oralité contre écriture) au sujet du texte homérique, il reste en deçà des théories les plus récentes de nombreux spécialistes, qui vont dans le sens d’une composition écrite dès l’origine, en particulier pour l’Iliade. Le reste du chapitre, sur la société des poèmes et leur réception, offre un petit clin d’œil à notre époque avec le texte d’Hésiode sur le bon choix d’une femme…

La guerre s’impose comme une évidence en Grèce archaïque, et le chapitre IX donne le ton : la guerre est un « état permanent ». L’Iliade est évidemment en première ligne pour nous informer sur ses représentations, mais les transformations des techniques, l’apparition de l’hoplitisme et des flottes de guerre font transiter d’un passé héroïque fantasmé à des conflit bien réels, attestés tant par les historiens anciens que par l’archéologie. Le chapitre X embraye sur les « institutions et sociétés des premières cités (VIIIème-VIème siècles) », sur les premières législations et sanctions qui découlent du non-respect des lois. La discussion sur la composition sociale de ces nouvelles cités n’évite pas la question très actuelle portant sur la notion d’aristocratie, renouvelée récemment par un ouvrage d’A.Duplouy, qui conteste la stabilité héréditaire du groupe des aristoi, insistant au contraire sur la nécessité d’une incessante compétition pour maintenir leur statut dominant. Les innovations artistiques terminent ce panorama des premières cités.

Une grande partie de l’ouvrage est consacrée aux « voisins » des Grecs, et soulève une question aux contours bien actuels, celle du degré d’hellénisation de l’Epire et de la Macédoine (chapitre XI). Le chapitre XII s’intéresse au Proche-Orient par le biais de l’étude des échanges en Méditerranée orientale, et là aussi, fournit un tableau synthétique bienvenu dans un domaine souvent un peu sommairement traité dans les manuels d’histoire grecque. Le chapitre suivant se consacre à l’ « essaimage colonial grec, du Pont Euxin à l’Occident », aux raisons de cette expansion, besoins en métaux ou recherche de terres nouvelles et aux modalités de départ, illustrées par le fameux Serment des Fondateurs de Cyrène. L’expansion grecque en Occident et le rôle majeur de l’Eubée, font l’objet d’un examen exhaustif mais pourquoi ne pas avoir donné aussi le texte de Thucydide sur les colonies grecques de Sicile, qui fournit un exemple unique d’adéquation chronologique entre l’exposé d’un historien du Vème siècle et l’archéologie contemporaine ?

Les derniers chapitres explorent toutes les facettes de la cité archaïque, rapports ville-campagne, tyrannie et élaboration du politique. Sparte est étudiée à part dans un chapitre qui lui est entièrement dédié. Le chapitre XIV se penche sur les « nouveaux espaces civiques et religieux », quand la discussion publique des affaires politiques devient l’essence même de la vie dans la cité. L’agora, et cela depuis l’installation des colons à Mégare Hyblaea sur la côte orientale de la Sicile, (fin VIIIème-début VIIème siècle) en constitue le cœur à la fois géographique, politique et religieux. Les temples font l’objet d’une étude détaillée, ainsi que la production artistique. Le livre examine enfin les savoirs nouveaux, l’apparition dans la vie intellectuelle des sophoi, ces précurseurs des philosophes de l’époque classique, dont Thalès de Milet, Pythagore de Samos ou Héraclite d’Ephèse, entre autres, sont les représentants les plus connus.

L’ « Atelier de l’historien », en annexe, qui propose les biographies des grands archéologues et linguistes ayant contribué de façon décisive à l’histoire de la Grèce, s’avère très utile. Tout cela concourt à faire de ce livre une synthèse de premier plan, enrichie par une superbe iconographie, profitable aussi bien pour l’étudiant que pour le lecteur passionné d’histoire ancienne.

Une question subsidiaire demeure, toutefois : qu’est-ce que la Grèce ? L’improbable sous-titre, « de Minos à Solon », n’aide guère à expliciter le concept (d’autant que l’ouvrage s’arrête raisonnablement en 510, date de la chute de la tyrannie des Pisistratides à Athènes, et non à l’époque de Solon). Le parti-pris chronologique, qui englobe la période du Bronze ancien, est à la fois enrichissant et problématique. Pourquoi ne pas débuter avec le néolithique, période également novatrice, puisque l’on traite de populations non grecques ? Quant à la Crète, pourvoyeuse de mythes, peut-être dès l’époque de la conquête mycénienne au Bronze Récent, elle appartient à une toute autre civilisation jusque là. Mais rien de cela ne nuit à la qualité générale de ce livre.

Annie Schnapp-Gourbeillon,

Maître de conférences HDR – Université de Paris 8

Citer cet article comme : Annie Schnapp-Gourbeillon, Naissance de la Grèce – De Minos à Solon (3200-510 avant notre ère), in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18943.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search